M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un père catholique demande à un conseil scolaire d’Ontario d’abandonner le drapeau de la fierté et d’adopter la croix comme symbole de l’amour


Matthew Wojciechowski s'exprimant lors de la réunion du Dufferin-Peel Catholic School Board.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CampaignLifeTV

25 mai 2023, Mississauga, Ontario (LifeSiteNews) — Un père canadien exhorte un conseil scolaire catholique de l’Ontario à ne pas faire flotter le drapeau de la fierté mais à « prendre la croix » comme symbole d’amour et de miséricorde.

Lors d’une réunion de la commission scolaire Dufferin-Peel Catholic District School Board (DPCDSB) le 23 mai, Matthew Wojciechowski, père catholique et vice-président de la Coalition nationale pour la Vie (CNV), a supplié le conseil de reconsidérer la décision de faire flotter le drapeau de la fierté pendant le « mois de la fierté » homosexuelle en juin.

« J’aime tant les personnes qui s’identifient comme LGBTQ que je préfère être accusé à tort de sectarisme et de haine plutôt que de prétendre que le chemin qu’elles empruntent n’est pas mortel », a déclaré Wojciechowski, citant sa collègue de CNV, Josie Luetke.

« Les personnes ici présentes diront que le drapeau représente l’amour et l’inclusion », a-t-il poursuivi. « Je ne suis pas d’accord ; il est naïf et irresponsable, en tant qu’éducateurs catholiques et en tant que parents, de ne pas reconnaître l’idéologie que ce drapeau représente ».

« Pour essayer de réconcilier le drapeau de la fierté avec l’Église catholique, il faut l’arracher complètement à ses origines et fermer les yeux sur la façon dont il est utilisé aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Wojciechowski a déclaré à LifeSiteNews que lorsqu’il a entendu parler de la décision du conseil de faire flotter le drapeau de la fierté, il a considéré qu’il était de son « devoir de parent de s’exprimer ».

« Avec tous les conseils scolaires de la province qui cèdent à la pression des LGBT, je savais que cela finirait par arriver chez nous », a-t-il expliqué. « Lorsque j’ai appris que des activistes imposaient cette question à nos administrateurs, j’ai immédiatement contacté le conseil et envoyé l’inscription de ma délégation ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Lors de son intervention devant le conseil, M. Wojciechowski a expliqué que le drapeau de la fierté « représente le mouvement de la fierté homosexuelle et transsexuelle, un mouvement qui promeut l’immoralité sexuelle. Il représente le transhumanisme : un rejet de la création de Dieu en tant qu’homme et femme ».

Il a posé la question suivante : « Êtes-vous prêts à vous tenir ici aujourd’hui en tant que gardiens de l’éducation catholique dans ce conseil et à renoncer publiquement à l’enseignement de l’Église catholique sur la sexualité humaine, le mariage, la famille et ce que cela signifie d’être humain ? »

Wojciechowski a expliqué que même si le conseil avait de bonnes intentions en arborant le drapeau de la fierté, comme essayer d’encourager l’amour et l’inclusion, le drapeau de la fierté n’est pas le bon symbole à utiliser. Au lieu de cela, M. Wojciechowski a encouragé le conseil à se tourner vers le symbole ultime de l’amour : la Croix.

« La croix est le symbole que vous recherchez », a-t-il déclaré. « Prenez la croix, embrassez-la de tout votre cœur. C’est le symbole de l’amour, de la miséricorde, de l’inclusion et de l’acceptation. Vous ne trouverez l’amour nulle part ailleurs que dans le Christ ».

« Nous ne trouverons pas ce que nous cherchons dans le drapeau de la fierté, nous ne le trouverons pas dans les slogans politiques, non, nous ne pouvons le trouver que dans notre Seigneur Jésus-Christ », a déclaré Wojciechowski.

Il a expliqué que l’acceptation du drapeau LGBT mettait en danger l’âme des enfants, car elle les « réduit à leur attirance et à leurs désirs sexuels ».

« En tant que parents et éducateurs catholiques, nous devons à nos enfants de les guider dans la vérité et de les encourager à chercher refuge dans le Christ », a déclaré M. Wojciechowski.

« Je crois qu’il s’agit d’une merveilleuse occasion pour un conseil de montrer la voie, d’être des dirigeants catholiques parmi les conseils scolaires de la province, de rappeler ce qu’est l’éducation catholique et ce qu’elle n’est pas, d’agir dans l’intérêt supérieur de ses élèves et, plus important encore, de les conduire à la sainteté », a-t-il ajouté.

M. Wojciechowski a cité saint Paul, qui a dit : « Ne vous conformez pas aux modèles de ce monde ».

Malheureusement, de nombreuses écoles catholiques ont cédé aux pressions des militants LGBT et arboreront des drapeaux de la fierté au cours du mois de juin. Toutefois, les parents de l’Ontario sont de plus en plus nombreux à riposter : des centaines d’élèves, majoritairement musulmans semble-t-il, sont restés chez eux au début du mois lorsque leurs écoles ont hissé le drapeau.

Les parents ont également commencé à s’élever contre la promotion de l’agenda LGBT auprès de leurs enfants dans les écoles. Wendy Ashby, conseillère scolaire pro-LGBT, a récemment démissionné après que plus de 3 000 parents aient demandé son éviction.

De même, le mois dernier, un groupe de jeunes Canadiens a protesté contre une manifestation de drag queens organisée par l’école devant le York Mills Collegiate Institute de Toronto.

« L’objectif du mouvement de la fierté est de diviser et de conquérir », a déclaré Wojciechowski à LifeSiteNews. « Il s’introduit de force dans les institutions catholiques afin de diviser les chrétiens, de susciter la peur parmi les fidèles, d’imposer l’immoralité sexuelle aux jeunes et de les éloigner de la vie vertueuse. »

« En fin de compte, le mouvement de la fierté est un rejet du plan de Dieu pour la sexualité humaine et pour ce que cela signifie d’être humain », a-t-il ajouté, expliquant que la pression pour l’agenda LGBT dans les écoles fait partie d’une « bataille spirituelle, non pas contre l’homme, mais contre les forces du mal ».

« Chacun d’entre nous est en quête d’amour, de miséricorde, de guérison et nous ne trouverons pas ces choses dans le drapeau de la fierté, dans le mouvement LGBT ou dans une quelconque idéologie politique », a expliqué M. Wojciechowski.

« Ce que nous cherchons, nous ne pouvons le trouver qu’en Jésus-Christ, dans sa croix et dans sa glorieuse résurrection », a-t-il ajouté.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.