M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un évêque du Massachusetts interdit aux élèves de répandre l’idéologie LGBT dans les écoles catholiques


Mgr Robert J. MacManus. De l'autre côté, la Nativity School of Worcester arborant le drapeau LGBT.

Par Emily Mangiaracina — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Twitter

22 août 2023, Worcester, Massachusetts (LifeSiteNews) — Un évêque catholique du Massachusetts a interdit aux élèves des écoles du diocèse de Worcester d’adopter des comportements de changement de sexe et d’exprimer ou de célébrer une « attirance pour le même sexe ».

Mgr Robert McManus a officiellement publié le 29 juin une politique imposant aux élèves de porter des uniformes adaptés à leur sexe, d’utiliser les salles de bain et de jouer dans les équipes sportives correspondant à leur sexe biologique.

Les règles interdisent également aux élèves « d’exprimer, de célébrer ou de défendre “l’attirance pour le même sexe d’une manière qui pourrait causer de la confusion ou de la distraction” », a rapporté le Daily Mail.

Selon le Patch, Mgr McManus a expliqué dans un mémo qu’embrasser l’attirance pour le même sexe ou la dysphorie de genre revient à rejeter la vérité sur la façon dont Dieu nous a créés.

« Nous ne servons le bien de personne en falsifiant la vérité, car seule la vérité nous libère pour la vie pleine que Dieu offre à chacun d’entre nous », a-t-il écrit. « Ainsi, lorsqu’une personne éprouve une attirance pour le même sexe ou une forme de dysphorie de genre, ces luttes ne changent pas le fait biologique de la façon dont Dieu a créé cette personne, et il serait mensonger pour l’Église catholique ou nos écoles catholiques de prétendre le contraire ».

Cette politique, qui prend effet dès la prochaine année scolaire et s’applique à 21 écoles du diocèse, s’est déjà heurtée à la résistance des ordres religieux qui dirigent deux écoles catholiques de Worcester.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le frère xavérien Daniel Skala, qui représente l’école secondaire pour garçons St. John’s, et la sœur Patty Chappell des Sœurs de Notre-Dame de Namur, qui représente l’école pour filles Notre Dame Academy, ont écrit une lettre commune à l’évêque McManus le 11 août pour lui dire que les conseils d’administration de leurs ordres religieux avaient décidé de ne pas mettre en œuvre sa politique, a rapporté le Patch.

« Nous sommes convaincus que nos écoles répondent aux questions soulevées dans votre note d’une manière qui respecte la dignité de toutes les personnes, s’aligne sur la mission et le charisme des ordres qui nous parrainent, et protège et affirme notre identité en tant qu’écoles catholiques », peut-on lire dans la lettre.

Interrogée par la Catholic News Agency (CNA) sur la politique actuelle de l’Académie Notre-Dame, Susan Dennin, porte-parole de la province Est-Ouest des États-Unis des Sœurs de Notre-Dame de Namur, a déclaré que l’école avait « toujours suivi les conseils juridiques et les recommandations de la National Catholic Educational Association (NCEA), selon lesquels les écoles ne devraient pas avoir de politique concernant les étudiants transgenres ».

« La NDA Worcester a abordé ces circonstances sensibles et complexes d’une manière pastorale qui respecte la dignité de toutes les personnes tout en affirmant l’identité catholique de l’école », a-t-elle déclaré.

Alors que Dennin a cité les conseils de la NCEA pour soutenir l’absence de politique de l’Académie Notre Dame concernant les étudiants « transgenres », la NCEA a déclaré à CNA que l’évêque définit la politique pour le diocèse, et non leur organisation.

Margaret Kaplow, porte-parole du NCEA, a déclaré à CNA vendredi : « Nous ne faisons que renvoyer les écoles à leur ordinaire. Nous n’élaborons pas de politique. Nous ne conseillons pas de politique. Nous sommes une association de membres qui se base sur le développement professionnel et les données ».

« L’évêque définit la politique du diocèse », a-t-elle ajouté.

La NCEA soutient en fait l’enseignement de l’Église catholique sur le genre et la sexualité. Une fiche de référence sur le site internet de l’organisation cite le Catéchisme de l’Église catholique (CEC) sur la question : « Il revient à chacun, homme et femme, de reconnaître et d’accepter son identité sexuelle. La différence et la complémentarité physiques, morales et spirituelles sont orientées vers les biens du mariage et l’épanouissement de la vie familiale ». (n° 2333)

La ressource cite également l’enseignement du CEC selon lequel « les actes homosexuels “sont contraires à la loi naturelle” et ne peuvent “en aucun cas” être approuvés ».

LifeSiteNews a contacté le lycée St. John’s pour obtenir des informations sur la politique ou l’absence de politique de l’école concernant l’identification de genre des étudiants qui s’identifient comme « trans », mais n’a pas encore reçu de réponse.

L’Académie Notre Dame et St. John’s sont situés dans le diocèse de Worcester, mais ils ne sont pas directement supervisés par Mgr McManus ou le surintendant du diocèse David Perda, selon le Patch.

LifeSiteNews a contacté le bureau de Mgr McManus pour obtenir des commentaires sur les décisions de Notre Dame Academy et de St. John’s mais n’a pas encore reçu de réponse.

Alors que les sénateurs du Massachusetts Robyn Kennedy et Jason Lewis ont critiqué la politique de Mgr McManus limitant l’expression de genre des étudiants, la Catholic Action League a célébré la décision de Mgr McManus comme un « acte de courage et de fidélité, qui souligne la nécessité pour l’Église d’être contre-culturelle dans la société moderne ».

Le directeur général de la Ligue d’action catholique, C.J. Doyle, a déclaré : « Les parents catholiques devraient pouvoir raisonnablement s’attendre à ce que les écoles catholiques offrent une véritable alternative aux valeurs et pratiques séculières — souvent contraires à la morale chrétienne et aux droits des parents — qui prévalent dans le système scolaire public contrôlé par le gouvernement ».

Mgr McManus s’est distingué en tant qu’évêque en indiquant clairement que les écoles qui défient les enseignements de l’Église catholique ne peuvent pas être qualifiées de « catholiques ».

Par exemple, l’année dernière, Mgr McManus a retiré à l’école Nativity de Worcester, dirigée par des jésuites, son statut de « catholique » pour avoir ignoré ses directives antérieures concernant le déploiement des drapeaux de la « fierté » et de Black Lives Matter (BLM).

En 2007, il a condamné le collège local de la Sainte-Croix, dirigé par des jésuites, en raison de sa décision de louer ses locaux pour une conférence présentant des ateliers de NARAL et de Planned Parenthood. À l’époque, il avait adressé une lettre au collège dans laquelle il déclarait :

« En tant qu’évêque de Worcester, il est de ma responsabilité pastorale et canonique de déterminer quelles institutions peuvent se dire “catholiques”. C’est un devoir que je ne prends pas à la légère, car être une institution catholique signifie qu’une telle institution mène sa mission et son ministère en accord avec l’enseignement de l’Église catholique, en particulier dans les domaines de la foi et de la morale ».

« Je souhaite ardemment que l’administration du Collège de la Sainte-Croix se dissocie sans équivoque de la prochaine conférence parrainée par la Massachusetts Alliance on Teen Pregnancy afin que le collège puisse continuer à être reconnu comme une institution catholique engagée dans la promotion de l’enseignement moral de l’Église catholique romaine ».



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.