M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un nouveau-né stupéfie les infirmières en sortant du ventre de sa mère avec un stérilet à la main


Violet Quick et son fils Rudy.

Par Mary Zwicker — Traduit par Campagne Québec-Vie

13 février 2023 Idaho (LifeSiteNews) — Un petit garçon en bonne santé a choqué les médecins et les infirmières en sortant du ventre de sa mère en tenant fermement à la main son dispositif intra-utérin (DIU).

Fin janvier, Violet Quick, 20 ans, une étudiante de l’Université Brigham Young (Idaho) originaire de Caroline du Nord, a filmé la victoire de son fils Rudy sur le contrôle des naissances dans une vidéo qui a amassé plus de 22 millions de vues sur TikTok avant qu’elle ne choisisse de la rendre privée.

« Quand toutes les infirmières viennent voir un bébé avec son stérilet », a-t-elle commenté dans son court-métrage.

Quick, mariée à 19 ans, s’est fait implanter le stérilet Skyla parce qu’elle et son mari John Francis voulaient éviter d’avoir des enfants pour le moment. Cependant, après des semaines de nausées et sept tests de grossesse positifs, Quick s’est rendue aux urgences où on lui a dit qu’elle était enceinte malgré l’implant qu’elle avait reçu seulement 9 mois auparavant.

« Je ne savais pas ce qui se passait, alors j’ai fait un test de grossesse, et il a été positif tout de suite », a déclaré Quick, expliquant que la grossesse était la dernière chose à laquelle elle s’attendait à ce moment-là. « Ils étaient tous positifs, et je suis en fait allée aux urgences et j’étais enceinte de sept semaines ».

Les stérilets en cuivre et les stérilets hormonaux peuvent empêcher une grossesse en épaississant la glaire cervicale afin d’empêcher les spermatozoïdes d’atteindre et de féconder un ovule et également en stoppant l’ovulation. Cependant, les stérilets fonctionnent le plus souvent comme des abortifs en affaiblissant la muqueuse utérine pour empêcher un ovule fécondé de s’incruster dans l’utérus.

Au cours de la dernière décennie, le dispositif intra-utérin (DIU) est devenu une méthode de contrôle des naissances de plus en plus populaire. Un rapport publié par le CDC en 2020 a révélé qu’entre les années 2017 et 2019, 10,4 % des 65,3 % de femmes âgées de 15 à 49 ans aux États-Unis utilisaient le stérilet comme principale forme de contrôle des naissances.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Malgré leur popularité, ils ne sont pas sécuritaires pour les femmes, et encore moins pour les bébés à naître. LifeSiteNews a déjà rapporté comment les DIU s’accompagnent d’une variété d’effets secondaires dangereux, notamment la maladie inflammatoire pelvienne — une infection bactérienne qui peut causer l’infertilité, des grossesses extra-utérines et des douleurs pelviennes constantes. Dans les cas graves, une hystérectomie [ablation de l’utérus] est nécessaire. Parmi les autres effets secondaires des DIU, citons les kystes ovariens, les septicémies potentiellement mortelles, la fixation du DIU à la paroi utérine ou la perforation de l’utérus par le DIU, entraînant des cicatrices, des infections et des dommages à d’autres organes. Les DIU sont également connus pour avoir causé la mort.

Outre les risques pour la santé de la mère, si un DIU reste implanté dans la mère pendant la grossesse, d’autres risques existent pour la mère et le bébé, des études montrant que les fausses couches, les naissances prématurées et le risque d’infection sont beaucoup plus élevés lorsque le DIU reste en place pendant la grossesse.

Malgré les dangers associés aux grossesses avec stérilet, Mme Quick n’est pas la seule mère à concevoir et à donner naissance à un bébé en bonne santé sans retirer le stérilet. En 2017, LifeSiteNews a rapporté un cas similaire qui est devenu connu sous le nom de « bébé Mirena » lorsqu’une femme porteuse d’un stérilet Mirena a donné naissance à un fils en bonne santé malgré son stérilet. Pendant sa grossesse, les médecins ne pouvaient trouver l’implant de Lucy nulle part — jusqu’à ce qu’il soit découvert derrière le placenta.

Lucy a déclaré à l’époque que, même si la naissance de son fils Dexter n’était pas prévue, « ma famille et moi nous sentons incroyablement bénis ».

L’enseignement de l’Église catholique, fermement exposé dans le Catéchisme de 1992, est que l’acte conjugal est censé être à la fois unitif et procréatif. Ainsi, la contraception, qui empêche l’acte conjugal de remplir sa finalité, est immorale et interdite par les enseignements de l’Église catholique, quelles que soient les circonstances.

« La légitimité des intentions des époux ne justifie pas le recours à des moyens moralement irrecevables (par exemple, la stérilisation directe ou la contraception) », précise le paragraphe 2399 du Catéchisme de l’Église catholique (CEC).

« Est intrinsèquement mauvaise “toute action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait, comme but ou comme moyen, de rendre impossible la procréation” ». (CEC 2370, citant Humanae Vitae 14)



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.