M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Alerte orange 2020

tournant

440 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 12 jours -- Merci de votre grande générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de vigilance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un homme de 45 ans, jugé pour pédopornographie, dit qu’il est une fille de 8 ans


Joseph Gobrick.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Image (modifiée) : Upnextcanadatv/Twitter

Joseph Gobrick, âgé de quarante-cinq ans, clame devant le tribunal qu’il est une fille de huit ans et que le Premier amendement de la Constitution lui donne le droit de regarder de la pédopornographie (d’autant plus qu’il est une fillette, dit-il), crime pour lequel il comparaît devant une cour du Michigan.

Peut-être que ce qui inspire en lui cette veine fantaisiste sont les quelque vingt ans de prison en suspens au-dessus de sa tête…

Toujours est-il que son argumentaire s’inscrit dans une façon de penser de plus en plus répandue, bien qu’elle s’applique le plus souvent à l’identité sexuelle.

« J’ai toujours été une petite fille de 8 ans, même quand je dessine et dans mes fantasmes, je suis toujours une petite fille de 8 ans » affirme M. Gobrick, selon Summit News, voulant démontrer par là qu’il ne pouvait être condamné en tant que mineure.

Voyant que ses prétentions ne convainquaient pas le juge, M. Gobrick a eu le front de sous-entendre que le tribunal, la loi en fait, était nazi, car, d’après Summit News, « En vertu de la loi, Auschwitz était légal », disait-il, arguant : « ce que vous faites ici est mal, tout comme Auschwitz l’était »…

Personne n’aurait de mal à démontrer que ces affirmations sont grotesques, le juge ne s’en est sûrement pas laissé compter d’ailleurs. Cependant, dans un avenir plus ou moins proche, étant donné la marche (à reculons et à quatre pattes) de la pensée dans le cadre de la société, comme dans les lois, de tels arguments n’obtiendront-ils pas raison devant une justice de plus en plus aveugle ?

Devant la loi, M. Gobrick pourrait très bien être Mlle, bien qu’on ne sache pas sur la base de quelle réalité le législateur cautionnerait une telle assertion. Mais légalement (puisqu’on en est rendu là…), pourquoi ne pas reconnaîtrons pas que M. Gobrick a huit ans, il n’y aurait rien de plus illogique que de reconnaître qu’il est une femme ?

Et comme l’explique Matt Walsh du Daily Wire, selon Summit News :

« Au moins un homme qui “se sent comme un enfant” peut à juste titre faire remarquer qu’il a été enfant un jour, il a donc une certaine base de référence pour apprécier ces sentiments. Et au moins, il est logique, dans le cas de certains handicaps mentaux, de dire qu’un adulte “a le cerveau d’un enfant”.

Rien de tout cela ne justifie Gobrick en aucune mesure, mais ce que je veux dire, c’est que le transâgisme est en fait plus crédible et a plus de sens que le transgenrisme. C’est toujours faux, mais légèrement moins [disons que le sophisme est plus subtil]. L’âge change, après tout. Je ne serai pas un homme de 33 ans pour toujours. Mais je serai un homme pour toujours. Si mon sexe est une caractéristique fluide, à quel point mon âge n’est-il pas plus fluide ? »

Si l’on permet l’un, qu’est-ce qui empêchera qu’on légalise l’autre, d’ici cinq à dix ans ?

Campagne de financement - Alerte orange 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire