M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une cour statue en faveur d’une infirmière pro-vie de l’Illinois qui a été licenciée pour son objection à l’avortement

Par Amanda Vicinanzo (LiveActionNews) Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Minerva Studio/Adobe Stock

C’est une grande victoire pro-vie : un tribunal a déterminé qu’une infirmière de l’Illinois avait été licenciée à tort après avoir été forcée de participer à des avortements et d’orienter des femmes vers des centres d’avortement, en violation de sa foi catholique.

La semaine dernière, la 17e Cour de circuit judiciaire du comté de Winnebago a statué en faveur de Sandra Mendoza Rojas, qui a intenté un procès en 2016 contre le Département de la santé du comté de Winnebago pour avoir violé ses croyances religieuses et sa conscience.

Rojas a été embauchée par le Département de la santé en tant qu’infirmière pédiatrique à temps partiel en 1996. Au cours de son emploi, la clinique de santé des femmes et la clinique pédiatrique ont été regroupées ; par conséquent, son poste concernait les questions de santé des femmes dans la clinique regroupée. L’une après l’autre, trois infirmières, dont Rojas, ont refusé de participer à l’orientation des patientes vers l’avortement et la contraception.

Le Directeur de la santé a écrit une lettre dans laquelle il acceptait de tenir compte temporairement des objections de Mme Rojas et lui donnait 14 jours pour « examiner ses options ». Dans sa lettre, le Directeur de la santé a déclaré qu’ils ne pouvaient plus accueillir Rojas dans la clinique regroupée, mais qu’elle pouvait travailler comme inspectrice des aliments à temps partiel ou comme infirmière dans une maison de retraite. En réponse, en juillet 2015, Rojas a présenté une lettre de démission, ce qui lui a coûté 18 000 $ de salaire et 213 000 $ de prestations de retraite.

En 2016, elle a intenté une action en justice en affirmant que le ministère avait violé la loi sur les droits de conscience en matière de soins de santé de l’Illinois, qui protège les travailleurs médicaux qui s’opposent à l’avortement. Les avocats d’Alliance Defending Freedom ont été les avocats associés de Rojas aux côtés de l’avocat principal Noel Sterett de Dalton & Tomich.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Les professionnels de la santé ne devraient jamais être contraints de s’engager dans des activités qui violent leurs croyances ou leurs convictions ou de les promouvoir », a déclaré Elissa Graves, conseillère juridique de l’ADF. « Sandra a trouvé sa vocation en servant comme infirmière pédiatrique, aidant les enfants à surmonter les obstacles de santé et à mener des vies épanouies. Elle a choisi de pratiquer la médecine selon sa conscience et sa religion ─ un droit des prestataires médicaux qui est protégé par la loi de l’Illinois et la loi fédérale ─ mais le Département de la santé du Comté de Winnebago l’a injustement forcée à quitter son emploi lorsqu’elle a refusé de participer à des services liés à l’avortement. La décision de la Cour protège la liberté de Sandra de pratiquer la médecine et de s’occuper de ses jeunes patients d’une manière conforme à sa conscience et à ses croyances religieuses ».

En fin de compte, le tribunal a conclu que le Département de la santé aurait pu continuer à accommoder Rojas sans lui retirer son emploi. Ils ont déterminé que la clinique pouvait continuer à fournir des services tout en respectant les objections de conscience de Rojas.

La décision du tribunal envoie un message clair aux professionnels de la santé de l’Illinois : ils n’ont pas besoin de violer leur conscience pour conserver leur emploi.

Malheureusement, le combat pour la vie est loin d’être terminé dans l’Illinois. Il y a quelques semaines à peine, Live Action News rapportait que les législateurs de l’Illinois avaient rendu l’État moins sûr pour les mineurs, en supprimant les protections parentales par l’abrogation de la loi sur la notification parentale de l’avortement. L’abrogation de cette loi ne reflète pas la voix des résidents de l’Illinois. Un sondage réalisé au début de l’année 2021 a révélé que 72 % des résidents de l’Illinois estimaient que les parents devaient être informés avant qu’une mineure n’obtienne un avortement, 58 % des personnes, même celles qui s’identifient comme « pro-choix », soutenant la loi.

En outre, Kelly Cassidy, représentante de l’État de l’Illinois, a récemment présenté la loi TEXAS, ou The Expanding Abortion Services Act, qui pénaliserait toute personne à l’origine d’une grossesse non désirée, même si l’acte sexuel qui a conduit à cette grossesse était consenti.

Bien que ces questions montrent qu’il reste beaucoup à faire pour protéger les mères et les enfants à naître dans l’Illinois et dans tout le pays, la protection par le tribunal des objections de conscience de Rojas est un pas dans la bonne direction.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire