M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3285 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 8 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un «homme transgenre» enfante et réclame d'être le «père» sur l'acte de naissance


Freddy (?) McConnell.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Capture d'écran sur YouTube

Si ce n’est pas un exemple de la confusion morale, mentale et rationnelle de notre société, je me demande ce que c’est. L'affaire se passe en Grande Bretagne. Extrait de LifeSiteNews :

Une femme qui s'identifie comme homme a donné naissance à un garçon et se bat maintenant pour être reconnue sur l'acte de naissance du garçon comme le « père » plutôt que comme la mère.

Freddy McConnell, âgée de 32 ans, est une journaliste multimédia du Guardian et sujet du documentaire Seahorse, qui dit avoir éprouvé la dysphorie du genre depuis son enfance, selon son profil sur le Guardian. Elle a commencé à prendre de la testostérone à 25 ans et s'est fait enlever les tissus mammaires à 26 ans. Elle a toutefois choisi de ne pas subir d'hystérectomie, car elle envisageait encore d'avoir des enfants.

Ayant eu un enfant et lui ayant donné naissance, cette femme veut être reconnue comme son père devant les tribunaux :

McConnell était légalement inscrite comme homme à l'époque, mais on lui a dit qu'elle ne pouvait être reconnue que comme « mère » sur le certificat de naissance, rapporte Sky News, aussi poursuit-elle le Registre général dans l'espoir de faire modifier la loi.

Et la science ? :

Malgré l'affirmation de son avocate selon laquelle il s'agit d'une tentative de pertinence, le sexe est enraciné dans les chromosomes d'une personne et se reflète dans des centaines de caractéristiques génétiques. L'American Psychiatric Association classe toujours la dysphorie du genre parmi les désordres mentaux ; des études indiquent que plus de 80 % des enfants souffrant de dysphorie du genre s'en sortent seuls à la fin de leur adolescence, sauf si leur confusion est renforcée par des adultes. Souvent, l'opération de « réassignation » sexuelle complète ne parvient pas à résoudre le problème de la tendance exacerbée à l'automutilation. présente chez les personnes confuses au sujet de leur sexe.

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire