M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un prêtre polonais dirige un apostolat pour aider les femmes enceintes et les mères célibataires


Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Antoni Shkraba/Pexels

La Pologne est l’un des pays d’Europe les plus pro-vie, l’avortement n’étant autorisé que dans les cas où la vie de la mère est en danger ou lorsque la grossesse résulte d’un viol. Pourtant, un prêtre fait tout ce qu’il peut pour aider les femmes à choisir la vie, en leur fournissant un abri, de la nourriture, une aide juridique, etc.

Le père Tomasz Kancelarczyk a parlé au New York Times de son expérience en matière d’aide aux femmes polonaises qui doivent faire face à des grossesses inattendues et à la condition de mère célibataire. « Parfois, je suis submergé par le nombre de ces cas », a déclaré Kancelarczyk lors d’une visite de son refuge Petits Pieds. « Il devrait y avoir 200 ou 300 maisons comme celle-ci en Pologne. Il y a un vide. »

Il est d’accord avec le New York Times pour dire que les femmes cherchent toujours à avorter, malgré l’interdiction — mais l’aide de Kancelarczyk, qui fournit de la nourriture et un abri, a permis de sauver, selon ses estimations, 40 enfants à naître chaque année.

Une femme, Beata, était enceinte et avait peur. Sa famille et le père de son bébé l’avaient tous abandonnée, et elle ne pouvait pas trouver de travail : en raison de sa grossesse, elle était considérée comme inemployable. « L’État abandonne complètement les mères célibataires », dit-elle.

Puis le père Kancelarczyk l’a trouvée. « Un jour, je n’avais rien », raconte Beata. « Le lendemain, il se présente avec toutes ces choses : des meubles, des vêtements, des couches. Je pouvais même choisir la couleur de ma poussette ». Aujourd’hui, neuf ans plus tard, elle est comptable, et son fils, Michal, est épanoui.

Mais Kancelarczyk ne se contente pas de s’adresser aux femmes ; il s’adresse également aux pères lorsqu’il apprend qu’ils prévoient abandonner leur petite amie enceinte. « Si les hommes se comportaient décemment, les femmes ne se feraient pas avorter », dit-il.

Une autre femme aidée par le père Kancelarczyk, Monika Niklas, avait envisagé l’avortement après avoir appris que son enfant à naître était atteint de trisomie 21. « J’ai eu l’impression que mon univers s’écroulait », a-t-elle déclaré. Puis le père Kancelarczyk a fait entendre les battements de cœur d’un enfant à naître pendant une messe à laquelle Mme Niklas assistait. Lorsqu’elle lui a parlé, il lui a immédiatement offert son soutien.

« C’était si émouvant », dit-elle. « Après la messe, nous sommes allés lui parler, et lui avons fait part de notre situation ». Aujourd’hui, Niklas s’occupe à plein temps de son fils Krzys et conseille d’autres femmes qui ont reçu un diagnostic de handicap prénatal. « Je ne leur dis jamais simplement : “Tout ira bien”, parce que ce sera difficile », dit-elle. « Mais si vous acceptez que votre vie soit différente de ce que vous aviez envisagé, vous pouvez être très heureuse... Nous avons tous des idées sur ce que seront nos enfants — un avocat, un médecin, un astronaute. Krzys m’a appris l’amour. »

Kasia avait 23 ans lorsqu’elle s’est retrouvée enceinte alors qu’elle était aux prises avec une relation abusive. Un avortement aurait été facile, même avec l’interdiction en Pologne. « Ce n’est pas difficile », dit-elle, expliquant qu’une amie l’avait orientée vers un centre d’avortement juste de l’autre côté de la frontière, en Allemagne. « Il suffit d’obtenir un numéro de téléphone ».

La police a refusé de l’aider alors que son petit ami la battait, et sa mère l’a chassée de chez elle. Mais lorsqu’elle a cru faire une fausse couche, sa perspective a changé — et le père Kancelarczyk, une fois encore, était là pour l’aider. Kasia a reçu un logement gratuit dans son foyer, ainsi qu’un avocat qui a réussi à poursuivre son ex-petit ami en justice. « Je me sens en sécurité maintenant », a-t-elle déclaré.

Bien que les femmes continuent de recourir à l’avortement, le père Kancelarczyk soutient toujours les protections accordées par la Pologne aux enfants à naître, et exhorte le reste du monde à choisir la vie plutôt que la mort.

« On ne peut pas exiger une justice tout en négligeant une autre justice qui n’existe pas. Il n’y a pas de justice envers les enfants à naître en Ukraine et en Russie... en Europe et dans le monde », a-t-il déclaré plus tôt cette année lors d’un pèlerinage pro-vie au sanctuaire de la Vierge noire de Częstochowa. « [Quand] nous cesserons de ressentir la valeur de la vie, ce sera en quelque sorte notre guerre et notre mort ».



Laissez un commentaire