M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Trudeau s’en prend à Blaine Higgs parce qu'il limite le financement de l’avortement au Nouveau-Brunswick


Justin Trudeau.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : CPAC/YouTube

22 mai 2024 (LifeSiteNews) — Après que le premier ministre libéral Justin Trudeau ait attaqué le premier ministre conservateur du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs de bafouer les « droits des femmes » parce qu’il a réduit le financement de l’avortement, le principal groupe pro-vie du Canada a eu des mots durs pour le leader du Canada, disant que ses commentaires montrent qu’il soutient « le meurtre d’enfants in utero ».

« Trudeau a réussi à prouver qu’il est un dégénéré moral qui aspire au meurtre d’enfants à naître », a déclaré Jack Fonseca, directeur des opérations politiques de la Coalition nationale pour la Vie (CNV), à LifeSiteNews.

« À chaque élection, Trudeau sort le même vieux truc : attaquer les conservateurs parce qu’ils ne soutiennent pas le meurtre d’enfants in utero. Il fait cela pour que les médias traditionnels aient une excuse pour éviter de parler de ses politiques horribles et du déclin du Canada qui s’ensuit, et à la place, écrivent des articles d’attaque contre les adversaires de Trudeau ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2,812 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Jeudi dernier, lors d’une conférence de presse à Caraquet, au Nouveau-Brunswick, pour annoncer la création d’un programme national d’alimentation scolaire, M. Trudeau a attaqué M. Higgs et d’autres « chefs conservateurs » pour avoir placé la valeur de la vie humaine au-dessus du soi-disant « droit de choisir » de tuer les enfants à naître. Ces commentaires ont été formulés après que M. Higgs ait commencé à réduire le financement public des avortements pratiqués en dehors des hôpitaux.

« J’ai des problèmes avec le gouvernement actuel du Nouveau-Brunswick », a déclaré M. Trudeau à la presse après avoir été interrogé sur le fait que M. Higgs avait réduit le financement des avortements.

M. Trudeau a ensuite directement accusé M. Higgs de s’en prendre au « droit des femmes de choisir ». 

« Le refus de s’engager à permettre aux femmes de choisir ce qu’il adviendra de leur avenir et de leur corps est une honte », a-t-il déclaré.

« Je continuerai à dénoncer le gouvernement du Nouveau-Brunswick et tout dirigeant conservateur qui continue à s’en prendre aux droits des femmes ».

Juste avant ses commentaires contre Higgs, Trudeau avait déclaré qu’il voulait « travailler avec n’importe quel gouvernement » au Canada.

Comme le rapportait LifeSiteNews en janvier, le seul établissement privé d’avortement du Nouveau-Brunswick, la clinique 554, a récemment fermé définitivement ses portes.

En vertu de la loi du Nouveau-Brunswick, le gouvernement ne finance que les avortements pratiqués dans les hôpitaux.

Pendant des années, M. Higgs n’a pas été influencé par les tentatives répétées du gouvernement fédéral de M. Trudeau de le forcer à financer la clinique 554.

La clinique 554 était le site original de l’ancienne clinique Morgentaler qui a ouvert ses portes en 1994. Selon la Coalition nationale pour la Vie (CNV), sa fermeture fait suite au succès de sa campagne de 40 jours pour la vie, qui a vu de nombreux bénévoles pro-vie prier et jeûner devant la clinique pour qu’elle ferme ses portes.

La Clinique 554, aujourd’hui fermée, était en activité depuis 2015 sans le soutien financier de la province. Citant des problèmes financiers, le centre d’avortement a été vendu il y a quelques années, mais est resté en activité. En 2019, le directeur médical, le Dr Adrian Edgar, avait déclaré qu’il serait éventuellement contraint de fermer.

Trudeau évoque l’arrêt Roe, mais la CNV estime que M. Higgs revendique une « position morale élevée »

Jeudi dernier, lors d’un entretien avec des journalistes, M. Trudeau a également évoqué la décision américaine Roe v. Wade, aujourd’hui annulée, en affirmant que M. Higgs, ainsi que d’autres dirigeants conservateurs, souhaitaient qu’une décision similaire soit prise au Canada.

« Nous savons donc que ce n’est pas que Roe contre Wade ne pourrait pas se produire au Canada, mais qu’il est plus probable qu’il se produise au Canada, en particulier avec des dirigeants conservateurs qui continuent à ne pas défendre les droits des femmes », a déclaré M. Trudeau.

Au Canada, l’avortement est considéré comme un « soin de santé », malgré sa nature mortelle, et, en tant que tel, il est entièrement légiféré par les provinces et ne relève pas de la compétence fédérale.

Fonseca a fait remarquer à LifeSiteNews que la tentative de Trudeau de « distraire les électeurs de la destruction économique et sociale qu’il a infligée au Canada est pathétique ».

Il a ajouté qu’en ce qui concerne la question en jeu, « seul le premier ministre Higgs peut se prévaloir d’une position morale élevée ».

« Le mouvement pro-vie est très heureux que M. Higgs ait tenu bon et refusé d’acheminer l’argent des contribuables vers la Clinique 554, l’avortoir privé à but lucratif dont Trudeau se préoccupe tant. M. Higgs est un homme intègre. Pas d’argent pour le meurtre, c’est une excellente politique », a déclaré M. Fonseca.

« Nous sommes encore plus ravis que le centre d’avortement de Fredericton ait fermé ses portes pour de bon, et nous en sommes particulièrement reconnaissants à Blaine Higgs ».

Contrairement aux États-Unis, l’avortement au Canada existe dans un vide juridique depuis sa décriminalisation il y a plus de 30 ans. Cela signifie qu’il n’y a pas et qu’il n’y a jamais eu de « droit légal » à l’avortement au Canada.

Dans l’arrêt Morgentaler de 1988, la Cour suprême du Canada a annulé la dernière loi sur l’avortement au motif qu’elle était inconstitutionnelle. Depuis lors, il n’existe aucune loi fédérale réglementant l’avortement, et cette pratique est donc autorisée pendant les neuf mois de la grossesse. Toutefois, il est possible d’introduire une loi.

Malgré l’absence de soutien provincial à la clinique 554, l’avortement reste disponible et financé par les contribuables au Nouveau-Brunswick dans deux hôpitaux, à Moncton et à Bathurst. La province continue également de financer la dangereuse pilule d’avortement Mifegymiso, qui est distribuée gratuitement aux femmes.

La Maison de la mère et de l’enfant de New Brunswick Right to Life gère le Centre de soins pour les femmes, qui offre gratuitement des échographies, des conseils et des tests de grossesse. Le centre est situé à côté de la clinique 554 et a dû être reconstruit sur le site après un incendie en 2016.

Le gouvernement libéral de M. Trudeau s’est engagé à promouvoir non seulement l’avortement, mais aussi la contraception. En février, une nouvelle loi fédérale permettant « l’accès universel aux contraceptifs », y compris la « pilule du lendemain », a été introduite.

Le 20 mai, M. Trudeau a même diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo vantant les mérites de sa future législation sur l’assurance-médicaments.

Pour les catholiques, l’enseignement de l’Église interdisant l’utilisation de la contraception artificielle, y compris la pilule du lendemain et les médicaments provoquant l’avortement, est resté constant. L’Église catholique proclame également que le droit à la vie de toute personne innocente, de la conception à la mort naturelle, est une vérité connue par la raison et contenue dans la loi naturelle.

Selon la CNV, l’avortement a tué plus de quatre millions d’enfants à naître au Canada depuis sa légalisation en 1969, ce qui équivaut à peu près à la population totale de la province de l’Alberta.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire