M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un étudiant en médecine pro-vie est expulsé de l’Université de Louisville parce qu’il s’oppose à l’avortement


Austin Clarck, sa femme et son fils.

Par Kristi Stone Hamrick (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Austin Clark était étudiant en quatrième année de médecine à l’Université de Louisville et il devait obtenir son diplôme en mai 2021. Marié, avec un bébé en route et un fils handicapé, Austin se préparait à commencer sa carrière de médecin pour aider sa famille et ses futurs patients. Mais l’école de médecine a coupé court à ces rêves en le renvoyant officiellement le 15 juillet 2020, selon une poursuite récemment déposée et amendée ce mois-ci.

La plainte de l’étudiant en médecine vise le président Neeli Bendapudi de la faculté de médecine de l’université de Louisville ainsi que 13 autres personnes liées à l’école. Pourquoi dit-il qu’il a été expulsé si soudainement ?

Dans son procès, Austin allègue que les problèmes avec l’école ont commencé lorsque son groupe pro-vie a accueilli le conférencier Alex McFarland à l’automne 2018. Austin faisait partie du conseil d’administration du groupe Medical Students for Life de l’école de médecine de l’Université de Louisville. L’administration a fait tout ce qu’elle pouvait pour empêcher l’événement, en grande partie en imposant des frais de sécurité incroyablement coûteux ─ une tactique courante des écoles qui tentent de faire taire les opinions des étudiants qu’elles n’aiment pas, comme l’a observé la présidente de Students For Life Action/Students For Life of America, Kristan Hawkins, dans son article d’opinion du Wall Street Journal. Le groupe d’étudiants a même dû faire appel à Alliance Defending Freedom, une fondation juridique qui défend la liberté d’expression des étudiants conservateurs ─ pour que l’événement ait lieu.

Comme l’indique le communiqué de presse de la SFLA sur l’action en justice, M. Austin affirme qu’à partir de ce moment et jusqu’à son renvoi de la faculté de médecine en 2020, les professeurs ont exercé des représailles contre lui en raison de ses opinions, le traitant de « stupide » et se demandant si son « cerveau fonctionnait », entre autres commentaires désobligeants. Il a été victime d’abus, de modifications de ses notes et a été contraint de signer un « contrat de professionnalisme » que les autres étudiants n’ont pas eu à signer. Dans son procès, Clark prétend qu’il a également été « harcelé physiquement et intimidé ».

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’action en justice indique que le préjudice subi par Clark comprenait : « (1) en le soumettant à un examen approfondi dans le cadre des normes de “professionnalisme”, (2) en lui attribuant de manière arbitraire et capricieuse des notes insuffisantes, et (3) en le renvoyant de l’ULSOM pour (a) avoir exprimé ses opinions pro-vie et religieuses par le biais du discours prononcé par Alex McFarland sur le campus et (b) avoir exprimé verbalement ses préoccupations concernant son traitement et celui d’autres étudiants au sein de la faculté de médecine lors de stages cliniques, les défendeurs ont violé ses droits au premier (1er) amendement ».

Également allégué : « Les défendeurs punissent Clark pour avoir exprimé ses opinions concernant le traitement approprié des étudiants en médecine, l’avortement et le caractère sacré de la vie, et l’application du christianisme et de sa philosophie et de ses croyances personnelles à la pratique de la médecine, alors qu’il y a des étudiants qui, lorsqu’ils expriment des opinions ou des croyances contraires (ou leur absence), par le biais d’organisations étudiantes et d’autres moyens, ou lorsqu’ils adoptent un “comportement non professionnel” similaire ou plus grave, à la fois pendant et en dehors des stages cliniques, ne sont pas soumis aux mêmes restrictions ou à un niveau de discipline académique aussi sévère que celui appliqué à Clark. »

Voici un survol rapide des événements présumés tels qu’Austin les décrit et tels que discutés dans le procès :

  • Austin a commencé sa rotation en gynécologie-obstétrique à Madisonville et son superviseur était très hostile ; Austin n’a pas été autorisé à terminer ses rotations dans cet établissement.
  • Au cours de ses rotations en gynécologie-obstétrique, Austin a remarqué que le service dirigeait discrètement des patientes vers des services d’avortement. Il s’y oppose à juste titre.
  • Le superviseur du service d’obstétrique et de gynécologie, le Dr Thomas Neely, a commencé à faire des appels pour exclure Austin des stages.
  • En conséquence, Austin a été contraint de partir, de rompre un bail et de réinstaller sa femme et son fils handicapé à Louisville, au Kentucky.
  • Austin a pris un court congé médical à cause du stress.
  • Il est ensuite revenu au programme à Louisville, où il a recommencé à travailler en obstétrique et en gynécologie et a pu terminer le programme.
  • Austin a ensuite commencé en médecine interne à l’hôpital des vétérans. Il a déposé une plainte en vertu du Titre IX en raison de la façon dont il était traité, puis a été recalé dans le programme.
  • Ceux qui l’ont recalé affirment que c’est à cause des plaintes qu’il avait déposées au sujet de son traitement (il aurait donc été recalé par mesure de représailles).
  • Lors d’une rotation en service de chirurgie, un résident a choisi de le recaler en raison des événements en cours.
  • Austin est passé devant le comité de promotion des étudiants le 29 mai 2020.
  • Seules quelques personnes étaient censées assister à la réunion, mais le Dr Neely avait des dizaines d’alliés inutiles présents, peut-être dans l’intention d’intimider.
  • Ce comité a voté pour le renvoi d’Austin.
  • Le doyen Ganzel a annoncé à Austin qu’il était renvoyé par Facetime le 15 juillet.

« Ils disent que j’ai manqué de professionnalisme, mais tout ce que j’ai fait, c’est d’être un étudiant pro-vie qui se fait entendre et qui tient tête aux brutes », a déclaré Austin.

Ce n’est pas la première controverse sur l’avortement liée à la faculté de médecine de l’université de Louisville.

Des voix s’élèvent pour demander une enquête sur ses liens inappropriés avec le centre d’avortement voisin, EMW Women’s Surgical Center, qui, selon les dossiers judiciaires, a des liens officiels avec l’école de médecine. Selon les articles, le Dr Ernest Marshall, propriétaire du site de vente d’avortements EMW, est également « enseignant à la faculté de médecine de l’université de Louisville depuis près de quatre décennies ».

L’école financée par des fonds publics parle ouvertement de la formation des étudiants à la pratique de l’avortement par le biais de la résidence Ryan, un programme mis en place « pour fournir une formation formelle en matière de contraception, de planification familiale et d’interruption médicale ou chirurgicale de grossesse ».

En 2016, dans une demande de subvention adressée à des organisations pro-avortement notoires, notamment la Fondation Susan Thompson Buffet et le Centre Bixby pour la santé reproductive mondiale, le Dr Tanya Franklin, directrice du programme familial Ryan, a écrit : « Depuis la mise en œuvre du programme de formation Ryan, chaque résident est censé participer à la formation dans le cadre de la rotation de planification familiale qui offre une gamme complète d’implication pour les résidents et les étudiants en médecine... Le département d’obstétrique et de gynécologie a établi l’attente que chaque résident participe à la rotation de planification familiale. La participation attendue comprend la présence au EMW Women’s Surgical Center, la clinique privée d’avortement avec laquelle le programme de l’Université de Louisville a établi un partenariat. »

En fait, les professeurs de l’école de médecine pratiquent tous les avortements chirurgicaux du Kentucky. Les dossiers montrent également que l’école compte un groupe Medical Students for Choice, et que les étudiants ont été utilisés dans de multiples études sur la manière de promouvoir l’avortement.

Lors d’une conférence de presse tenue en 2020, la Kentucky Family Foundation a affirmé que « la seule clinique d’avortement du Kentucky est gérée comme une branche officielle ou quasi officielle de la faculté de médecine de l’université de Louisville ». Martin Cothran, porte-parole du groupe, a ajouté : « Non seulement l’Université de Louisville est-elle impliquée dans les activités de la clinique d’avortement, mais la clinique fonctionne, pratiquement, comme une extension du programme de l’école de médecine. »

Mais ce n’est pas tout. En 2019, l’Université de Louisville a commis un acte de discrimination flagrant en mettant fin aux fonctions du professeur titulaire, le Dr Allan Josephson. Alliance Defending Freedom (ADF) a écrit :

« Le Dr Josephson a exprimé son point de vue selon lequel les professionnels de la médecine devraient chercher à comprendre et à traiter les problèmes psychologiques qui causent souvent cette confusion [la dysphorie de genre], plutôt que de précipiter les enfants dans des traitements plus radicaux et agressifs comme les produits bloquant la puberté et les hormones transsexuelles. »

« Quelques semaines seulement après le débat, le Dr Josephson a été rétrogradé au rang de membre junior du corps enseignant. Pendant l’année suivante, il a été soumis à un environnement hostile et à des affectations dévalorisantes. Puis, en février 2019, l’université l’a informé qu’elle ne renouvellerait pas son contrat. »

« Comme le souligne le Dr Josephson, certains membres de la communauté scientifique réduisent au silence des professionnels comme lui sur ce sujet d’une manière qui ne se produirait dans aucun autre domaine. »

Cette école semble être de mèche avec l’industrie de l’avortement.

Prendre la décision d’annuler l’avenir médical d’un étudiant prétendument parce qu’il croit réellement que tous les êtres humains sont des patients et que c’est mal de tuer intentionnellement des enfants à naître, serait odieux et constituerait une perversion malsaine de la médecine. Tout indique que leur allégeance à l’avortement est totale. Si l’on découvre que les allégations de cet étudiant sont vraies et que sa punition était une sanction, même en partie, en raison de sa position pro-vie... eh bien, l’école devrait être obligée d’en répondre... devant un tribunal.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire