M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un agriculteur, qui refusait les célébrations de « mariage » homosexuel sur sa propriété, conclut un accord à l’amiable avec une ville du Michigan


Steve Tennes.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : MichiganFramBureau/YouTube

19 décembre 2023 (LifeSiteNews) — La ville d’East Lansing, dans le Michigan, versera 825 000 dollars à un agriculteur catholique après lui avoir interdit de vendre des fruits et des légumes au marché fermier de la ville.

Les Country Mill Farms sont une ferme et un verger de 213 acres dirigés par Stephen Tennes et sa pieuse famille, dont son épouse Bridget. Située à 22 miles au sud-ouest de Lansing, dans la petite communauté de Charlotte, dans le Michigan, leur mission est de « glorifier Dieu, d’une part en permettant aux familles de s’amuser à la ferme et d’autre part en nourrissant les familles ».

Tennes s’est attiré les foudres de la ville en 2016 lorsqu’il a publié sur sa page Facebook que le mariage était l’union d’un homme et d’une femme. La ville a déclaré avoir reçu des plaintes concernant ses remarques et que s’il se présentait au marché, il y aurait des manifestants. Mais lorsque Tennes est arrivé, aucun manifestant n’était présent.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

M. Tennes a de nouveau défendu sa foi sur Facebook en annonçant qu’il n’accueillerait pas de cérémonies de « mariage » homosexuel sur sa propriété. Mark Meadows, maire d’East Lansing à l’époque, a réagi en déclarant que M. Tennes ne serait pas autorisé à vendre ses fruits et légumes au marché parce qu’il « discrimine les personnes LGBT ».

Après une longue bataille judiciaire de six ans, M. Tennes a remporté la victoire en août dernier lorsque le juge du tribunal de district Paul Maloney a statué que la ville avait fait preuve de discrimination à son égard.

Selon le Lansing State Journal, la ville avait accumulé en octobre près de 300 000 dollars de frais de justice liés à l’affaire. L’accord conclu entre la ville et M. Tennes prévoit que ce dernier recevra 42 000 dollars de dommages-intérêts et 783 800 dollars de frais d’avocat. Le Journal précise que les avocats et le juge se sont réunis pendant environ deux heures par vidéoconférence le 9 novembre pour parvenir à un accord.

M. Tennes était représenté par l’Alliance Defending Freedom (ADF), qui a salué le règlement comme une victoire pour la liberté religieuse.

« Steve et sa ferme familiale sont heureux de servir tous les clients en tant que vendeur apprécié au marché fermier d’East Lansing. Le tribunal a eu raison de reconnaître que le premier amendement protège Steve, comme tous les autres propriétaires de petites entreprises, afin qu’il puisse exploiter son entreprise conformément à sa foi et à ses convictions », a déclaré Kate Anderson, avocate principale de l’ADF, dans un communiqué de presse daté du 15 décembre. « Nous sommes heureux de régler favorablement ce procès au nom de Steve, afin que lui et sa famille puissent continuer à faire ce que leur ferme Country Mill fait le mieux. »

Dans le cadre de l’accord, East Lansing a déclaré que M. Tennes était libre d’exploiter son entreprise conformément à sa foi catholique et qu’il pourrait vendre ses produits sur le marché des agriculteurs sans interférence.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.