M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un Canadien dénonce les pressions que lui a fait subir un hôpital afin qu’il autorise l’euthanasie de sa femme


Richard Leskun et son épouse Marilynn.

Par Mary Zwicker — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : The B.C. Catholic

10 février 2023, Vancouver (LifeSiteNews) — Un Canadien a accusé le personnel d’un hôpital de la Colombie-Britannique d’avoir fait pression sur lui pour que sa femme, aujourd’hui décédée, soit euthanasiée en 2018.

Richard Leskun, 75 ans, dont l’épouse Marilynn, âgée de 71 ans, est décédée en 2018, a récemment déclaré au B.C. Catholic que le personnel de l’hôpital régional d’Abbotsford à Vancouver, en Colombie-Britannique, a exercé sur lui à plusieurs reprises « pressions » et « harcèlements » pour qu’il laisse sa femme mourir et, lorsqu’il a refusé, on lui a proposé de l’euthanasier malgré son insistance continue à dire qu’il était pro-vie.

Selon l’article, M. Leskun a fait connaître ses opinions pro-vie au personnel de l’hôpital à de multiples occasions, notamment lors d’une réunion spéciale au cours de laquelle il a insisté sur le fait qu’il était totalement opposé à l’euthanasie.

« Lors de cette réunion, j’ai été très clair : je suis catholique et je suis absolument contre l’aide médicale à mourir », a-t-il relayé au média. « Je suis contre l’euthanasie. Je veux que ma femme vive. Je veux qu’elle continue à vivre. Nous avons eu une bonne vie pendant 10 ans, même si elle est atteinte de démence. J’ai été très clair. »

Malgré ses refus continus, Leskun a déclaré que le personnel de l’hôpital l’a « pressé » et « harcelé » à de nombreuses reprises pour qu’il signe une ordonnance de « non-réanimation », et qu’en l’espace de huit jours, on lui a demandé cinq fois de signer l’ordonnance, malgré son objection à chaque fois.

C’est un médecin spécialiste, selon M. Leskun, qui lui a finalement proposé l’option de l’euthanasie pour sa femme.

« C’est le médecin hospitalier qui est venu me voir, assez tard dans la soirée, la nuit précédant sa mort », a déclaré Leskun. « J’étais absolument usé, éreinté, complètement épuisé. J’étais là tous les jours, presque 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et il m’a dit : “Vous savez, j’ai rédigé des ordonnances pour l’aide médicale à mourir”. »

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Leskun a dit qu’il se souvenait que le médecin avait essayé de le convaincre de « regarder la situation dans son ensemble ».

« Je ne savais pas ce qu’il voulait dire par là, mais cela montre le peu de valeur qu’il accordait à la vie individuelle », a déclaré Leskun. « J’étais probablement trop fatigué pour lui sauter à la gorge ou autre chose. J’ai dit non, c’est sûr. J’étais trop fatiguée pour ressentir quoi que ce soit. Mais je disais non, absolument pas. »

Cependant, quelques heures plus tard, lorsqu’il est devenu clair que sa femme était en train de mourir, et que Leskun a finalement accepté de signer l’ordre de ne pas réanimer (NPR), des infirmières lui ont dit que celui-ci avait déjà été mis en place sans son approbation.

L’infirmière m’a dit, et cela m’a choqué, l’infirmière m’a dit : « Oh, c’est bon, le médecin a déjà mis un NPR », a déclaré Leskun. « Et cela a été fait sans mon approbation. Je n’ai jamais donné mon consentement jusqu’à ce moment-là. Mais elle a dit : “C’est déjà fait. C’est déjà dans le dossier” ».

Marilynn est décédée le lendemain matin, le 8 décembre 2018. Leskun a dit qu’il s’est présenté pour révéler son histoire après avoir lu des rapports dans The BC Catholic décrivant les pressions de l’autorité sanitaire de Fraser pour inciter à accepter l’aide médicale à mourir (AMM) dans les hôpitaux sous leur autorité, dont l’hôpital d’Abbotsford.

Ayant lui-même fait l’expérience de la pression exercée par l’hôpital en faveur de l’euthanasie, M. Leskun a ressenti le besoin de partager le point de vue d’un initié, par souci pour d’autres personnes qui pourraient avoir des êtres chers dans des hôpitaux où l’euthanasie est encouragée ou suggérée.

« Maintenant que le système de santé offre à la fois la mort et la vie, vous devez vous exprimer avec force et clarté si vous voulez la vie », a-t-il conseillé. « Assurez-vous que votre médecin traitant croit en vos principes et est prêt à agir avec force pour négocier les soins dont vous avez besoin. »

Alors que les lois canadiennes sur l’aide médicale à mourir deviennent de plus en plus souples — en 2021, l’adoption du projet de loi C-7 a permis aux personnes souffrant d’une maladie chronique, mais pas encore en phase terminale, de bénéficier de l’aide médicale à mourir — les accusations portées contre le personnel hospitalier et d’autres travailleurs de promouvoir la procédure ont pris le devant de la scène dans le pays.

L’année dernière, la Coalition pour la prévention de l’euthanasie a rapporté le cas de Roger Foley, un Canadien souffrant d’ataxie cérébelleuse, qui a été continuellement pressé de choisir l’euthanasie par l’hôpital Victoria de London, en Ontario, tout en se voyant refuser le traitement dont il avait réellement besoin. L’hôpital a dit à Foley que s’il ne recevait pas le financement nécessaire à son traitement, il devait simplement demander l’euthanasie.

« On a fait pression sur moi pour que j’accepte un suicide assisté », a déclaré Foley au New York Post à l’époque. « Ils m’ont demandé si je voulais une mort assistée. Je ne le veux pas. On m’a dit que je devrais payer 1 800 dollars par jour [pour les soins hospitaliers]. J’ai des factures d’une valeur de 2 millions de dollars. Des infirmières ici m’ont dit que je devais mettre fin à ma vie. Cela m’a choqué ».

Malgré l’augmentation spectaculaire des décès par euthanasie au Canada depuis sa légalisation en 2016 et sa libéralisation continue par la suite — le Canada a connu une augmentation de 32 % de ces décès depuis 2020, pour atteindre plus de 10 000 décès rien qu’en 2021 — le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau devrait étendre encore plus la loi en mars prochain, pour inclure les personnes souffrant uniquement de maladie mentale.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.