M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un petit trisomique a gagné le concours d’une compagnie célèbre. Malheureusement beaucoup d'handicapés comme lui sont avortés

Cette photo ne représente pas le petit Lucas.

Par John Stonestreet et Stan Guthrie (LifeSiteNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

20 février 2018 (BreakPoint) — Un magnifique petit garçon ayant la trisomie 21 a été choisi pour être le bébé Gerber de cette année. C’est une excellente nouvelle. Mais il faut se souvenir que son importance ne vient pas du fait qu’il est mignon!

Depuis les années 1920, le Bébé Gerber est devenu un symbole culturel de la représentation enfantine au dessin à la main. En 2010, la compagnie vendant de la nourriture de bébé a commencé un concours annuel pour trouver de vrais bébés Gerber. Cent quarante mille familles ont participé au concours de cette année-là et le gagnant fut Lucas Warren, alors âgé d’un an. Une fois que vous aurez vu son sourire magnifique, vous comprendrez pourquoi.

En plus d’être l’ambassadeur Gerber — ce qui évidemment n’est pas complètement fidèle à la réalité puisqu’il ne peut pas encore parler — le petit Lucas profite d’un autre honneur. Il est le premier enfant ayant la trisomie 21 à être nommé gagnant.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

À première vue, comme Kathryn Jean Lopez l’a écrit dans le National Review Online : « La place du bébé ambassadeur de Gerber… est une publicité pour de la nourriture de bébé (mais,) elle peut aussi être beaucoup plus que cela cette année. En regardant dans les yeux de Lucas, on pourra peut-être voir une meilleure façon de vivre.

(…) Dans la majorité des pays occidentaux, y compris l’Islande, la France et même les États-Unis, la vaste majorité de mignons enfants ayant la trisomie 21 sont ciblés pour être exterminés par avortement sélectif. Encore pire, cela est considéré comme une bonne chose par beaucoup dans les médias, et même davantage dans les universités. Peter Singer, un bioéthicien travaillant à l’université de Princeton a soutenu d’une façon infâme que les parents devraient avoir la permission de tuer leur enfant ayant un handicap comme la trisomie 21 même après leurs naissances.

Le choix de Gerber envoie un message crucial que les enfants ayant des handicaps ont autant d’importance que n’importe quel autre enfant, et qu’ils apportent souvent un amour incomparable dans leurs maisons, les communautés et leur paroisse. Donc que Lucas soit un ambassadeur, non seulement pour Gerber, mais pour la joie qui vient en accueillant toute vie.

Je suis plus qu’heureux de faire l’éloge de Gerber… mais je ne veux pas le faire pour les mauvaises raisons. Gerber a fait la bonne chose, mais les enfants ayant la trisomie 21 ont de l’importance, non parce qu’ils sont mignons ou même parce qu’ils amènent tant d’amour et de joie à leurs familles, malgré que ces deux choses soient vraies.

Lucas, comme chaque être humain, est important, peu importe qu’il soit mignon ou non ; quand il amène de la joie et quand il n’en amène pas. Son importance est intrinsèque. Elle ne vient pas d'un calcul utilitaire qui compare les coûts aux bénéfices. Voilà une opinion qui était courante dans notre société auparavant.

Tragiquement, ce consensus a disparu de la société. Vous n’avez simplement qu’à demander à Natalie Weaver, la mère de Sophia qui est âgée de 9 ans. Sophia, à cause d’un problème neurologique appelé le syndrome de Rett, a des difformités au visage, aux mains et aux pieds. Elle n’a aucun contrôle moteur, ne peut parler et vit avec un sac pour colostomie et une sonde d’alimentation. Pourtant Natalie Weaver appelle fièrement sa fille forte et heureuse en dépit des difficultés avec lesquelles elle vit tous les jours.

Plusieurs universitaires, personnalités médiatiques, professionnels médicaux et trolls internet, pensent cependant que Sophia mérite la mort et ne vaut pas l’argent qui est nécessaire à la garder en vie. Quelques commentateurs sur Twitter, extrêmement cruels, ont par exemple récemment dit que Sophia est une preuve de la nécessité de l’avortement et même de l’infanticide. Weaver a affirmé : »’ J’ai des gens qui me disent de tuer mon enfant, pour la sortir de sa misère »’.

Pour beaucoup, beaucoup de familles, prendre soin d’enfants ayant des besoins spéciaux est extrêmement difficile — des nuits blanches, des journées épuisantes, des défis physiques et émotionnels sans fin et la perte des rêves de la “maison parfaite” ou de la “famille idéale”.

Sophie a eu jusqu’à 22 chirurgies pour l’instant — imaginez à quel point cela doit être difficile de voir votre enfant endurer ça. Et, évidemment, ce n’est pas chaque famille — ou mère — qui est aussi courageuse, aimante ou incroyable que Natalie.

Et c’est exactement là que Dieu demande à Son peuple d’intervenir. On peut soutenir la dignité de chaque vie par les mots et les actions, les mignons et les moins mignons, dans les moments charmants et ceux qui ne le sont pas, comme parents, frère, sœur et familles, et comme paroisses. Nous pouvons supporter, prier, aimer, prendre soin, et sinon vivre comme si chaque vie importe. Parce que, évidemment, elles importent.

Un nouveau bébé Gerber : Un héraut trisomique

Félicitations à Gerber de démontrer que chaque vie a de l’importance. Les chrétiens le reconnaissent parce que chaque vie a été créée à l’image de Dieu. Il y a beaucoup de défis pour les enfants ayant des handicaps et leurs parents ou ceux qui s’en occupent. Nous pouvons les aider grâce à la prière pour une force physique, émotionnelle et spirituelle et aussi par une aide pratique offerte au nom du Christ.



Laissez un commentaire