M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un bébé à naître meurt pendant que les chirurgiens pratiquent une hystérectomie de « transition » sur une femme

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : H Ko/Adobe Stock

14 août 2023, Melbourne, Australie (LifeSiteNews) — Des chirurgiens australiens ont accidentellement tué un bébé à naître en pratiquant une chirurgie transgenre mutilante sur la mère de l’enfant. Cette histoire troublante met en lumière l’une des conséquences les plus extrêmes du rejet de la réalité biologique et a déclenché la dérision des usagers de médias sociaux qui ont critiqué les médias pour avoir fait référence à la mère enceinte en utilisant un pronom masculin.

L’émission 3AW de Melbourne a rapporté que Jesse Pohlner, une femme de 38 ans qui croit être un homme, s’est rendue au Royal Women’s Hospital de Melbourne, en Australie, pour subir une hystérectomie élective en 2021.

À l’insu de Jesse Pohlner et de ses chirurgiens, cette femme qui se croit un homme était enceinte de quatre mois à ce moment-là.

Elle a déclaré que les médecins n’avaient effectué aucun test pour vérifier si elle était enceinte avant de lui arracher son appareil reproducteur féminin, car « nous n’avions aucun signe que j’étais enceinte. Je pensais que j’avais des reflux et il s’est avéré qu’il s’agissait de nausées matinales », a rapporté le Daily Mail.

« Je parlerais plutôt de négligence de la part de l’hôpital. C’est leur politique qui est à blâmer », a déclaré Mme Pohler. « La politique a laissé tomber mes médecins. Ils n’ont pas pu faire leur meilleur travail ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le Daily Mail, dont l’article se réfère à plusieurs reprises à Pohlner comme « il » et « M. Pohlner », utilisant même des expressions telles que « son utérus et ses ovaires », a rapporté que l’opération prévue de trois heures « s’est transformée en une opération de neuf heures et une semaine en soins intensifs ».

Le matin suivant l’hystérectomie, les médecins ont informé la mère qu’elle était enceinte et que son enfant à naître était mort.

« C’était une nouvelle assez choquante », a déclaré Mme Pohlner.

Bien que l’avortement accidentel ait eu lieu en 2021, la nouvelle fait aujourd’hui la une des journaux parce que Mme Pohler plaide en faveur d’un dépistage sanguin obligatoire de l’hCG qui permettrait de détecter les grossesses passées inaperçues avant les interventions chirurgicales.

« Je ne veux pas que cela arrive à quelqu’un d’autre », a déclaré Mme Pohlner. « Je veux que cela n’arrive ni à un patient ni à un médecin ».

Le Daily Mail a contacté le Royal Women’s Hospital pour obtenir des commentaires et s’est vu répondre que l’hôpital avait modifié sa procédure de test de grossesse préopératoire l’année dernière.

Une porte-parole de l’hôpital a déclaré que « la nouvelle procédure implique un test sanguin pour exclure la grossesse », mais a ajouté que « les patientes peuvent renoncer à cette procédure si elles le souhaitent ».

Les utilisateurs des réseaux sociaux qui ont réagi à l’article en ligne ont rapidement reproché aux médias d’avoir désigné par « il » la femme confuse quant au genre.

« Il ?! Seules les femmes peuvent devenir enceintes », a écrit un utilisateur de Twitter/X. « Arrêtez avec cette absurdité ».

« Les hommes ne peuvent pas avoir de bébés, c’est une femme ! Sérieusement, essayez d’être factuel », a déclaré une autre personne.

Entre-temps, la perte tragique de l’enfant à naître de Pohlner n’est pas le seul résultat horrible des procédures transgenres macabres qui ont été signalées ces dernières années.

En 2017, une Géorgienne de 25 ans qui se croyait un homme est décédée après avoir subi une hystérectomie élective pour terminer sa tentative de « transition de genre ». Après l’intervention, elle a subi un choc septique, son cerveau a été privé d’oxygène, ce qui a entraîné sa mort.

En 2020, une jeune Anglaise a commencé à souffrir d’atrophie vaginale après avoir subi une série d’interventions chirurgicales destructrices visant à la faire ressembler davantage à un homme -- et son histoire n’est pas rare.

De nombreuses jeunes femmes ayant « détransitionné » se sont battues pour faire entendre leur voix ces dernières années afin d’avertir d’autres personnes souffrant de confusion sexuelle et la société en général des préjudices physiques et émotionnels persistants et débilitants qu’elles ont subis depuis qu’elles ont choisi de se faire charcuter le corps.

« J’ai réalisé que la beauté de la maternité m’avait été volée par les professionnels de la santé à qui ma famille m’avait confiée », a déclaré Chloe Cole, qui a détransitionné et, par la suite, a intenté une action en justice contre les médecins qui lui avaient coupé ses seins sains alors qu’elle n’avait que 15 ans. « J’ai réalisé que je voulais être ce que j’ai toujours été et ce que je serai toujours : une femme. »

Outre le fait que la chirurgie dite « d’affirmation du genre » affirme une fausse réalité, à savoir que l’on peut changer de sexe, les études à long terme ne confirment pas l’affirmation selon laquelle les médicaments et les chirurgies destructives « d’affirmation du genre » sont bénéfiques pour la santé mentale de leurs bénéficiaires, ce que les défenseurs de cette cause prétendent souvent sans preuve. En ce qui concerne les jeunes, la recherche indique qu’environ 80 % des enfants souffrant de dysphorie de genre surmonteront naturellement ce trouble vers la fin de l’adolescence.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.