M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une avorteuse de l’Indiana pose en photo avec un outil utilisé pour détruire des bébés dans l’utérus


Kathie McHugh, avorteuse.

Par Joseph Summers — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Kathie McHugh/Twitter

21 février 2023 (LifeSiteNews) — Un médecin avorteur de l’Indiana a suscité des réactions négatives après avoir publié un tweet faisant l’éloge de l’avortement et comportant une photo d’elle avec un instrument utilisé lors de ces procédures chirurgicales.

Dr Katie McHugh, qui se décrit comme une « gynécologue-obstétricienne queer », a publié vendredi un tweet dans lequel elle qualifie l’avortement de « courant », « moral » et de « valeur familiale ». Dans son message, Mme McHugh a inclus une photo d’elle posant avec une canule, un instrument utilisé lors des avortements chirurgicaux pour aspirer le bébé dans le ventre de sa mère.

« Joyeux vendredi ! Les soins d’avortement sont toujours légaux en Indiana », a écrit Mme McHugh vendredi sur Twitter. « Nous faisons tout ce que nous pouvons pour que cela reste ainsi ».

« L’avortement est un soin de santé — c’est aussi une priorité communautaire, une valeur familiale et une partie normale de la vie », a poursuivi McHugh. « L’avortement est moral, commun, et il ne va pas disparaître. Nous non plus ».

Katie McHugh a dû faire face à des réactions largement négatives à la suite de son message, notamment de la part de partisans de l’avortement.

L’ancien champion UFC/MMA Jake Shields, qui se décrit lui-même comme « pro-choix », a répondu au post de McHugh, en déclarant, « Voir comme vous êtes heureuse de tuer des bébés me fait remettre en question ma position pro-choix ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

De même, Joshua Reed Eakle, directeur du marketing de Students for Liberty, une organisation libertaire, a écrit sur Twitter : « L’avortement ne devrait *jamais* être célébré. Je dis cela en tant que personne qui est contre le fait de le rendre illégal. Quel message absolument dérangeant et effrayant ».

Je suis en grande partie pro-choix, mais je me demande si je suis du bon côté de l’argument quand je vois des prestataires excités de pratiquer des avortements. C’est un post très, très effrayant.
— Storm (@stormrobinson) 18 février 2023

C’est profondément effrayant. Révisez votre serment.
— Jim Stinson (@jimstinson) 19 février 2023

McHugh a répondu samedi aux commentaires négatifs en redoublant sa position initiale.

« Malgré de nombreux commentaires *haineux*, je suis fière de normaliser les soins d’avortement, de sourire aux personnes et pour les personnes qui ont besoin d’aide, et d’honorer les personnes qui choisissent l’avortement », a écrit McHugh.

« Je célèbre la chance d’honorer les gens qui choisissent leur vie, leur famille et leur avenir », a poursuivi McHugh. « l’avortement est toujours un soin de santé. »

En août dernier, l’Indiana a promulgué une interdiction de la plupart des avortements dans l’État, autorisant des exceptions pour les cas de viol, d’inceste, les cas où la vie de la mère pourrait être en danger, et lorsque le bébé à naître souffre d’une condition médicale irrémédiable qui est incompatible avec une vie soutenue hors de l’utérus, indépendamment de la date de naissance de l’enfant. Après la promulgation de la loi, les médecins avorteurs de l’Indiana, dont McHugh, ont envisagé de s’installer en Illinois pour continuer à fournir des « soins ».

Le mois suivant, un tribunal de l’État a émis une injonction sur l’interdiction, dans l’attente d’un procès concernant la constitutionnalité de l’interdiction. En octobre, la Cour suprême de l’Indiana a rejeté la demande du procureur général de l’Indiana, Todd Rokita, qui souhaitait que la loi entre en vigueur dans l’attente du procès.

En décembre, une deuxième injonction a été émise contre la loi au motif qu’elle violait une loi préexistante de l’Indiana protégeant la liberté religieuse, après que trois femmes juives, une femme musulmane, une femme ayant des croyances spirituelles générales et Hoosier Jews for Choice, une organisation religieuse, aient contesté la loi. Le mois dernier, la Cour suprême de l’Indiana a de nouveau refusé une demande de M. Rokita, qui souhaitait que la Cour entende les arguments contre l’injonction sans passer d’abord par une cour d’appel.

McHugh n’a pas répondu immédiatement à la demande de commentaire de LifeSiteNews.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.