M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un juge du Kansas décide que les permis de conduire doivent mentionner le sexe réel et non l’« identité de genre »

Par Louis Knuffke — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Gecko Studio/Adobe Stock

12 juillet 2023, Topeca, Kansas (LifeSiteNews) — Un juge de l’État du Kansas a statué que les permis de conduire doivent indiquer le sexe réel du titulaire — et non le soi-disant « genre » auquel la personne s’identifie — conformément à la loi du Kansas, dans le cadre d’une action en justice intentée par le procureur général de l’État.

Cette décision a été prise trois jours après que le procureur général républicain, Kris Kobach, a poursuivi l’administration du gouverneur démocrate, Laura Kelly, pour avoir refusé de suivre et d’appliquer une loi de l’État qui est entrée en vigueur le 1er juillet. Avant l’entrée en vigueur de la loi, le gouverneur libéral avait annoncé que la division des véhicules automobiles de l’État ignorerait la loi et continuerait à changer les permis de conduire des personnes s’identifiant comme « transgenres », une décision que la juge de district Teresa Watson a jugée « préoccupante pour la sécurité publique ».

« Les permis de conduire sont utilisés par les forces de l’ordre pour identifier les suspects, les victimes, les personnes recherchées, les personnes disparues et d’autres personnes », a écrit Watson dans sa décision. « Le respect des exigences légales de l’État en matière d’identification des détenteurs de permis est une question de sécurité publique ».

La loi SB 180, appelée Charte des droits de la femme, a été adoptée au début de l’année. Elle établit une définition biologique de la « femme », empêche les hommes biologiques d’accéder aux toilettes et aux vestiaires des femmes et interdit aux personnes souffrant d’un trouble du genre de modifier leur sexe sur les documents officiels du gouvernement.

En juin, le bureau de M. Kobach a publié des orientations officielles sur l’interprétation juridique de la loi, affirmant qu’elle « exige du ministère des Finances du Kansas qu’il inscrive le sexe biologique des individus à la naissance sur les permis de conduire. Elle oblige le ministère de la Santé et de l’Environnement du Kansas à indiquer le sexe biologique d’une personne à la naissance sur les certificats de naissance, et elle exige que seules les femmes biologiques soient hébergées dans une partie spécifique du centre correctionnel de Topeka ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Les registres de l’État doivent être exacts et refléter la vérité telle qu’elle est définie dans la législation de l’État. Un certificat de naissance est un enregistrement de ce qui s’est passé au moment où un bébé est sorti de l’utérus. Ce bébé pesait un poids spécifique et était d’un sexe spécifique », a déclaré M. Kobach. « De même, un permis de conduire est un document d’État reflétant une base de données d’État à des fins d’État. Il ne s’agit pas d’une toile sur laquelle une personne peut peindre son expression et ses préférences ».

La loi SB 180 affirme que le « sexe » est défini par la biologie et établi à la naissance et que « les distinctions entre les sexes en ce qui concerne l’athlétisme, les prisons ou autres lieux de détention, les refuges pour victimes de violences domestiques, les centres d’aide aux victimes de viol, les vestiaires, les toilettes et autres lieux où la biologie, la sécurité ou l’intimité sont en jeu et qui donnent lieu à des aménagements distincts sont substantiellement liées aux objectifs gouvernementaux importants de protection de la santé, de la sécurité et de l’intimité des individus dans de telles circonstances ».

La loi stipule que « tout district scolaire, ou école publique y étant associée, et toute agence, département, bureau ou subdivision politique de l’État qui recueille des statistiques de l’état civil dans le but de se conformer aux lois antidiscriminatoires ou de rassembler des données précises sur la santé publique, la criminalité, l’économie ou autres, doit identifier chaque individu faisant partie de l’ensemble des données recueillies comme étant de sexe masculin ou féminin à la naissance ».

Commentant le refus du gouverneur de respecter la loi, Tory-Marie Blew, représentante de l’État, a déclaré : « Il est étrange que cette question soit controversée, alors qu’elle ne l’est pas pour la plupart des habitants du Kansas. Pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, tout le monde comprenait la différence entre un homme et une femme ».

Lorsqu’il a donné des indications sur l’interprétation de la loi, M. Kobach a affirmé : « Tout comme je dois défendre chaque loi du Kansas, que je sois d’accord ou non, le gouverneur doit appliquer la loi, qu’elle soit d’accord ou non. Nous attendons du bureau du gouverneur et de ses agences qu’ils se conforment à la loi ».

La loi SB 180 est l’une des nombreuses mesures auxquelles Mme Kelly a opposé son veto — qui ont été annulés par le corps législatif plus conservateur — : des lois visant à garantir des soins médicaux aux enfants qui survivent à un avortement et à empêcher les hommes d’accéder aux programmes sportifs réservés aux femmes. Les républicains ont également annulé les vetos de Mme Kelly à des lois obligeant les avorteurs à informer leurs clients de la possibilité d’inverser la pilule abortive et interdisant aux avorteurs d’obtenir une assurance responsabilité civile par le biais du Fonds de stabilisation des soins de santé de l’État.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.