M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Tucker Carlson interroge un exorciste catholique sur la réalité des démons et la puissance de Dieu

Par Raymond Wolfe — Traduit par Campagne Québec-Vie

11 juin 2022 (LifeSiteNews) — Dans un récent épisode de « Tucker Carlson Today », l’animateur de Fox News, Tucker Carlson, a interrogé un exorciste de l’archidiocèse d’Indianapolis, le père Vincent Lampert, sur le ministère de l’Église catholique auprès des personnes souffrant de possession démoniaque.

Dans cette entrevue, le père Lampert, exorciste depuis plus de 15 ans, a expliqué comment les gens ouvrent leur vie au démon, les différents niveaux et intensités de possession, le rite de l’exorcisme de l’Église et le pouvoir de Dieu sur les mauvais esprits.

Les exorcismes ne sont pas seulement dans les films. Des chaises qui lévitent, qui sifflent, qui volent — le Père Vince Lampert a tout vu. En tant qu’exorciste, il a passé des années à expulser des démons. L’intrevue complète est diffusée en exclusivité sur @foxnation — plus : déverrouillez les offres d’inscription gratuites uniquement TuckerCarlson.com.
— Tucker Carlson Today (@TuckerToday) 31 mai 2022

Nommé en 2005 par Mgr Daniel Buechlein, archevêque d’Indianapolis, le père Lampert a suivi une formation d’exorciste à Rome, où il a assisté à 40 exorcismes. Les personnes possédées se rassemblaient souvent dans la cour de l’église italienne où il recevait sa formation et « se manifestaient », dit-il.

Le premier exorcisme auquel le père Lampert a assisté est encore « gravé dans mon esprit », a déclaré le prêtre de l’Indiana à Carlson.

« Donc, je suis dans cette petite pièce en train de parler à cette vieille dame italienne et à son mari. Elle m’explique pourquoi elle est possédée », se souvient-il. Et je lui parle en me disant : « Ça n’a pas l’air si grave ».

Mais c’est alors que le prêtre formateur bénit la femme avec de l’eau bénite.

« Dès que les gouttes d’eau ont touché son front, elle a commencé à réagir », a déclaré le père Lampert. « Ses yeux se sont retournés à l’arrière de sa tête. Elle a commencé à gronder et à grogner et à lancer des blasphèmes. Elle avait de l’écume à la bouche, et le prêtre s’est approché, a arraché une serviette en papier, a essuyé sa bouche, l’a jetée dans le sac en plastique, et a continué la prière de l’Église. »

« Et je me suis dit : “Dans quel pétrin mon évêque m’a-t-il mis ?” »

Lorsqu’il a été nommé, le père Lampert était l’un des 12 exorcistes des États-Unis, bien que ce nombre soit passé depuis à environ 125, dans un contexte de montée en flèche des requêtes concernant l’activité démoniaque.

« Je reçois actuellement environ 3 500 courriels, appels téléphoniques et lettres par an de personnes de tous les États-Unis et du monde entier », a déclaré le père Lampert. La moitié des personnes qu’il voit ne sont pas catholiques.

En tant que protestant, M. Carlson s’est dit choqué d’apprendre que les exorcismes sont toujours considérés comme réels et pratiqués par l’Église catholique.

L’animateur conservateur a toutefois souligné que Jésus lui-même a parlé directement de la possession démoniaque dans les Évangiles et a exorcisé des personnes, tout comme les apôtres. « Pour un chrétien croyant, il n’y a donc aucun doute que cela est réel », a déclaré M. Carlson, déplorant que l’Église épiscopale, dont il est membre, ne forme pas d’exorcistes.

« Je pense que beaucoup de gens, même des protestants comme moi, arrivent à la conclusion que nous n’avons pas toutes les réponses », a déclaré M. Carlson.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Comment les gens deviennent-ils possédés ?

Une des principales tâches des exorcistes, a expliqué le Père Lampert, est de trouver le « point d’entrée » du démon dans la vie d’une personne.

La vieille femme italienne, comme beaucoup de personnes qui souffrent de possession, avait participé à des pratiques occultes, notamment en consultant des médiums ou des voyants et en ayant recours à la sorcellerie.

Le Père Lampert a fortement mis en garde contre de telles activités, notant qu’elles établissent un lien avec « le monde démoniaque » et entraînent inévitablement des attaques diaboliques.

Les spirites s’appuient toujours sur « la puissance du mal qui agit à travers eux », que ce soit sciemment ou non, a-t-il dit. « Et chaque fois que quelqu’un engage les forces du mal, le démon va finir par l’attaquer et essayer de le détruire, même si au départ cela semble être un avantage. »

« Quelqu’un va voir un médium ou un voyant, et il entend quelque chose qui lui plaît, et donc il y retourne encore et encore », la curiosité menant à la confiance, a dit le Père Lampert. « Mais la connexion qui va être faite est avec le monde démoniaque, et finalement le diable va vouloir être payé ».

« Et c’est en essayant de détruire la vie de quelqu’un d’autre que le démon va se payer », a-t-il averti.

Une autre façon courante pour les démons de pénétrer dans la vie des gens est le péché mortel habituel, par lequel les gens deviennent si déconnectés de Dieu qu’ils essaient de créer « leur propre vérité. Et c’est exactement ce que le diable a fait dans sa chute », a déclaré le Père Lampert.

Il a observé que beaucoup vivent aujourd’hui selon trois principes directeurs : « Tu peux faire ce que tu veux, personne n’a le droit de te commander, et tu es ton propre dieu ».

« Maintenant, vous pouvez vivre de cette façon si vous voulez, a dit le prêtre, mais cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de conséquences, et l’une des conséquences de cette mentalité peut être que les gens rencontreront le démon dans leur vie. »

Kathleen Beckman, assistante laïque d’exorcistes depuis 13 ans, a fait écho à l’évaluation du Père Lampert dans une entrevue accordée au National Catholic Register, avertissant que les raisons les plus typiques de possession qu’elle a vues incluent le syncrétisme religieux, les pratiques New Age, et les péchés graves non repentis, tels que les mariages irréguliers, les avortements en série et l’adultère, et la dépendence chronique à la pornographie, aux drogues et à l’activité sexuelle.

Les catholiques peuvent repousser les attaques démoniaques en vivant dans la grâce et en fréquentant les sacrements, a déclaré Mme Beckman, qui a insisté sur le pouvoir du Rosaire, qui, selon elle, a fait hurler les démons lors des exorcismes auxquels elle a assisté.

La « possession parfaite »

Les malédictions peuvent aussi être transmises par les lignées familiales, a dit le Père Lampert à Carlson, ou établies par des pactes qui permettent aux démons de « revendiquer des droits » sur les gens.

Une fois que les démons se manifestent, les victimes possédées peuvent se retrouver impuissantes à se contrôler. « C’est presque comme si elles étaient piégées dans leur propre corps et qu’elles étaient incapables de réagir ou de répondre », a-t-il dit. « Alors le démon agit maintenant à travers elles ».

Parfois, les gens peuvent même tomber dans ce qu’il décrit comme une « possession parfaite » :

Je pense qu’il est tout à fait possible qu’il existe ce qu’on appelle la possession parfaite, où quelqu’un est possédé par le démon, mais ne le combat pas. Ainsi, les manifestations sont un bon signe car cela signifie que la personne rejette le démon. Mais la possession parfaite, c’est quand quelqu’un vit dans une relation harmonieuse avec le démon, et alors il n’y a pas besoin que le démon se manifeste, parce qu’il a déjà gagné.

Le Père Lampert a mentionné l’exemple d’un homme mourant, sans foi, pour lequel la famille avait demandé une visite.

Lorsque je suis allé le voir, il m’a dit : « Je n’ai aucun désir d’aller au ciel, parce que je veux passer l’éternité en enfer avec Satan et ses démons avec lesquels je me suis lié d’amitié tout au long de ma vie, parce que c’est ce que je veux que mon éternité soit », a-t-il raconté. Les exorcismes ne peuvent être pratiqués que sur des personnes prêtes à les subir.

Le Père Lampert a indiqué qu’il avait observé des personnes célèbres qui semblaient être dans un état de « possession parfaite ».

Plusieurs démons

La possession implique généralement non pas un seul démon, mais de multiples démons, a encore noté le prêtre.

« Ils opèrent en grappes. Il y a une hiérarchie, tout comme il y a une hiérarchie du chœur angélique. Donc, il y en a toujours un qui est plus dominant », a-t-il dit.

Lors d’un exorcisme ayant duré un an, raconte le Père Lampert, six des sept démons qui habitaient une femme « sont partis rapidement ». « Mais celui qui m’a dit s’appeler Léviathan, le grand monstre marin mentionné dans la Bible, m’a dit qu’il n’avait pas à partir, car la femme avait invité le démon dans sa vie. Il revendiquait donc la vie de cette femme comme la sienne », a-t-il déclaré.

Toutefois, grâce à l’exorcisme, l’Église peut ordonner à un mauvais esprit « de rendre ce qu’il a volé, à savoir une personne créée à l’image et à la ressemblance de Dieu », a expliqué le Père Lampert. « Si les gens se repentent de leur implication dans le démoniaque, alors les démons doivent honorer cela », a-t-il souligné, bien que les démons tentent souvent de convaincre leurs victimes du contraire.

Le Père Lampert a finalement exorcisé le démon de la femme en lui ordonnant de « parler comme un petit enfant et de dire “Je vous salue Marie, pleine de grâce” ». Le démon s’est mis à hurler et s’est enfui immédiatement.

Pourquoi l’écume à la bouche ?

Les démons poussent les personnes possédées à agir de manière « animale » dans le but de déshonorer Dieu, qui a créé l’homme à son image et à sa ressemblance, a ajouté le Père Lampert.

« La personne humaine est la plus grande création de Dieu parce que la personne humaine reflète l’Image divine », a-t-il dit à Carlson. « Et le diable, dans son propre sens tordu, croit qu’il peut attaquer Dieu en attaquant l’Image de Dieu que nous portons tous. Et donc, les gens expérimentent différents types de manifestations, les yeux roulés à l’arrière de la tête, l’écume à la bouche, grondant et grognant, agissant vraiment de manière animale ».

Les manifestations sont également des tentatives des démons pour instiller la peur et détourner l’attention de la puissance de Dieu, a déclaré le Père Lampert. « Alors que l’Église, dans sa prière, veut dire : “Wow, regardez ce que Dieu fait dans cette personne” ».

« Et lorsque les démons parlent, c’est toujours d’une voix très grave pour être très autoritaires parce qu’ils veulent convaincre tout le monde que ce sont eux qui contrôlent et non Dieu », a-t-il poursuivi.

Si les manifestations démoniaques ont d’abord effrayé le Père Lampert pendant sa formation, « ces choses ne me font plus peur du tout, parce que je sais que la puissance de Dieu est plus grande que la puissance du mal », a-t-il dit.

Comment les exorcismes sont-ils pratiqués ?

Le Père Lampert a également expliqué comment les prêtres pratiquent les exorcismes. Le rite de l’exorcisme est un rite liturgique qui consiste à « prendre des composantes de notre foi chrétienne et à les jeter littéralement à la figure du diable », a-t-il dit :

Ainsi, les choses que le diable a rejetées sont ce que l’Église utilisera pour le vaincre. Le rite commence donc toujours par la bénédiction de la personne en nous rappelant notre baptême dans le Christ par lequel nous sommes devenus une nouvelle création. Il y a la litanie des saints qui appelle les saints à venir et à être présents pendant cette prière publique. L’Église lit des passages de la Bible, des Psaumes, des passages de l’Évangile où Jésus chasse nos démons, en disant essentiellement : « Vous avez été vaincus auparavant, vous serez vaincus à nouveau. Ne résistez pas au pouvoir et à l’autorité du Christ ». Et puis il y a la possibilité d’essayer d’amener la personne à renoncer à ce qu’elle a fait. Et puis, bien sûr, le démon essaie d'empêcher la personne de le faire.

L’Église catholique conduit toujours les exorcismes de manière « méthodique », a noté le Père Lampert, ajoutant qu’« il n’existe pas d’exorcisme d’urgence ».

« Au préalable, en tant que prêtre, je célébrerai la messe. J’irai me confesser. Je passerai du temps en prière », a-t-il déclaré. « Je déterminerai l’endroit où l’exorcisme aura lieu. Le diable n’a pas le droit de choisir où il sera vaincu. C’est l’Église elle-même qui le déterminera. Cela a toujours lieu dans un espace sacré, dans une église ou une chapelle ».

Lors d’un exorcisme mené par le Père Lampert au Mexique, les yeux d’une femme sont devenus verts et bridés [manifestation du démon] à la mention du Nom de Jésus. Au bout de 45 minutes, le démon a quitté la femme, qui s’était tournée vers la sorcellerie après avoir subi, enfant, d’horribles sévices.

« Certains exorcismes sont très rapides, et d’autres peuvent prendre beaucoup de temps », a déclaré le prêtre. « Et il semble vraiment que ce soit Dieu qui détermine en fin de compte quand la personne sera libérée ».

Les démons s’enfuient toujours en poussant un cri, comme dans les Évangiles, et après avoir été délivrée de la possession, la personne émet une lueur. La femme dont les yeux étaient devenus verts, « brillait comme le soleil » et « rayonnait la gloire de Dieu » après avoir été délivrée, se souvient le Père Lampert.

Cependant, le ministère de l’exorcisme ne se termine pas par l’expulsion d’un démon, a-t-il dit, mais plutôt par la stimulation d’un désir de sainteté et d’une relation avec Dieu.

Il a cité Luc 11:24 : « Quand l’esprit impur est sorti d’un homme, il passe par des lieux sans eau, cherchant du repos ; et n’en trouvant pas, il dit : “Je retournerai dans ma maison d’où je suis venu”. Et quand il arrive, il la trouve balayée et mise en ordre. »

« Cela signifie que, lorsque le démon s’en va, mais que Dieu n’est pas là remplissant le vide, il va trouver sept autres démons pires que lui, et ils viennent s’installer dans la personne », a déclaré le Père Lampert. « Ainsi, le fait de connecter quelqu’un avec la foi, ou [de lui faire connaître] la foi pour la toute première fois, est un élément-clé du ministère de l’exorcisme », a-t-il insisté.

L’oppression démoniaque est un « don de Dieu »

Chaque exorciste subit à un moment donné des attaques démoniaques, selon le Père Lampert, bien que certains prêtres puissent connaître une oppression démoniaque, qui est « considérée comme un don de Dieu ».

« Dieu permet à quelqu’un d’être attaqué par le diable comme une opportunité pour cette personne de montrer sa fidélité à Dieu », a-t-il dit.

Le Père Lampert a également déclaré que les attaques démoniaques peuvent refléter la colère du diable face au travail d’une personne et qu’elles ont en fait renforcé sa conviction de vivre son ministère et sa vocation sacerdotale.

« Parce qu’il m’a attaqué, c’est ainsi que je sais que ce que je fais est réel et important, et donc les fois où j’ai subi des attaques, cela a en fait renforcé mon engagement envers Dieu. Cela a fait tout le contraire de ce que le diable avait espéré », a-t-il raconté.

« Vous pouvez voir la haine pure et le mal que les démons vouent à l’exorciste, car les démons doivent obéir aux exorcistes. C’est par justice divine », a attesté le Père Lampert. « Mais ils ne supportent pas de recevoir des ordres de quelqu’un qu’ils considèrent comme inférieur à eux-mêmes ».

Le prêtre de l’Indiana a révélé que chaque fois qu’il rencontre une personne, il peut sentir « s’il y a ou non une présence du mal en elle » et a été témoin de réactions négatives même de la part de personnes qu’il ne connaît pas, car « le diable sait qui travaille pour le vaincre » :

J’ai rencontré des gens qui ne savent même pas qui je suis. Et je peux voir le mal en eux s’en prendre à moi. Et cela peut être le cas même si je suis dans un lieu public et que je ne suis pas habillé en prêtre. Mais encore une fois, le démon sait qui essaie de le vaincre. J’ai donc été témoin de la présence du mal chez les autres, et j’ai également été témoin de cas où le démon sait qui je suis.

Si la plupart des gens ne font pas l’expérience d’une activité démoniaque « extraordinaire », ajoute le Père Lampert, beaucoup se heurtent à l’activité ordinaire du diable.

« Le diable est un opportuniste », a-t-il dit. « Il n’est peut-être pas la cause de tous les problèmes car nous avons le libre arbitre, mais si le diable voit une opportunité, il peut la saisir. Ainsi, si quelqu’un vit une rupture dans sa vie, le diable peut essayer d’amplifier cette rupture. »

Le diable attaque généralement en quatre étapes, a expliqué le Père Lampert : d’abord par la tromperie, puis la division, suivie de la diversion ─ ou les tentatives de substituer quelque chose à Dieu ─ et enfin le découragement ou le désespoir.

« Le démon peut jouer sur la mémoire et l’imagination d’une personne, parce qu’en fin de compte, le démon voudra que nous fassions le même choix que lui, à savoir le rejet de Dieu. Ainsi, toutes ces tentations nous mettent au défi d’agir à l’encontre de Dieu, de nous déconnecter réellement de Dieu », a-t-il déclaré.

« La personne humaine a besoin de Dieu », a poursuivi le Père Lampert. « Vous savez, c’est saint Jean-Paul II qui a dit que la liberté, au sens le plus vrai du terme, signifie être obéissant à Dieu ».

« Dieu doit être le fondement de la vie humaine. Cela ne signifie pas que tout sera toujours parfait », a-t-il dit à Carlson. « Il s’agit simplement de reconnaître la place qui revient à Dieu dans nos vies. Et lorsque nous rejetons cela, il y a un démon, car c’est exactement ce que [le diable] a fait. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire