M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un pasteur albertain en prison pour non-respect des règles «sanitaires» ― un autre pasteur le soutient et défit aussi les règles

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : diegoattorney/Pixabay

Le pasteur protestant de l’église baptiste GraceLife à Calgary, James Coates, est en prison pour avoir ouvert son église malgré un décret interdisant l’ouverture de son établissement, suite au non-respect des règles « sanitaires » du gouvernement albertain, rapporte LifeSiteNews :

Le dimanche 14 février, Coates avait organisé un service religieux en violation du décret du 29 janvier émis par l’Alberta Health Services (AHS) exigeant que les portes de l’église restassent fermées.

Jusqu’alors, l’AHS avait affirmé que l’église GraceLife ne respectait pas les limites d’assistance en vigueur, et ne suivait pas les règles de masquage ou d’éloignement physique.

Coates a été informé la semaine dernière par la GRC qu’ils prévoyaient l’arrêter pour avoir défié le décret de fermeture covid-19 et lui ont demandé de se constituer prisonnier. Coates a obtempéré et a été emprisonné pour avoir servi sa communauté.

Il demeure en prison, en attente de son procès, ayant refusé d’accepter les conditions de mise en liberté sous caution, demandant qu’il s’engage à ne plus organiser de services religieux violant les restrictions gouvernementales en raison du covid-19.

Après l’arrestation de James Coates, sa femme, Erin Coates, a organisé une manifestation le 23 février pour la libération de son mari, lançant aux assistants « ouvrez vos églises », selon LifeSiteNews :

« Les gens nous demandent sans cesse ce qu’ils peuvent faire pour nous. Ouvrez vos églises. Ouvrez vos églises ! Prenez position pour le Seigneur Jésus-Christ et prenez position pour le peuple ! Aimez-le, ouvrez les portes, c’est ce que nous devons faire maintenant », déclarait Erin Coates, lors d’une manifestation demandant la libération de son mari.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Un autre pasteur, Tim Stephens, de l’église baptiste Fairview à Calgary, tient des services dépassant la limite de 15 % de capacité d’accueil imposée par le gouvernement, et soutient son ami et collègue James Coates, selon un autre article de LifeSiteNews :

« Nous comprenons les dangers du covid-19 mais nous comprenons aussi les dangers des politiques qui tentent de réduire la propagation du virus. Tous doivent admettre que le confinement et les restrictions ont été dommageables », déclarait Tim Stephens, pasteur principal de l’église baptiste Fairview à Calgary, dans un communiqué de presse diffusé dimanche.

« Nous ne sommes pas contre toutes les règles et mesures sanitaires. Cependant, nous ne pouvons pas nous conformer à des règles qui rendent impossible ce que nous faisons essentiellement en tant qu’église. Et pour être clair, c’est... Jésus-Christ, et non le gouvernement civil, qui définit ce qui est essentiel pour l’église en assemblée ».

(Plus exactement, c’est Jésus-Christ par le ministère de l’Église catholique qui définit ce qui est essentiel pour que cette dernière puisse rendre le culte public ― mais c’est un protestant qui parle…) LifeSiteNews continue :

L’église baptiste Fairview avait déjà été citée pour sept violations [aux règles « sanitaires »] par les inspecteurs de l’Alberta Health Services (AHS) en janvier. Cette église a été condamnée à une amende de 1 200 dollars. L’AHS a affirmé que l’église baptiste Fairview n’observait pas les règles concernant la taille de l’assistance, et que la plupart des fidèles ne portaient pas de masque comme exigé par le gouvernement.

Dimanche dernier, au mépris des règles covid de l’Alberta qui limitent les rassemblements dans les églises à 15 % de leur capacité, l’église baptiste Fairview a organisé un service — et a juré de continuer d’en tenir.

Le service de dimanche dernier a attiré l’attention des inspecteurs de l’AHS. Selon un reportage de Rebel News, ils se sont présentés à l’église mais sont partis sans infliger d’amendes après qu’un de leurs journalistes les ait pressés de questions.

Le rapport de Rebel News indique que quatre agents ont « surveillé l’église à distance pendant plus d’une heure, tout en examinant s’il valait la peine d’émettre des contraventions aux fidèles et au pasteur ».

Quant à Stephens, il dit être un bon ami du pasteur James Coates de la GraceLife Church, qui est située à Spruce Grove, en Alberta, près de la capitale de la province, Edmonton, à environ trois heures de route au nord de Calgary.

« James est un bon ami à moi et c’est triste ce qui lui est arrivé », déclarait Stephens, selon un article de Global News. « Je suis prêt si le même sort m’attend. Je sais que d’autres pasteurs ressentent la même chose, ils veulent se tenir à ses côtés et le soutenir, lui et nos frères et sœurs de l’église GraceLife ».

Tim Stephens souligne les graves dommages causés par le confinement totalitaire qui afflige toute la population, notant l’accroissement des suicides, l’augmentation de la consommation de drogue et de pornographie, la faillite de nombreuses petites entreprises, et nombre d’autres maux.

Le pasteur protestant indique un nombre croissant d’églises albertaines et américaines à signer la déclaration The Church Must Gather (L’Église doit se rassembler), d’après LifeSiteNews :

« Au-delà de la science, et de toutes les raisons naturelles que nous pouvons donner, nous nous agenouillons finalement et engageons nos vies à Jésus Roi qui est le chef de l’Église et notre seul Souverain », peut-on lire dans la déclaration. « Nous soussignés croyons que les églises ou les croyants doivent continuer à se réunir en personne pour le culte public avec ou sans la permission des autorités civiles ».

Voilà une déclaration intéressante qui pourrait inspirer les évêques catholiques du Canada, quoiqu’ils aient tout ce qu’il faut sous la main pour produire une déclaration encore plus solennelle, déclarant les droits exclusifs de l’Église catholique à tenir le culte public, et ses droits en général face à l’État.

Car, qu’ont-ils fait jusqu’à maintenant ? De timides réclamations auprès des gouvernements provinciaux, des déclarations certes indignées mais combien peu vigoureuses, sans que les droits de l’Église catholique fussent vraiment mis de l’avant.

Si l’œcuménisme leur est si cher (mais pas à moi) pourquoi donc, du moins les évêques albertains, ne viennent-ils pas au secours de ce pasteur protestant qui croupi en prison pour avoir préférer suivre sa conscience plutôt que les décrets dictatoriaux d’un gouvernement au comportement athée, pourquoi donc ne protestent-ils pas véhémentement ? Sans verser dans l’œcuménisme, ils pourraient au moins prendre exemple sur le courage de ce pasteur et montrer plus d’ardeur à défendre leur peuple, l’Église et Dieu.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire