M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

2182.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 7 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un fauteuil-roulant-poussette inventé par des étudiants pour un père handicapé et son bébé


Jeremy et Chelsie King et leur bébé.

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Jeremy King a beaucoup de raisons d’être reconnaissant. En 2017, sa tumeur cancéreuse au cerveau, de la taille d’une balle de baseball, a été retirée avec succès. Pourtant, l’opération a eu quelques inconvénients, entraînant des problèmes physiques qui ont rendu difficile la moindre promenade. Lorsqu’il est devenu père, ce souci est devenu une question de sécurité. Mais, grâce à un groupe d'étudiants de la fin du secondaire (américain), M. King sera en mesure d’être plus proche de son fils.

Après l’opération, King s’est retrouvé avec des problèmes de mobilité, notamment au niveau de l’équilibre. « Même faire une promenade est incroyablement difficile pour moi », a-t-il expliqué au Washington Post. L’année dernière, lui et sa femme ont appris qu’ils attendaient un bébé. Ils étaient excités, mais aussi effrayés.

Chelsie, la femme de King, a fait remarquer que beaucoup de parents considèrent comme acquise l’idée d’emmener leur bébé en promenade. « Bien que mon mari puisse marcher, il ne peut pas le faire en toute sécurité en portant un enfant », a précisé Chelsie à Good Morning America. « Nous nous sommes donc demandé ce dont il avait besoin pour être un parent en toute sécurité et, honnêtement, nous n’avons pas trouvé grand-chose ─ il n’y a vraiment pas beaucoup de ressources pour les parents handicapés. »

Chelsie est professeur d’art dramatique à l’école Bullis de Potomac, dans le Maryland, et elle a parlé avec Matt Zigler, qui dirige le « makerspace » [coin des bricoleurs] de l’école, un laboratoire créatif où les élèves sont encouragés à participer à des projets pratiques. L'atelier dispose d’outils traditionnels, pour le travail du bois et du métal, et de technologies avancées, comme des imprimantes 3D, des découpeuses laser, des routeurs CNC et des découpeuses de vinyle, que Zigler incite les élèves à utiliser pour des projets « motivés par l’empathie » dans son cours intitulé « Making for Social Good » [Fabriquer pour le bien social].

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

2182.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 7 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

« Chaque année, l’objectif du cours est de choisir une personne ou une organisation pour laquelle nous pouvons concevoir et construire quelque chose, de suivre un processus fondé sur l’empathie pour comprendre ce dont elle a réellement besoin, puis de concevoir quelque chose qui utilise les outils du laboratoire et qui, espérons-le, pourra être fabriqué par d’autres personnes ayant accès à des outils similaires », a déclaré M. Zigler dans une entrevue accordée à Fox News. Les projets précédents comprenaient des cartes d’information en métal durable sur lesquelles étaient gravées des ressources pour les sans-abri, ainsi que des chargeurs solaires pour téléphones portables qui furent envoyés en Afrique.

Après avoir parlé avec Chelsie, Zigler lui a demandé la permission de faire participer un groupe de 10 élèves. « Il m’a semblé que c’était le projet idéal pour faire participer les jeunes et aboutir à un produit final réussi », a-t-il déclaré au Washington Post. Les élèves ont été ravis de participer au projet, et le cours se terminait juste à la date de naissance prévue du bébé des King. « Tout s’est très bien aligné et a donné aux élèves le temps qu’il leur fallait pour rester concentrés », a ajouté M. Zigler.

Les élèves ont utilisé un fauteuil roulant, deux poussettes et un siège d’auto, et ont commencé à faire des expériences. Ils ont essayé de s’asseoir et de se déplacer dans le fauteuil roulant tout en essayant de trouver un moyen pour King de se déplacer avec son bébé. Selon Evan Beach, 15 ans, ce processus leur a fait prendre conscience « des tâches simples que nous tenons pour acquises ».

Finalement, ils ont réussi à proposer deux modèles distincts créés par deux groupes différents. Le premier permet d’attacher un siège d’auto pour bébé à un fauteuil roulant, tandis que le second permet d’y attacher plutôt une poussette, pour les bébés plus âgés. En cours de route, ils ont souvent consulté les King eux-mêmes. « J’étais ravi d’entrer en contact avec ces étudiants », témoigne M. King. « Ils ont soulevé des points importants que nous n’avions même pas envisagés nous-mêmes. »

Les étudiants se sont également assurés que les modèles pouvaient être reproduits à l’aide d’une imprimante 3D, ou en achetant des matériaux dans un magasin comme Home Depot, pour un coût inférieur à 100 dollars. « L’un des objectifs de la classe est de fabriquer quelque chose qui puisse être reproduit facilement et à peu de frais par toute personne ayant accès à quelques outils et à un peu de connaissances », a déclaré Zigler.

Depuis qu’ils ont affiné leurs conceptions, ils ont mis les plans en ligne, ainsi qu’une vidéo d’instruction, afin que d’autres parents handicapés puissent y avoir accès et les utiliser.

Lorsque le fils des King est né, l’un des prototypes de la WheeStroll était prêt. « C’était émouvant de voir tout cela se mettre en place et de mettre bébé Phoenix dedans pour la première fois », a expliqué Chelsie.

Depuis qu’elle a reçu [la chaise-roulante-poussette], la famille a pu faire de nombreuses sorties, notamment dans des endroits comme la piste cyclable Bethesda Trolley Trail [9,5 km] que King avait toujours espéré visiter avec Phoenix.

« Ces étudiants m’ont donné l’occasion de faire quelque chose que je pensais ne jamais pouvoir faire », a-t-il déclaré. « Je leur en suis vraiment reconnaissant ».

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire