M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Texas : un père intente une poursuite contre les femmes qui ont contribué à l'avortement de son enfant à naître

 

LifeSiteNews — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : kwanchaift/Adobe Stock

13 mars 2023 (Thomas More Society) — Les avocats de la Thomas More Society ont déposé la toute première poursuite pour responsabilité civile dans un décès, intentée par le père d'un enfant à naître qui a été tué lors d'un avortement illégal. Le plaignant, Marcus Silva, poursuit trois femmes — Jackie Noyola, Amy Symmank Carpenter et Aracely Garcia — qui ont aidé sa femme à avorter illégalement en lui fournissant des pilules abortives obtenues illégalement et en conspirant avec elle pour dissimuler la grossesse et l'avortement à son mari. Silva poursuivra également le fabricant de la mifepristone utilisée pour l'avortement, une fois qu'il aura été identifié dans le cadre de la procédure d'enquête. La plainte a été déposée devant le tribunal de district du comté de Galveston le 9 mars 2023.

« L'avortement nuit non seulement aux enfants à naître qui sont tués, mais aussi aux pères qui se sont vu voler leur paternité », a déclaré Peter Breen, vice-président exécutif et responsable du contentieux à la Thomas More Society. « Nous félicitons M. Silva de s'être manifesté et nous aiderons tout père qui demande justice au nom de son enfant à naître tué lors d'un avortement illégal ».

La loi texane sur les homicides impose une responsabilité civile à toute personne qui aide lors d’un avortement illégal, et l'avortement est interdit au Texas depuis le 24 juin 2022, date à laquelle la Cour suprême des États-Unis a annoncé sa décision dans l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization. L'avortement de l'enfant de Silva a eu lieu en juillet 2022, après l'arrêt Dobbs. L'avortement autogéré était illégal au Texas même avant l'arrêt Dobbs. Les femmes qui ont participé à cet avortement illégal risquent également d'être accusées de meurtre, car la loi texane définit le crime de meurtre comme incluant le meurtre intentionnel d'un enfant à naître et le fait de participer à un avortement autogéré, conformément aux articles 1.07, 19.02 et 19.06 du code pénal du Texas. Silva ne porte pas plainte contre son ex-épouse, qui bénéficie d'une immunité civile et pénale en vertu de la loi texane.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La requête allègue que la femme de Silva, après avoir découvert qu'elle était enceinte, a demandé de l'aide à Noyola et Carpenter pour obtenir des pilules abortives illégales, et que le trio a conspiré dans une série de messages-textes pour tuer l'enfant à naître des Silva avec des médicaments provoquant l'avortement. Noyola et Carpenter ont toutes deux proposé à Mme Silva, enceinte, d'utiliser leurs résidences pour l'avortement, et Noyola a conspiré avec Garcia pour obtenir les pilules abortives à Houston et les livrer à Mme Silva pour qu'elle avorte son bébé.

Briscoe Cain, avocat de Marcus Silva et membre de la Chambre des représentants du Texas, a prévenu que la loi texane autorise les poursuites pour responsabilité civile dans un décès contre toute personne qui distribue ou fabrique des pilules abortives utilisées par des résidents du Texas, et que l'équipe juridique de Silva poursuivra toute autre personne impliquée dans la fabrication ou la distribution des pilules abortives utilisées par l'épouse de Silva.

« Toute personne impliquée dans la distribution ou la fabrication de pilules abortives sera poursuivie en justice », a déclaré M. Cain. « Cela inclut CVS et Walgreens si leurs pilules abortives se retrouvent dans notre État ».

M. Breen a ajouté : « Il est plus que temps de demander des comptes à ceux qui sont impliqués dans la distribution et la fabrication de ces médicaments meurtriers ».

Lisez la requête originale du plaignant déposée par les avocats de la Thomas More Society, avec l'ancien Solliciteur Général du Texas Jonathan Mitchell comme avocat principal, le 9 mars 2023, devant la Cour de District du Comté de Galveston, Texas, dans l'affaire Marcus Silva v. Jackie Noyola et al., en cliquant ici.



Laissez un commentaire