M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une actrice colombienne parle de la douleur et de la guérison après un avortement: «Mon cœur était brisé»


Amada Rosa Pérez.

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Amada Rosa Pérez a gagné sa vie en tant que mannequin et actrice à succès en Colombie ; elle est surtout connue pour son rôle de Sofia dans le téléroman La Costeña y El Cachaco. Dans une entrevue accordée à Aleteia, elle a parlé de son avortement et de l’immense douleur qu’il lui a causée, ainsi que de la façon dont elle a appris à guérir et à éviter à d’autres femmes de connaître la même douleur.

Mme Pérez s’est exprimée pour protester contre la décision de la Colombie de légaliser l’avortement. Dans son cas, l’avortement n’était pas quelque chose qu’elle souhaitait. « Je n’ai jamais été en faveur de l’avortement », dit-elle. « J’ai avorté par peur, parce que j’ai subi la pression de mon partenaire et que j’ai cru en ce qu’ils m’ont dit, à savoir que la chose la plus importante était mes rêves et ma réussite professionnelle. »

L’expérience l’a laissée traumatisée. Les femmes, selon elle, méritent mieux, et l’avortement ne les aide pas — en plus des dommages physiques, il provoque des dommages émotionnels.

« J’ai... eu des pensées suicidaires », a-t-elle dit. « Je croyais que je n’étais pas digne de continuer à vivre parce que j’avais tué mon enfant, et je faisais une fixation sur les souvenirs liés à l’avortement. L’une des conséquences les plus courantes est peut-être la perte de la tendresse ; notre cœur de femme devient plus dur. »

Appelant cela « la culpabilité qui ronge l’âme », Pérez a essayé de cacher à quel point elle souffrait. « Celles qui ont avorté et semblent calmes ne font que sauver les apparences », a-t-elle expliqué. « J’ai participé à des entrevues en souriant, mais à l’intérieur mon cœur était brisé ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Finalement, Mme Pérez s’est donnée à Dieu et s’est autorisée à guérir de sa douleur. Mais elle veut éviter à d’autres femmes de vivre ce qu’elle a vécu, surtout après la décision choquante de ce pays pro-vie de rendre l’avortement légal. Même la façon dont l’avortement est formulé — comme une « interruption volontaire de grossesse » — est considérée par Mme Pérez comme une manipulation destinée à piéger les femmes.

« Ce n’est pas quelque chose d’aussi simple qu’une interruption. Et si je veux reprendre ma grossesse ? Qui me rendra mes enfants ? », demande-t-elle. « Nous vivons dans une culture de mort qui veut enlever la valeur de la maternité et qui porte atteinte à l’esprit et au cœur des filles et des femmes qui pensent que si elles mettent fin à la vie de leurs enfants, elles seront libres. Au contraire, cela en fait des esclaves ! »

Elle a également demandé aux femmes colombiennes de se demander à qui profite la promotion de l’avortement, étant donné le nombre de Colombiens qui ne soutiennent pas l’avortement. Depuis la légalisation de l’avortement, des centaines de milliers de personnes ont protesté contre cette décision, et demandent la révocation des juges qui ont rendu cette décision.

« Derrière l’avortement se cache une grande entreprise dirigée par des hommes qui fait croire aux femmes qu’elles se battent pour leurs droits, alors que ce qu’elles font, c’est nuire à leur santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle », a-t-elle expliqué.

Aujourd’hui, elle espère que les femmes se donneront à Dieu comme elle l’a fait, et que sa voix fera la différence. « Je ne suis qu’un grain de sable », a-t-elle déclaré. « Dieu m’a permis d’être une personnalité publique pour transmettre ses messages. Je lui demande seulement de ne jamais me lâcher et d’être capable de faire sa volonté. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire