M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un évêque australien exhorte les fidèles à lutter contre un projet de loi « radical » sur l’avortement

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

De l’autre côté de la planète, l’avortement se répand aussi. En Australie-Méridionale, un projet de loi visant à légaliser l’avortement même jusqu’au 9e mois de la grossesse sera soumis au vote cette année. Extrait de CNA :

Un évêque australien s’élève contre un projet de loi visant à supprimer la réglementation sur l’avortement en Australie-Méridionale, affirmant qu’il s’agirait de la loi la plus radicale du pays sur l’avortement.

« Les enfants à naître méritent l’amour et la protection, pas la destruction », déclara Mgr Gregory O’Kelly SJ, administrateur apostolique du diocèse de Port Pirie.

Il avertit que la législation envisagée « réduit considérablement les protections de l’enfant à naître » et autoriserait les avortements « même à travers les neuf mois de la grossesse ».

Dans une lettre du 14 février aux gens de son diocèse, M. O’Kelly dit que les fidèles « devraient tous être extrêmement préoccupés par le projet de loi sur le Abortion Law Reform Bill (réforme de l’avortement) ».

La proposition [faites au Parlement d’Australie-Méridionale en sa capitale] Adélaïde placerait l’avortement sous la réglementation des lois sanitaires de l’État, plutôt que sous le Code pénal de l’État. Cela supprimerait les règles actuelles qui exigent qu’une femme soit résidente en Australie-Méridionale pendant au moins deux mois avant de pouvoir se faire avorter.

Le projet de loi interdirait également aux manifestants d’entrer dans un rayon de 150 mètres autour d’une clinique d’avortement.

La députée verte Tammy Franks a présenté le projet de loi au Parlement et il sera débattu au cours des prochaines semaines, avec un vote plus tard cette année.

Une loi similaire a récemment été adoptée dans le Queensland.

« Ce projet de loi traite l’avortement simplement comme une procédure médicale sans signification morale », dit Mgr O’Kelly dans sa lettre. « Il n’est pas nécessaire d’obtenir un avis médical et il n’est pas nécessaire de donner une raison pour un avortement. Ce sera la loi sur l’avortement la plus radicale du pays. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire