M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un obstétricien-gynécologue qui a assisté 5 000 naissances: l'avortement n'est jamais « nécessaire » pour protéger la santé d'une femme


Roger W. Marshall, obstétricien-gynécologue.

Par Grace Carr (LifeNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Roger W. Marshall, médecin et représentant du Kansas, a écrit un article d'opinion disant qu'il n'y a aucune raison nécessitant un avortement tardif pour protéger la santé d'une femme.

« Jusqu'à ce jour, je ne peux imaginer un seul scénario où je penserais qu'un avortement tardif aidât à améliorer la santé mentale d'une femme », a écrit Marshall dans un article publié lundi par Fox News. « Contrairement au mouvement pro-avortement, indépendamment de la santé médicale sous-jacente de la mère, je n'ai jamais vu le scénario où nous devions choisir entre la vie d'une mère et celle d'un bébé », a écrit Marshall.

Marshall est un obstétricien qui a assisté la naissance de plus de 5 000 bébés dans l'ouest du Kansas depuis 25 ans. Il a également été gynécologue-obstétricien dans un hôpital psychiatrique d'État et dans une prison.

Les femmes enceintes courent des risques beaucoup plus élevés de perforation utérine et d'hémorragie mettant leur vie en danger pendant les avortements tardifs, d'après Marshall. Selon le médecin, ces interventions présentent également un risque élevé d'infection, de cicatrisation permanente et d'infertilité.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Dans presque toutes les situations, les avortements tardifs ne sont pas sûrs et sont plus dangereux que l'accouchement naturel », a écrit Marshall.

Un certain nombre d'États, dont le Rhode Island,  le Vermont, la Virginie, le Maine, le Nouveau-Mexique et le Maryland, envisagent d'élargir l'accès à l'avortement pour permettre aux femmes d'avorter en fin de grossesse.

New York  a adopté  le  Reproductive Health Act  le 22 janvier, codifiant la  possibilité pour une femme d'avorter  en vertu de la loi de l'État et  permettant  aux femmes de se faire avorter après 24 semaines dans les cas où « il y a absence de viabilité fœtale ou à tout moment où cela est nécessaire pour protéger la vie ou la santé du patient », selon la législation.

Marshall a qualifié la loi de New York d'« inhumaine » tant pour les mères que pour les enfants.

« Je vous encourage à dire à tous vos élus fédéraux d'appuyer le Born-Alive Abortion Survivors Protection Act (Loi sur la protection des survivants à l'avortements), qui est la première étape pour protéger immédiatement les bébés qui ont survécu à des avortements ratés et exiger qu'ils reçoivent les soins médicaux appropriés », a également insisté le médecin et représentant de l'État.

Le Born-Alive Abortion Survivors Protection Act (Loi sur la protection des survivants à l'avortements) exigerait que les bébés nés vivants après un avortement bénéficient de la « même protection légale que tout nouveau-né ».

Soixante-quinze pour cent des Américains sont en faveur de resctrictions importantes de l'avortement  et disent que l'avortement devrait être limité aux trois premiers mois de la grossesse, selon le sondage Mariste de janvier.

LifeNews Note : Grace Carr écrit pour Daily Caller. Le contenu créé par le  Daily Caller News Foundation  est offert gratuitement à tout éditeur de nouvelles admissible qui peut fournir un vaste auditoire.

Publicité



Laissez un commentaire