M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2019

Mère et fils

35 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce début d'automne, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un garçon seul brandit le crucifix pour protester contre la marche LGBT, la police l’emmène


Jakub Baryła

Par Doug Mainwaring — traduit par Campagne Québec-Vie — Photos : Gloria.TV

12 août 2019 (LifeSiteNews) — La photo d’un garçon de 15 ans debout seul avec son crucifix et son chapelet, alors que la police avec un équipement antiémeute et les manifestants LGBT marchent vers lui, est devenue virale.

La photo du brave écolier Jakub Baryła — debout au milieu d’une rue, alors que des manifestants brandissant le drapeau arc-en-ciel marchent vers lui avec la police du gouvernement en tête — est une métaphore visuelle impressionnante, représentant parfaitement la menace très réelle d’une idéologie LGBT politisée et armée contre les enfants du monde entier.

Cette image vaut plus de 1 000 mots.

C’est un écho à l’image emblématique de 1989 d’un homme seul debout contre les chars qui s’approchent sur la place Tiananmen à Pékin. Le gouvernement communiste chinois avait fait appel à l’artillerie lourde pour réprimer une manifestation menée par des étudiants et en appelant à la démocratie, à la liberté d’expression et à la liberté de presse en Chine.

C’est aussi un écho à la photo de 1957 sur laquelle une jeune étudiante américaine d’origine africaine, courageuse, a tenté d’entrer dans une nouvelle école secondaire n’étant plus ségrégée de Little Rock en Arkansas, entourée d’une foule de racistes blancs lui crachant de la haine. Alors que la foule criait : « Lynch-la ! » et « Rentre chez toi, *** ! », la jeune Elizabeth Eckford marchait seule.

Baryła a tenu bon pendant que la phalange d’agents de police lourdement armée le repoussait lourdement. À la fin, il a été physiquement enlevé par la police, toujours tenant haut son Crucifix et son chapelet.

La scène s’est déroulée lors d’une « Marche pour l’égalité » à Płock, en Pologne.

×

Campagne de financement automne 2019

35 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Le jeune homme de 15 ans a expliqué par la suite qu’il avait été inspiré par un geste similaire posé par le P. Ignacy Skorupko lors de la bataille de Varsovie contre les bolcheviks en 1920.

Il a écrit plus tard sur Twitter qu’il tenait la croix pour s’opposer aux « mauvaises actions que promeut l’homosexualité ».

« Jésus et la croix se tenaient contre le mal et les péchés. Notre sainte foi nous commande de contrecarrer les mauvaises actions. J’ai aussi essayé de le faire. Dire que j’allais à l’encontre des gens est malfaisant, j’allais à l’encontre des mauvaises actions que promouvait l’homosexualité », a-t-il écrit.

Baryla a également déclaré qu’il avait été très motivé à agir après avoir vu une représentation de la Vierge Marie avec un halo d’arc-en-ciel LGBT autour de sa tête et le drapeau polonais profané par l’arc-en-ciel LGBT.

« Plus tard, je me suis assis sur le trottoir et j’ai prié en latin avec les mots du Salve Regina. J’ai adressé ma prière à la Mère de Dieu, l’idéal de pureté. Des policiers sont venus me voir et m’ont demandé de dégager le passage. J’ai dit que je ne pouvais pas le faire parce que les participants de la marche détruisent ma foi catholique et profanent le drapeau polonais en y plaçant un arc-en-ciel », déclara-t-il au wPolityce.pl.

Le jeune Jakub Baryła a dit qu’il voulait « donner aux gens de quoi penser et les faire réfléchir ».

À notre époque, la menace d’une transsexualité soutenue par des mutilations chirurgicales et hormonales d’enfants sanctionnées par le gouvernement, au mépris des tentatives de leurs parents pour les protéger, est bien réelle. La « transition » du genre de l’enfant sous la coercivement appuyé par l’État est déjà là.

L’endoctrinement forcé des écoliers par le gouvernement afin de les rendre plus ouverts à la remise en question de leur sexualité tout en minant leur identité sexuelle en tant qu’hommes ou femmes est devenu totalitaire par nature. Les bibliothèques publiques sont devenues un champ de bataille pour préparer les plus jeunes enfants au transgenrisme grâce à la prolifération des heures d’histoire de Drag Queen dans les pays occidentaux.

Le monde des médias, les entreprises mondiales et nationales, et même le sport professionnel font partie de l’élite qui menace les enfants et les familles.

Le jeune polonais Jakub Baryła est maintenant un symbole international. Son image emblématique montre clairement la nature de l’importante bataille à laquelle nous sommes maintenant confrontés : l’idéologie LGBT cherche à supprimer et à détruire l’influence du christianisme, et elle déteste particulièrement la Croix de Jésus-Christ.

Ironiquement, alors qu’ils marchent pour la « liberté », les militants LGBT cherchent à supprimer le message de la Croix, le seul moyen par lequel ils pourraient découvrir la vraie liberté.

Campagne de financement automne 2019. Merci de nous aider avec un don sacrificiel. L'objectif est de 7500$.

Mère et bébé

Merci de nous aider à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle.

35 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire