M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un médecin admet que le programme de contraception de Trudeau coûtera moins cher que si les femmes devenaient mères


Le Dr Wandy Norman.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Bc Women's Health Foundation/YouTube

12 juin 2024 (LifeSiteNews) — Un médecin du gouvernement a admis au Parlement que le plan de contraception « gratuit » du premier ministre Justin Trudeau permettra aux femmes de rester sur le marché du travail au lieu d’avoir des enfants, ce qui, selon elle, serait bénéfique pour l’économie.

Lors d’une réunion de la commission des finances le 30 mai, le Dr Wendy Norman, professeur à l’université de Colombie-Britannique et chef de l’équipe de recherche sur la contraception et l’avortement au Canada, a admis que le plan de contraception gratuit proposé par M. Trudeau contribuerait à maintenir les femmes sur le marché du travail et coûterait finalement moins cher au gouvernement que si ces mêmes femmes devenaient mères à la place.

« Il semble que les arguments économiques en faveur de l’accès universel à la contraception soient écrasants », a déclaré Don Davies, député du Nouveau Parti démocratique (NPD), en réponse à Mme Norman.

« Vous avez brièvement évoqué les impacts macroéconomiques de la facilitation de l’entrée et de la participation des femmes sur le marché du travail », a-t-il poursuivi. « Existe-t-il des données ou des recherches établies qui permettent de quantifier la valeur de la participation des femmes à l’économie grâce au contrôle de la procréation ? »

« C’est une excellente question », a répondu Mme Norman.

« En guise de réponse globale, j’examinerais la déclaration de l’Association américaine de santé publique sur les 100 principales interventions de santé publique au cours du siècle dernier, de 1900 à l’an 2000 », a-t-elle poursuivi. « Il s’agit en fait de la période allant de 1900 à 2000 ».

« L’intervention de santé publique la plus importante dans tout le pays — et c’était à l’époque où nous avons développé la pénicilline, les vaccins et toutes ces choses — a été l’introduction de la planification familiale pour soutenir la réussite et l’engagement des personnes aptes à la grossesse [sic] dans toute notre société », a conclu Mme Norman.

L’aveu de Mme Norman selon lequel la contraception aide les femmes à rester sur le marché du travail et donc à s’éloigner de leur famille a été vivement critiqué par les groupes pro-vie canadiens.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Il s’avère que la contraception gratuite est le plan du premier ministre Trudeau pour éloigner les femmes du cœur du foyer et les transformer en rouage de l’économie », a écrit Pete Baklinski, de la Coalition nationale pour la vie (CNV), sur X.

« La contraception gratuite vise à convertir les femmes en travailleuses », a-t-il averti. « Et, dans le plus pur style orwellien, le gouvernement appelle cela “choix reproductif”, “liberté de choisir le moment de fonder une famille” et “autonomie” ».

« Le fait est que les femmes qui ont des enfants et restent à la maison pour les élever font plus pour le bien de la société que n’importe qui d’autre », a déclaré M. Baklinski. « Les mères qui élèvent leurs enfants dans la sécurité et la protection du foyer sont les véritables héroïnes d’aujourd’hui ».

Plus tôt dans la réunion, M. Davies a interrogé Mme Norman sur sa déclaration de 2023 selon laquelle « il en coûtait plus au gouvernement de payer pour la gestion des grossesses non désirées qu’il n’en coûterait de pouvoir fournir une contraception gratuite à tous les habitants de la province ».

M. Norman a répondu : « Nous avons passé deux ans à étudier des modèles alternatifs, y compris des modèles de comblement des lacunes et de supplémentation dans différents domaines, et chaque fois que nous nous sommes éloignés de la couverture universelle au premier dollar, le taux de grossesses non désirées a augmenté et les coûts pour le gouvernement ont augmenté ».

En effet, les grossesses des mères qui travaillent coûtent cher au gouvernement Trudeau, car le gouvernement fédéral est responsable d’une partie des congés de maternité et de paternité des parents qui doivent s’absenter de leur travail pour s’occuper de leur nouveau bébé.

La déclaration de Mme Norman fait suite à la présentation par les libéraux de leur plan de contraception gratuite en mars, dans le cadre du nouveau plan de santé du gouvernement Trudeau.

Dans le cadre du nouveau plan, les contribuables canadiens doivent financer divers types de contraceptifs, notamment jusqu’à 300 dollars par an pour les pilules contraceptives orales, jusqu’à 500 dollars par dispositif hormonal intra-utérin (DIU), jusqu’à 100 dollars par DIU en cuivre, jusqu’à 300 dollars par implant hormonal, ce qui comprend jusqu’à 300 dollars par unité ; jusqu’à 300 dollars par anneau vaginal hormonal, jusqu’à 150 dollars par an pour les injections contraceptives, et environ 30 dollars par dose de contraceptifs d’urgence tels que le « Plan B », un médicament conçu pour tuer un bébé nouvellement conçu.

Depuis son annonce, le plan a été condamné par les groupes pro-vie, dont la CNV.

En avril, la CNV a critiqué M. Trudeau, le qualifiant de « malavisé » et d’anti-famille en faisant « payer » à tous les Canadiens des « pilules abortives », après qu’il se soit vanté sur les médias sociaux de son nouveau projet de loi gouvernemental qui fournira des contraceptifs gratuits, y compris la pilule du lendemain, à tous les Canadiens.



Laissez un commentaire