M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un tribunal canadien condamne un restaurateur qui n’utilisait pas les pronoms « transgenres » de son employée…

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : lightfield studio/Adobe Stock

Ils l’ont plus précisément condamné à cause du renvoi de ladite employée qui a été mise à la porte du restaurant parce que ses exigences en matière de pronoms transgenres — auxquelles l’employeur refusait de se plier — rendaient pénible l’atmosphère entre eux deux ; chose impardonnable pour les juges ! iFamNews rapporte :

Malgré les demandes de l’employé d’être appelé par les pronoms « non binaires », le propriétaire du restaurant avait l’habitude de s’adresser à l’employé par un pronom féminin, étant donné que la personne en question est une femme biologique*. La confrontation entre les deux est devenue telle que le restaurant a licencié l’employé. Pour les juges, il s’agit d’un geste qui « s’apparente à de la discrimination ».

Les magistrats ont décidé que l’employée prétendument lésée aurait droit à une indemnité de 30 000 $ ! Tandis qu’ils ont condamné le restaurateur à inscrire dans ses politiques relatives aux employés l’assurance que ces derniers se verront nommer conformément à leurs noms et pronoms choisis, ainsi qu’à leur donner un cours d’au moins deux heures sur les droits de l’homme sur les lieux du travail…

Il est une chose que je tiens à souligner dans le jugement inique de ces juges, c’est que certaines parties, prises littéralement, semblent retourner du simple bon sens — mais elles sont encastrées dans une logique perverse :

« Comme le nom, les pronoms sont une partie fondamentale de l’identité d’une personne. Ils sont un moyen principal pour les gens de s’identifier les uns les autres. L’utilisation de pronoms corrects indique que nous voyons et respectons une personne pour ce qu’elle est. »

Et si précisément nous voulons respecter la personne en utilisant les pronoms corrects en rapport de ce que nous voyons qu’elle est, nous utiliserons précisément les pronoms qui correspondent à la réalité, à ce qu’elle est, c’est-à-dire en se fiant aux faits, et aux faits biologiques mêmes qui définissent qu’une personne est un homme ou une femme. Nous ne nous fierons pas aux élucubrations subjectives de l’individu sur sa propre personne, invérifiables pour le reste de l’humanité.

Cet étrange état de choses, qui a donné un jugement tel, remonte à 2016 où la loi C-16, qui a introduit le concept d’« identité de genre » dans la loi canadienne, a été adoptée sous l’égide de Trudeau fils. Selon iFamNews :

En 2016, [... le Canada] a adopté une loi — connue sous le nom de C-16 — qui a ajouté le concept d’ » identité de genre » à la race, la religion, l’âge, le sexe et l’orientation sexuelle à la clause de protection d’une autre loi, celle qui protège les droits de l’homme. La loi en question prévoit l’emprisonnement de ceux qui incitent à la haine contre une personne précisément en raison de son « identité ou expression de genre » et, selon certaines lectures qui ont circulé dans les médias, elle peut même servir de motif pour condamner à la prison ceux qui « abusent » du pronom d’une personne.


*Remarquez que puisqu’une femme l’est du fait de sa biologie, de sa génétique même, elle ne peut donc pas devenir homme, d’où il est absurde de parler de « femme biologique » quand on veut mentionner une vraie femme, car en fait de femme, il n’y a que des femmes biologiques. La même chose est vraie pour les « hommes biologiques ». — A. H.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire