M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un professeur de biologie licencié après avoir dit à ses étudiants que le sexe est basé sur les chromosomes

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

29 juin 2023, San Antonio, Texas (LifeSiteNews) — Un professeur de biologie du Texas, licencié pour avoir dit aux étudiants que le sexe est basé sur les chromosomes, fait appel pour demander sa réintégration.

Selon une lettre du First Liberty Legal Group, publiée le 20 juin, le professeur de biologie Johnson Varkey a été renvoyé du St. Philip’s College à San Antonio après que quatre étudiants aient quitté son cours lorsque Varkey a dit que le sexe est déterminé par les chromosomes en novembre 2022.

Le 10 janvier, un courriel de Randall Dawson, vice-président de la réussite universitaire à St. Philip, indiquait : « Je vous informe que le service des ressources humaines du district d’Alamo Colleges a reçu une plainte pour violation de l’éthique de la part de JBSA-Lackland, concernant votre animation de la classe BIOL 2402, pendant le trimestre Flex II Fall 2022 ».

Varkey, qui a enseigné à cette université pendant 20 ans, a répondu en demandant quelle était exactement la violation, mais Dawson n’a pas répondu. Plus tard, le 27 janvier, M. Varkey a reçu un avis l’informant de son licenciement.

Selon l’avis de licenciement, plusieurs plaintes ont été déposées au sujet de ses prétendues « prédications religieuses, commentaires discriminatoires sur les homosexuels et les transsexuels, rhétorique anti-avortement et badinage misogyne ».

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Cependant, la lettre de First Liberty affirme que si Varkey est un « chrétien fervent », il ne l’a jamais « mentionné en classe » et n’a « prêché aucune de ses croyances ».

En outre, Varkey a enseigné aux étudiants la biologie liée au sexe pendant toute la durée de son séjour à St. Philip’s et « aucun autre étudiant ne s’est jamais plaint » de cet enseignement scientifique de base.

« Philip’s College a violé le titre VII en licenciant le Dr Varkey en raison de ses convictions religieuses et de son discours protégé. La seule raison invoquée par l’établissement pour le licencier était la plainte d’étudiants concernant des “prêches religieux, des commentaires discriminatoires sur les homosexuels et les transsexuels, une rhétorique anti-avortement et des propos misogynes” ».

« Bien que le Dr Varkey n’ait pas prêché ni fait de prosélytisme en classe, l’accusation de prédication religieuse était évidemment liée au fait qu’il est pasteur associé », poursuit la lettre.

First Liberty promet d’intenter une action en justice si M. Varkey n’est pas réintégré.

L’opposition apparente de l’université à enseigner que le sexe est basé sur les chromosomes est en contradiction avec la biologie de base. La Bibliothèque nationale de médecine indique que « deux des chromosomes (le chromosome X et le chromosome Y) déterminent votre sexe en tant qu’homme ou femme à la naissance. Ils sont appelés chromosomes sexuels : les femmes ont 2 chromosomes X. Les hommes ont 1 chromosome X et 1 chromosome Y ».

À la lumière de ces éléments, LifeSite a contacté Dawson pour savoir comment il se fait que Varkey a été licencié pour avoir enseigné un sujet clairement défini par des experts médicaux. Toutefois, le vice-président de l’université n’a pas répondu à l’heure où nous publions.



Laissez un commentaire