M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un Conseil scolaire « catholique » invite les enfants à s’identifier comme « non-binaires » et « fluides »

Par Campaign Life Coalition — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Pixel-Shot/Adobe Stock

(Note : Le texte suivant est une version d’un courriel traitant de questions catholiques au Conseil scolaire catholique du district de Waterloo et qui a été envoyé aux partisans de la région.)

Si vous êtes le parent d’un élève inscrit au Conseil scolaire catholique de Waterloo (WCDSB), dont le niveau se situe entre la 4e et la 12e année, communiquez s’il vous plaît avec le directeur et l’enseignant de votre école et demander à que votre enfant soit exempté de participer au « recensement des élèves » qui doit avoir lieu autour du 1er novembre. La date n’est peut-être pas exacte, mais c’est pour bientôt.

Si vous êtes grand-parent d’enfants du WCDSB, parlez à vos enfants adultes de retirer vos petits-enfants de l’école pendant cette étude.

Les activistes qui dirigent le WCDSB ont prévu de demander aux enseignants de chaque classe de la 4e à la 12e année de guider les élèves pour qu’ils remplissent un « recensement des élèves » rempli d’idéologie transgenre et homosexuelle radicale.

Le recensement des étudiants est présenté comme une initiative « antiraciste », mais il s’agit en réalité d’un programme idéologique LGBTQ.

Le recensement contient des questions symboliques sur la race. Cependant, il s’agit de toute évidence d’un cheval de Troie destiné à empêcher les parents d’examiner de plus près les questions d’ordre sexuel qui seront posées aux enfants dès l’âge de 9 ans, et qui constituent le véritable objectif du « recensement ».

Je vous le dis — c’est peut-être la chose la plus dangereuse que nous ayons jamais vue s’infiltrer dans les écoles catholiques... et nous avons vu beaucoup de propagande moralement corrosive et antichrétienne s’y infiltrer au fil des ans.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

On demandera aux enfants : « Quel est votre genre à la naissance ? » et « Quel est votre sexe assigné à la naissance ? »

Les élèves de la 7e à la 12e année recevront une définition de l’identité du genre pour les guider dans leur réponse à cette question, ce qui peut avoir pour effet de les amener à remettre en question leur genre et à s’identifier à autre chose que leur sexe biologique.

Voici la définition qui leur sera fournie :

« L’identité de genre fait référence au sentiment ou à la sensation interne d’une personne d’être une femme, un homme, les deux, ni l’un ni l’autre ou n’importe où dans le spectre du genre, ce qui peut ou non correspondre à son sexe biologique. Elle est différente de l’orientation sexuelle d’une personne et ne la détermine pas. »

En fonction de la façon dont les élèves répondent à certaines questions, ils pourront choisir parmi une liste de réponses à choix multiple comprenant « un autre » au lieu d’« homme » ou de « femme ».

Des options leur seront présentées, notamment :

  • « Non, je m’identifie comme non-binaire »,
  • « Je ne me sens ni femme ni homme ».
  • « Je me sens à la fois femme et homme ».
  • « Je suis fluide du point de vue du genre ».

Vous trouverez ci-dessous une capture d’écran de certaines des questions du recensement :

Que pensez-vous qu’il se passera si un enfant répond qu’il s’identifie au sexe opposé ?

L’école pourrait-elle alors s’arranger pour envoyer l’enfant chez un conseiller confirmant le transgenrisme, dans le dos des parents, et faciliter secrètement la « transition » vers le sexe opposé pendant l’école ?

Ce genre d’abus s’est déjà produit dans d’autres commissions scolaires, comme le cas déchirant de Rob Hoogland, un père de famille de Colombie-Britannique, dont la fille a été persuadée par un conseiller d’orientation scolaire de devenir un garçon, en secret, à l’insu de ses parents.

Pour lire vous-même le recensement complet des élèves, en format PDF, cliquez ici.

Agissez maintenant en suivant ces 4 étapes !

1. Envoyez un courriel au directeur et au professeur de votre école. Dites-leur que vous souhaitez dispenser vos enfants de l’école le jour du « recensement des élèves » et demandez-leur quel jour il aura lieu.

Si vous n’avez pas les coordonnées de l’école de votre enfant ou petit-enfant, vous trouverez une liste des écoles primaires du WCDSB ici et une liste des écoles secondaires ici.

Ne laissez pas votre enfant rester en classe ce jour-là à moins que vous ne sachiez qu’il est suffisamment solide et mature dans sa foi pour ne pas succomber à la confusion morale et spirituelle que ce programme d’endoctrinement ne manquera pas de semer.

Ceci est particulièrement important avec les jeunes enfants. Gardez-les à la maison. En effet, même s’ils n’ont pas à remplir le formulaire de recensement eux-mêmes, en raison de leur présence en classe, ils peuvent finir par absorber tout l’endoctrinement LGBTQ de l’enseignant.

Le conseil a déclaré que « les enseignants procéderont au recensement pendant les heures de classe », ce qui pourrait signifier que l’enseignant prendra la parole pendant le recensement, pour lire à haute voix ou expliquer les questions.

Si vous avez un enfant plus âgé qui est assez fort dans sa foi pour comprendre ce que cet agenda veut dire, il pourrait peut-être témoigner de la vérité en écrivant une réponse de protestation comme « Pas un enseignement catholique », bien qu’il ne soit pas clair si des questionnaires sur papier seront distribués ou si cela se fera uniquement en ligne avec un appareil.

Si les parents ne peuvent pas garder leurs enfants à la maison ce jour-là, ils devraient au moins parler avec leurs enfants et les préparer en leur expliquant que l’enseignant peut présenter des concepts qui sont opposés à l’enseignement catholique.

Le directeur vous dira peut-être qu’il est trop tard pour exempter votre enfant car le WCDSB a fixé au 22 octobre la date limite pour faire de telles demandes.

Ne laissez pas cela vous arrêter.

Protéger votre enfant du lavage de cerveau des transgenres et des LGBT est trop important. N’acceptez pas un refus comme réponse. Exigez de connaître cette date afin de pouvoir garder votre enfant à la maison.

2. Exprimez votre mécontentement à l’égard de ce recensement anticatholique aux administrateurs élus de la commission scolaire. Vous trouverez leurs coordonnées ici.

3. Contactez Mgr Douglas Crosby, en l’exhortant à prendre des mesures contre cette enquête anticatholique dans les écoles catholiques. Le Berger et protecteur du troupeau du Christ ne doit pas permettre à la commission scolaire de laver le cerveau des enfants avec cette idéologie anticatholique et perverse. Les coordonnées de Son Excellence sont :

Mgr Douglas Crosby, O.M.I., D.D.
700, rue King Ouest
Hamilton, ON L8P 1C7
Téléphone : 905-528-7988, poste 2222
Courriel : [email protected]

Vous pouvez également communiquer avec l’évêque auxiliaire du diocèse :

Mgr Wayne Lobsinger, VG, EV
700, rue King Ouest
Hamilton, ON L8P 1C7
Téléphone : (905) 528-7988 x2223
Courriel : [email protected]

4. Les Conseillers qui ont permis la planification et la réalisation de ce sondage honteux doivent être remplacés. Les prochaines élections municipales de l’Ontario auront lieu en octobre 2022.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est prêt à se présenter au poste de conseiller scolaire catholique pour remplacer ces loups déguisés en moutons, veuillez nous contacter en envoyant un courriel à [email protected].

Nous aimerions beaucoup discuter avec vous de ce que nous pouvons faire pour soutenir la réussite de votre élection.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire