M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une compagnie de vaccins cesse l’emploi d’une lignée cellulaire de bébé avorté dans la culture d’un vaccin antipolio

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : jcomp/Freepik

La plus grande compagnie productrice de vaccins a cessé d’employer une lignée cellulaire issue d’un bébé avorté dans la fabrication d’un vaccin contre la poliomyélite, ce qui fera un changement par rapport aux décennies pendant lesquelles il a été employé, selon LifeSiteNews :

Sanofi Pasteur, la branche spécialisée en vaccins de la multinationale pharmaceutique française Sanofi, ne produit plus « Poliovax », un vaccin qui utilisait la lignée cellulaire de fœtus avorté MRC-5. Selon Children of God for Life, groupe militant pour des vaccins et une médecine éthiques, Sanofi Pasteur a également cessé d’utiliser la lignée MRC-5 dans la fabrication des vaccins antipolio Pentacel et Quadracel. La société utilisera désormais des cellules Vero provenant de singes pour fabriquer ses vaccins. Elle continuera également à produire le vaccin IPOL contre la polio, qui utilise également des cellules Vero.

"Cela signifie que pour la première fois depuis des décennies, Sanofi Pasteur ne possédera plus de version de vaccin contre la polio cultivé sur une lignée de cellule d’un fœtus avorté", déclara Children of God for Life.

La MRC-5, également connue sous le nom de Medical Research Council 5, est une « lignée cellulaire », c’est-à-dire des cellules issues de cellules-mères originelles. La lignée MRC-5 descend de cellules pulmonaires prélevées sur un enfant blanc de sexe masculin, avorté à 14 semaines en Grande-Bretagne en 1966. Sa mère avait 27 ans à l’époque, et l’enfant a été avorté pour des « raisons psychologiques ». Les entreprises à but lucratif peuvent acheter la lignée cellulaire développée à partir de ses poumons au Coriell Intitute à fin de recherche médicale pour 257 $ ; il existe des réductions pour les chercheurs et les organisations à but non lucratif.

Mais les MRC-5 ne sont pas les seules cellules dérivées d’un enfant avorté. L’autre lignée cellulaire la plus utilisée est la WI-38, qui a été cultivée pour la première fois en juillet 1962 à partir de cellules prélevées sur un enfant blanc [avorté à] 12 semaines. Cette lignée est également disponible dans le commerce au prix de 257 dollars.

Ces lignées cellulaires ont été utilisées pour cultiver les virus utilisés dans les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la polio, la rage et la varicelle. Selon le Dr Paul Offit, expert en vaccination au Children’s Hospital of Philadelphia, il est impossible de retirer toutes les cellules humaines des vaccins avant leur utilisation. Il a cependant déclaré qu’il y reste « peut-être quelques milliardièmes de gramme » d’ADN humain.

Ce qui me suffit pour ne pas vouloir des vaccins cultivés sur ces lignées cellulaires, sans compter l’immoralité de tirer profit de l’avortement d’un enfant innocent.

Publicité
La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire