M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un expert pro-vie combat l’avortement financé par Gates et la tyrannie médicale mondialiste à l’ONU


Austin Ruse.

Par Nick Marmalejo — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : LifeSiteNews/Vimeo

(LifeSiteNews) — Austin Ruse, écrivain et chien de garde de la politique sociale des Nations unies, déclare que les militants pro-vie ont des raisons d’espérer dans la lutte contre le groupe de tyrannie médicale mondialiste.

« Ce qui empêche l’ONU de prononcer un droit international à l’avortement, c’est le fait que l’Assemblée générale n’a jamais accepté d’aller dans ce sens », a déclaré Ruse, fondateur et président du Center for Family and Human Rights, dans une entrevue exclusive avec Jim Hale de LifeSiteNews. « C’est là que le travail de mon organisation et d’autres comme elle entre en jeu, car cela fait maintenant 25 ans que nous aidons les délégations à négocier des documents et que nous veillons à ce que l’avortement ne soit jamais reconnu comme un droit humain international. »

Néanmoins, Ruse affirme qu’il existe une tradition de défiance envers l’Assemblée générale de la part de bureaux et de programmes distincts au sein de l’ONU, tels que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds international d’urgence pour l’enfance (UNICEF) et le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDHNU). Ils ont toujours ignoré la volonté de l’Assemblée générale et s’emploient au contraire à promouvoir l’avortement au niveau mondial, en prétendant qu’il existe un droit international à cette pratique dans les documents de l’ONU.

« Il s’agit, bien entendu, d’une fausse affirmation », a expliqué Ruse, commentant le soutien à l’avortement du Conseil des droits de l’homme des Nations unies dans son mémoire d’amicus curiae adressé à la Cour suprême des États-Unis dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization.

« C’est une chose qu’ils ont voulue. C’est ce qu’ils ont essayé depuis la conférence du Caire en 1994, puis Pékin en 95 et de nombreuses autres conférences, mais l’avortement n’est même pas mentionné dans un seul traité sur les droits de l’homme. »

« La santé reproductive n’est mentionnée que dans un seul traité sur les droits de l’homme, à savoir le traité sur les personnes handicapées, et nulle part il n’est demandé que l’avortement devienne un droit de l’homme », a poursuivi Ruse.

« Pourtant, ces “experts” des droits de l’homme prétendent, à tort, devant les tribunaux du monde entier et maintenant ─ y compris devant notre propre tribunal ─ qu’il existe un droit international à l’avortement fondé sur les documents de l’ONU, contraignants ou non. »

Selon Ruse, Bill Gates est un personnage-clé dans la promotion de la diffusion mondiale de l’avortement et du contrôle de la population sous les auspices de l’OMS.

« Bill Gates est le deuxième bailleur de fonds, le deuxième donateur, de l’Organisation mondiale de la santé », confirme Ruse. « Il fait donc partie des hommes les plus puissants du monde ».

« Il est tout à fait d’accord avec le programme de planification familiale de l’ONU. Lui et sa femme ont financé d’énormes programmes pour s’assurer qu’il y ait moins d’Africains qu’il y a quelques années. Donc, il veut moins d’Africains. Nous le savons. »

Outre Fauci et d’autres personnes des Instituts nationaux de la santé des États-Unis, Ruse a souligné que Gates ─ souvent considéré comme un philanthrope désintéressé ─ profite largement de son parrainage de l’OMS.

« Ils gagnent beaucoup d’argent dans la vente de vaccins en Afrique, généralement, et souvent ce sont des vaccins nocifs », a déclaré Ruse. « Par exemple, le Depo-Provera… qui n’est pas autorisé ici, mais nous l’utilisons sur les femmes africaines ─ et c’est dangereux. »

« Avec Gates à l’Organisation mondiale de la santé, il y a donc toute une série de problèmes, à plusieurs niveaux, dans ce pays et dans le monde entier. »

Malgré les ressources de Gates et les efforts de Fauci et d’autres pour utiliser leur haute position pour imposer la tyrannie médicale à travers l’OMS, Ruse pense que les catholiques fidèles sont nés pour ce moment de l’histoire.

« Ce n’est pas en dépit de tous les problèmes qui nous entourent. C’est précisément à cause de tous les problèmes qui nous entourent », a déclaré Ruse. è« Il n’y a pas de meilleur moment pour être un catholique fidèle car tout est en danger, et que [Jésus] nous a envoyés », a-t-il conclu.



Laissez un commentaire