M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un hôpital texan affame un quadriplégique atteint de COVID-19 malgré les protestations de sa femme


Michael Hickson.

Par LifeSiteNews ― Traduit par Campagne Québec-Vie ― Photo :

29 juin 2020 (Texas Right for Life) ― Michael Hickson, un patient atteint du COVID-19, âgé de 46 ans, fut privé de nourriture et laissé sans traitement adéquat pour sa maladie au St. David’s South Austin Medical Center. Sa femme, Melissa, dit que l’hôpital refusa de traiter sa maladie en raison de son handicap.

Michael Hickson devint quadriplégique suite à un arrêt cardiaque soudain, qui nécessita la réanimation cardio-pulmonaire, alors qu’il conduisait Melissa au travail en mai 2017. Melissa et leurs cinq enfants sont restés aux côtés de Michael tout au long de sa convalescence. Il retourna à l’hôpital en 2020 après avoir contracté le COVID-19, dégénérant en pneumonie, d’un membre du personnel de sa maison de soins.

Michael était conscient et alerte, mais ne pouvait communiquer verbalement. Il réagissait aux blagues, secouait la tête ; il fronça les lèvres lors d’un appel sur FaceTime lorsque Melissa lui demanda un baiser. Melissa demandait si elle pouvait prier avec son mari et leurs enfants, ce à quoi il répondait « oui » de la tête. Mais le médecin ne tarda pas à dire à Melissa que son mari serait placé à l’hospice contre sa volonté. Dans une conversation enregistrée, le médecin de St. David déclara à Melissa que son mari ne serait pas soigné à cause de son handicap, malgré son souhait.

Le médecin de St. David : « Donc, à partir de maintenant, sa qualité de vie — il n’en a pas beaucoup ».

Melissa : « Que voulez-vous dire ? Parce qu’il est paralysé à cause d’une lésion cérébrale, il n’a pas de qualité de vie ? »

Le médecin de St. David : « Exact. »

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Alors que la femme de Michael et un autre membre de sa famille étaient en procès pour obtenir la curatelle permanente de Michael, un juge nomma une organisation de la région d’Austin appelée Family Eldercare comme curateur temporaire de Michael. Family Eldercare donna l’ordre au médecin de ne pas traiter Michael et de le placer à l’hospice. Le médecin reconfirma l’effrayante réalité qu’elle n’avait pas son mot à dire sur la vie ou la mort de son mari. Le médecin indiqua à Melissa : « mais à ce stade, nous allons faire ce que nous pensons être le mieux pour lui, avec l’État, et c’est ce que nous avons décidé... c’est la décision entre la communauté médicale et l’État ».

Michael est resté sans nourriture ni traitement pendant six jours malgré la volonté de Melissa de sauver son mari. Il est décédé des suites de ces maladies non traitées le 11 juin 2020.

Maintenant, Melissa pleure son mari et les enfants leur père bien-aimé. Melissa confie : « J’ai du mal à comprendre comment et pourquoi cela a pu arriver. J’ai perdu mon meilleur ami, ma meilleure moitié, l’autre moitié de mon cœur ». Elle poursuit :

J’ai été dépouillée de mes droits en tant qu’épouse, et j’étais impuissante, regardant mon mari être exécuté. Je n’ai plus de mari, je suis veuve à 47 ans. Mes enfants sont sans père pour célébrer la fête des Pères. Tout nous a été enlevé. Je n’ai pas d’autres mots pour exprimer ce que je ressens aujourd’hui que douleur, colère et frustration.

Publicité



Laissez un commentaire