M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Une enfant prématurée, mise au monde à 26 semaines pour sauver la vie de sa mère, est en pleine forme six mois plus tard


Ayla-Grace.

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Après une épreuve médicale effrayante, la jeune Ayla-Grace a été mise au monde à seulement 26 semaines, le 29 avril 2021, afin de protéger sa vie et celle de sa mère.

Née 14 semaines avant la date prévue, après que sa mère, Jaz Smith, eût souffert d’une crise de santé, la petite fille ne pesait qu’une livre et 15 onces [878,83 g]. Selon WalesOnline, le foie de Jaz Smith a commencé à défaillir et le sang ne circulait plus vers le bébé. Mme Smith a d’abord remarqué que quelque chose n’allait pas lorsqu’elle a commencé à avoir de l’enflure à environ 24 semaines.

« Les médecins m’ont dit qu’il était trop tôt pour que ce soit une pré-éclampsie car je n’étais qu’à 24 semaines », a expliqué Smith. « Et puis la semaine suivante, j’ai de nouveau appelé l’hôpital parce que mon œdème ne voulait pas diminuer ».

« J’ai ensuite été admise à l’hôpital à 25 semaines et j’y suis restée pendant une semaine. Pour moi, ce moment a été le plus difficile car je n’étais pas autorisée à voir mon fils aîné qui n’avait que trois ans. J’ai vraiment souffert d’être loin de lui ».

Diagnostiquée à ce moment-là comme souffrant de pré-éclampsie, Mme Smith devait développer une éclampsie dans les dix jours suivants. Mais c’est là que les choses se sont aggravées.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« J’avais trois médecins dans ma chambre à 2 heures du matin qui écoutaient les battements de cœur de ma fille et ils ont fait venir un échographiste pour vérifier son état », a expliqué Smith.

« Nous avons alors découvert que mon foie était défaillant et que j’avais un décollement placentaire ─ une maladie grave dans laquelle le placenta se sépare de la paroi de l’utérus avant la naissance », poursuit-elle. « Ma fille ne recevait plus de sang et ils m’ont dit que c’était comme ça depuis quelques jours. Ils m’ont alors dit que si nous ne la mettions pas au monde rapidement, elle ne s’en sortirait pas et moi non plus. »

Lorsqu’Ayla-Grace est née, le cordon était enroulé autour de son cou. Elle a été emmenée à l’unité de soins intensifs néonatals où elle est restée six jours avant d’être transférée à l’hôpital général de Scunthorpe où elle est restée trois semaines de plus. Après avoir été ramenée à l’hôpital Diana Princess of Wales, le nouveau-né a dû subir une intervention chirurgicale majeure.

« Au cours des premiers mois de sa courte vie, elle a subi une opération à cœur ouvert qui a été extrêmement traumatisante », a déclaré Mme Smith. « On m’a dit qu’elle avait un trou dans le cœur qui ne se fermait pas correctement ».

Ayla-Grace souffre également d’une maladie pulmonaire chronique et de lésions pulmonaires et a encore besoin d’oxygène. Les premiers mois qui ont suivi sa naissance ont été « la chose la plus effrayante du monde » pour Mme Smith, mais elle déclare qu’aujourd’hui, à près de sept mois, Ayla-Grace se porte bien.

« Les bébés prématurés sont de petits miracles et ils s’épanouissent vraiment dans la vie », a déclaré Mme Smith. « Ma petite fille a presque sept mois maintenant et je me sens incroyablement chanceuse de l’avoir dans ma vie ».

Les défenseurs de l’avortement affirment souvent que l’avortement doit rester légal pendant les neuf mois de la grossesse pour les cas où la santé ou la vie de la mère seraient en danger, cependant, l’avortement n’est jamais médicalement nécessaire. La vie d’Ayla-Grace a pu être sauvée, ainsi que celle de sa mère, parce que les médecins leur ont prodigué de véritables soins de santé et ont traité la mère et le bébé comme des patients.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire