M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un coureur masculin termine parmi les cinq premiers chez les filles après s’être classé 172e chez les garçons


Le gars qui a fini cinquième chez les filles...

Par Jean Mondoro — Traduit par Campagne Québec-Vie

4 octobre 2023 — (LifeSiteNews) — Un coureur de 16 ans a suscité l’indignation nationale aux États-Unis après sa soi-disant « transition de genre » pour concourir contre les filles dans les compétitions de cross-country du collège, se classant dans les cinq premiers d’une récente compétition après avoir été classé aux alentours de la 200e place parmi les hommes biologiques.

Dans le district comprenant l’école privée Maine Coast Waldorf School à Freeport, dans le Maine, Soren Stark-Chessa se serait classé 172e parmi les garçons en première année l’année dernière. Le 30 septembre, après avoir décidé de s’identifier comme fille pendant sa deuxième année, il s’est classé cinquième au Maine XC Festival of Champions.

The Blaze a noté qu’il a franchi la ligne d’arrivée de la course de 5 000 mètres en 18 minutes et 11,35 secondes, ce qui aurait placé Stark-Chessa à la 143e place s’il avait concouru contre des garçons.

La nouvelle de l’intrusion de Stark-Chessa dans les compétitions féminines de cross-country du district a été portée à l’attention de l’activiste conservateur Shawn McBreairty, qui a écrit dans un message du 28 septembre sur X, anciennement Twitter : « Un garçon de deuxième année, classé 172e au cross-country 5km, fait volte-face pour courir avec les filles, maintenant il est classé 4e. »

« Les parents doivent savoir que son égoïsme va ruiner les rêves de jeunes femmes samedi à Belfast (ME) à 13 h 50. Les parents doivent se révolter et dénoncer cette folie ».

McBreairty a également qualifié Stark-Chessa de « William (Lia) Thomas du Maine » dans un article de Your News publié le même jour.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le jour de la course, McBreairty a posté une vidéo du garçon franchissant la ligne d’arrivée, qualifiant la situation de « pathétique » et les responsables de l’école qui ont permis que cela se produise de « crétins éveillés ». On peut entendre un spectateur crier « C’est de la triche, mon gars », alors que le garçon passe devant lui en courant.

Le garçon tricheur de Freeport (ME) Soren Stark-Chessa écarte la fille classée 11e d’une médaille, comme on s’y attendait.

Il termine la course des filles à la cinquième place.

McBreairty n’a pas été le seul conservateur à exprimer sa désapprobation et à demander justice. Riley Gaines, défenseur du sport féminin et ancien nageur universitaire, s’est exprimé sur les médias sociaux, déplorant que « c’est toujours la même histoire ».

« Tous ceux qui pensent qu’il est juste que des hommes trans-identifiés participent à des compétitions sportives féminines doivent me montrer UN exemple d’une femme qui s’est mieux classée que les hommes, à un niveau de compétition, qu’elle ne l’a fait dans la catégorie des femmes. »

L’ancienne présentatrice sportive Michele Tafoya a partagé les mêmes sentiments en écrivant : « ASSEZ ! Les filles doivent REFUSER de concourir dans ces circonstances ».

« Les filles méritent d’être traitées avec équité et d’avoir des chances égales dans leurs propres compétitions », a ajouté le Women’s Forum, un organisme indépendant. La controverse a également attiré l’attention de la représentante républicaine de l’Oregon, Christine Goodwin, qui a déclaré qu’elle « ne cessera jamais de se battre pour protéger les sports féminins ».

Cette situation est l’une des nombreuses qui sont apparues à la suite du tristement célèbre William « Lia » Thomas, qui a dominé les compétitions féminines de natation universitaire après avoir effectué une « transition ». Cette histoire est constamment évoquée dans le cadre des débats actuels, portant sur l’équité et la sécurité de permettre à des hommes biologiques de concourir contre des femmes dans le domaine du sport.

Des États conservateurs tels que le Texas et l’Alabama ont interdit aux athlètes de concourir contre le sexe opposé, tandis que d’autres ont seulement restreint la possibilité pour les hommes et les garçons victimes de confusion sexuelle de le faire. Beaucoup d’autres n’ont pas de lois en place pour distinguer les différences biologiques entre les athlètes masculins et féminins, malgré un récent sondage montrant que 67 % des Américains s’opposent à la pratique consistant à autoriser les hommes à concourir contre les femmes.

Le Maine ne dispose actuellement d’aucune loi en la matière.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.