M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un couple irlandais refuse de payer une amende pour avoir assisté à la messe pendant le confinement


Joe et Ann Ryan.

Par Clare Marie Merkowsky — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Catholic Arena/Twitter

5 mai 2022, Donamon, Irlande (LifeSiteNews) — Un couple catholique a déclaré qu’il préférait aller en prison plutôt que de payer une amende pour avoir enfreint les restrictions COVID-19 en allant à la messe.

Le couple catholique Jim Ryan, 64 ans, et sa femme Ann, 59 ans, ont enfreint la réglementation COVID-19 le dimanche des Rameaux 28 mars 2021, en conduisant à plus de 5 km de leur domicile.

En avril, le couple a été inculpé pour cette infraction présumée par le juge Raymond Finnegan au tribunal de district de Cavan. Selon le site Independant.ie, le juge a décidé qu’ils devaient payer chacun une amende de 300 €.

« J’irai en prison avant de la payer. Je préfère aller en prison, sans l’ombre d’un doute », a rapporté Jim, un pompier à la retraite. « Je n’ai pas l’intention de leur payer une amende parce que je vais à la messe ─ pour avoir fait ce que j’ai fait toute ma vie ».

Jusqu’à présent, le couple a mené une vie tranquille et respectueuse des lois dans son cottage en pierre bordant une voie ferrée à Donamon.

« Nous avons 64 et 59 ans », a déclaré Ann, une infirmière à la retraite, et « nous n’avons jamais eu de condamnation, nous sommes des gens qui vivent tranquillement et nous ne sommes affiliés à aucune organisation ».

« Nous sommes des Joe Soap ordinaires, mais avec une différence, nous honorons Dieu et nous croyons en Dieu », a poursuivi Ann.

Le couple a lutté pour pouvoir assister à la messe en personne en raison des restrictions du COVID-19. « À une occasion, nous sommes allés dans une église près d’ici et nous avons été mis à la porte », a déclaré Jim.

« Le prêtre filmait une messe pour la mettre sur Facebook et quand nous avons vu qu’elle était en cours, nous sommes entrés », se souvient-il. « Mais le prêtre est descendu vers moi et m’a dit que nous devions sortir de l’église ».

« Pour le bien du maintien de la paix, j’ai quitté l’église, mais telle était notre situation », a poursuivi Jim.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les agents nous attendaient

En mars 2021, le père P.J. Hughes a annoncé qu’il célébrerait une messe le jour de la fête des Rameaux à Our Lady of Lourdes à Mullahoran, dans le comté de Cavan. Cette messe serait ouverte à tous.

Cette décision était en contradiction avec la restriction de niveau 5 qui fermait les lieux de culte. « J’exercerai mon droit constitutionnel même si les gens se plaignent », a déclaré le père Hughes tout en reconnaissant que cette décision était contraire aux directives de son évêque.

« Nous commettons une grave erreur en rejetant notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ en restant à l’écart parce que les fonctionnaires du gouvernement nous disent de le faire », a déclaré le père Hughes à l’approche du dimanche des Rameaux.

La nouvelle de cette décision a atteint les médias locaux et plusieurs points de contrôle ont été mis en place sur le chemin de l’église. « Nous avons lu sur Internet que le père Hughes allait dire la messe à l’église de Mullahoran et qu’il n’allait refuser personne », se souvient Jim.

« C’était le dimanche des Rameaux… le jour où Jésus est entré à Jérusalem, monté sur un âne, sachant qu’il allait être torturé et tué, mais il a persévéré, pour nos péchés », poursuit-il.

« Aller à la messe ce dimanche-là était extrêmement important pour nous », explique Jim. « Ann venait de subir une procédure médicale qui lui a sauvé la vie et nous voulions dire merci à Dieu ».

En conséquence, Jim et Ann ont décidé de parcourir 70 km pour assister à cette messe en cette grande fête catholique. Sur la route, ils ont été arrêtés à un poste de contrôle par un officier, Barry Mulligan, qui leur a ordonné de ne pas continuer jusqu’à l’église.

Cependant, le couple a poursuivi son voyage et a participé à « une messe absolument magnifique ». À la fin de la messe, se souvient Jim, « les gardes nous attendaient ».

Les agents « ont pris tous les numéros d’immatriculation, et je dirais qu’après ils ont contacté les différents points de contrôle et leur ont donné la liste des voitures ».

En avril dernier, le couple a été convoqué au tribunal pour faire face aux accusations portées contre lui. Immédiatement après leur inculpation, le couple a fait appel.

Jim a expliqué que les restrictions violaient leurs droits fondamentaux : « L’article 44 de la Constitution stipule que nous avons le droit de pratiquer notre religion en public ».

« L’article 15 stipule également que le Dáil ne peut pas imposer une loi qui va à l’encontre de la constitution ─ et cette loi l’a fait », a-t-il poursuivi.

En outre, Anne a déclaré avoir choisi d’obéir à la loi de Dieu plutôt qu’à celle des hommes. « Ce matin-là, j’ai décidé d’honorer l’un des dix commandements, a-t-elle dit, qui est d’honorer le jour du sabbat ».

« Dans l’ensemble, la loi de Dieu est plus importante pour moi que celle de l’homme », a déclaré Ann, ajoutant : « La loi de l’homme est faillible. Celle de Dieu ne l’est pas ».

À l’extérieur du tribunal, Jim a déclaré à l’Anglo-Celt : « Le père P.J. Hughes est un homme très honorable, et un vrai prêtre, qui a honoré sa vocation. »

« Le juge a dit là-dedans que ce n’était pas notre église locale », a-t-il expliqué. « C’était notre église locale parce que c’était l’église la plus proche de nous qui était ouverte. Toutes les autres étaient fermées, au mépris de la constitution. »

L’Irlande a connu certaines des fermetures et des restrictions les plus strictes liées au COVID, alors que le pays s’éloigne de plus en plus du catholicisme.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire