M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un ancien élève prononce un discours magistral contre l’agenda LGBT lors d’une réunion du conseil d’une commission scolaire catholique


Myles Vosylius.

Par LifeSiteNews — Traduit par Campagne Québec-Vie

26 avril 2023, Aurora, Ontario — Les parents et autres citoyens préoccupés ont acclamé un ancien élève du York Catholic District School Board (YCDSB) mardi après qu’il ait prononcé un discours passionné lors d’une réunion du conseil pour promouvoir les enseignements de l’Église catholique et s’opposer à ce que des drapeaux pro-LGBT soient déployés dans les écoles pendant le « Mois de la Fierté » en juin.

Dans la vidéo, Myles Vosylius, 20 ans, ancien élève de l’école secondaire catholique Cardinal Carter à Aurora (Ontario), raconte le parcours de conversion qu’il a vécu pendant son séjour dans cette école et démontre en quoi cela est lié à la crise actuelle de l’idéologie du genre qui sévit dans le système scolaire.

Vosylius a expliqué que quelques années avant d’entrer au lycée, ses parents ont divorcé, ce qui a fait un « trou » dans sa vie et l’a forcé à « mûrir et à grandir rapidement ».

Cependant, Vosylius se souvient que dans sa « vie typique de lycéen, le péché était omniprésent » et ce n’est que lorsqu’il a connu une « conversion radicale » en adorant le Saint-Sacrement qu’il a commencé à guérir.

J’ai commencé à crier « Je t’aime, Jésus » et j’ai été envahi par une présence divine qui m’a touché au plus profond de mon âme. Je n’avais jamais rien ressenti de tel auparavant. C’était Jésus-Christ, véritablement ressuscité des morts, devant moi dans la Sainte Eucharistie », a déclaré le jeune homme au conseil d’administration.

« Ce trou en moi faisait l’expérience d’une thérapie divine. Cette conversion m’a conduit sur le chemin de la vérité et de la foi en Jésus-Christ, des enseignements de son Église et de la guérison de mon propre péché », a déclaré M. Vosylius.

« Ce que je veux dire, c’est que je ne suis pas le seul : je ne suis pas le seul », a-t-il poursuivi. « De nombreux étudiants souffrent beaucoup de leurs propres blessures intérieures, qu’il s’agisse d’un divorce, d’une séparation, d’une dépendance, d’une maladie mentale ou physique, ou d’une confusion dans l’identité personnelle, comme le genre et le sexe ».

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Un drapeau de la fierté, un autocollant ou tout autre symbole idéologique politique et sexuel ne peut pas guérir et apporter de l’espoir dans la vie des élèves du YCDSB. Il ne fera qu’attiser la confusion, la douleur et l’obscurité », a expliqué M. Vosylius, provoquant des applaudissements et des cris de soutien.

« Les autocollants LGBT, les drapeaux de la fierté et autres symboles similaires ne représentent pas fidèlement l’amour de Dieu pour les personnes qui s’identifient aux communautés LGBT », a-t-il poursuivi, alors que Paolo De Buono, enseignant activiste LGBT bien connu de l’Ontario, agitait un drapeau de la « fierté » gay en arrière-plan pour protester contre les remarques du jeune homme.

M. Vosylius a ensuite imploré le YCDSB de « rejeter l’idée » de faire flotter le drapeau de la « fierté » ou d’apposer des autocollants LGBT autour des écoles. Il leur a demandé de se concentrer plutôt sur la poursuite de leurs efforts d’évangélisation par le biais de l’adoration eucharistique, de la pastorale des jeunes et, bien sûr, des sacrements salvateurs.

« Et le YCDSB devrait faire cela parce que les âmes des étudiants sont en danger d’être bombardées avec la mauvaise forme d’acceptation dans ces symboles LGBT », a-t-il ajouté.

En conclusion de son discours, M. Vosylius a déclaré au conseil d’administration et aux personnes présentes : « Si vous entendez aujourd’hui la voix de Dieu, n’endurcissez pas vos cœurs. Ma propre vie a été changée au milieu des ténèbres, et Jésus peut faire de même pour tous si vous l’accueillez et obéissez à ses saints commandements. Je vous remercie ».

Une fois de plus, la foule a applaudi et soutenu le jeune homme, tandis que le conseil d’administration le remerciait pour ses remarques.

Arrêtez de « préparer » nos enfants [aux actes sexuels]

En très net contraste avec le soutien apporté à M. Vosylius, d’autres séquences filmées après la réunion de mardi soir montrent des parents se moquant des membres du conseil scolaire qui ont promu l’agenda LGBT.

Sur les images, on voit une femme crier « Arrêtez de “préparer” nos enfants [aux actes sexuels] », tandis que d’autres personnes dans la foule scandent « Laissez nos enfants tranquilles ! »

À mesure que la caméra se déplace, on peut voir des membres du conseil d’administration de l’école se tenir derrière un groupe de policiers qui forment une ligne de démarcation entre les parents et les éducateurs.

D’autres images montrent De Buono, qui depuis des années diffuse des informations sur les LGBT dans ses classes, accueilli par des parents qui scandent « Honte ! »

Vosylius a déclaré à LifeSiteNews qu’à l’origine, De Buono devait également s’exprimer devant le conseil d’administration, mais que ce dernier a finalement décidé d’annuler son intervention.

Dans une entrevue accordée à CityNews, De Buono a confirmé à un journaliste qu’il avait d’abord été invité à s’exprimer, mais qu’il avait ensuite été désinvité sur la base des « notes d’allocution » qu’il avait présentées.

Vosylius a déclaré à LifeSiteNews qu’il était très reconnaissant du soutien des parents et qu’avant son discours, il était allé adorer le Saint Sacrement pour que la rencontre soit un succès.

Le jeune homme a également déclaré à LifeSiteNews que de nombreux autres parents ont prié devant l’Eucharistie pendant qu’il prononçait son discours, ce qui, selon lui, l’a beaucoup aidé.

La politisation des conseils scolaires est un problème qui semble prendre de l’ampleur en Ontario, le YCDSB étant le deuxième en autant de jours à faire face aux critiques des parents et des citoyens inquiets.

Comme le rapporte LifeSiteNews, lundi, à la commission scolaire Waterloo Catholic District School Board, les administrateurs ont fini par fuir la réunion prévue après que le journaliste de Rebel News David Menzies et d’autres parents inquiets se soient présentés pour interroger les membres du conseil. Ils étaient particulièrement préoccupés par les tweets de l’une des conseillères, Wendy Ashby, dans lesquels elle qualifiait les hommes « chrétiens blancs » de « créatures les plus dangereuses de la planète ».

Lors de la réunion de Waterloo, M. Menzies avait demandé au conseil d’administration s’il soutenait ou condamnait les commentaires de Mme Ashby diffamant les chrétiens, mais il n’a pas reçu de réponse.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.