M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Avent 2020

tournant

650 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 22 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de foi et de persévérance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une ancienne avorteuse décrit les violations à la sécurité perpétrées dans l'industrie de l'avortement


Dr Kathi Aultman.

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître) — Photo : Capture d'écran YouTube

Dans un récent article paru dans USA Today, l’important média américain, le Dr Kathi Aultman a dressé le répertoire des violations de la sécurité dont elle a été témoin pendant qu’elle travaillait dans l’industrie de l’avortement.

Maintenant grand défenseur de la vie, le Dr Aultman dénonce : « Les rapports d’inspection dans plusieurs États ont révélé que les cliniques ne désinfectaient pas correctement leurs instruments. Par exemple, un ancien directeur d’une clinique d’avortement m’a avoué que dans son établissement, on utilisait du liquide vaisselle pour nettoyer les instruments à défaut de désinfectant…

En tant que gynécologue de garde aux urgences, je me suis personnellement occupée de femmes souffrant de complications graves, notamment d’hémorragies potentiellement mortelles et d’infection suite à un avortement. Aucun membre du personnel ne m’a jamais appelée pour donner des informations sur une patiente qu’ils envoyaient aux urgences. Ce n’est pas un moyen sûr de pratiquer la médecine. »

La spécialiste poursuit : « Une patiente qui est venue me voir pour des complications d’un avortement tardif m’a confié qu’elle avait été maintenue dans une chambre glacée pendant la nuit sans couverture, alors qu’elle avait pris le traitement abortif. Elle a été forcée d’accoucher dans les toilettes le lendemain matin, seulement pour regarder son bébé encore vivant se noyer. »

Suite à ce témoignage, Michael Robinson, directeur des communications de la Société pour la protection des enfants à naître (SPUC) a réagi dans un communiqué : Principio del formulario

« Les défenseurs de l’avortement prétendent à tort que l’avortement est une procédure simple et sûre. Nous savons que ce n’est pas vrai. L’avortement est une procédure mortelle conçue pour tuer un enfant à naître et qui peut gravement nuire aux femmes. Un répertoire des abus et des violations de la sécurité survenant dans les cliniques d’avortement est constamment mis à jour. Il est temps d’arrêter de jouer avec la santé des femmes. »

Campagne de financement - Avent 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 7 500$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire