M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Automne 2021

mère et enfant

3367.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Aidez-nous à transmettre l'espérance, qui seule nous donne la force de traverser ces temps cruciaux. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Texas Right to Life reçoit une menace de bombe dans un contexte de fureur pro-avortement contre la Heartbeat Act

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie

Houston, 13 septembre 2021 (LifeSiteNews) — Texas Right to Life a évacué son bureau de Bellaire vendredi après avoir reçu une menace de bombe et un paquet suspect, alors que la fureur de la gauche continue de croître en raison de son appui à une loi interdisant efficacement les avortements après six semaines de grossesse.

« Laissez-moi vous assurer : nous prenons la sécurité et le bien-être de notre personnel très au sérieux », a déclaré le groupe dans un communiqué de presse. « Nous avons engagé des gardes, installé des caméras supplémentaires et renforcé de nombreuses autres mesures de sécurité. Il s’agit d’une dépense coûteuse et inattendue, mais nécessaire. Nous donnerons toujours la priorité à la sécurité de notre équipe héroïque de sauveteurs. »

« Nous avons immédiatement appelé la police, et après une vérification aux rayons X, les agents ont jugé que le contenu du colis n’était pas nocif », poursuit le texte. « Dieu soit loué. »

Click2Houston, affilié à NBC, rapporte que le département de police de Bellaire a confirmé l’incident, et que c’est la police, en fait, qui a remarqué la livraison du paquet suspect en arrivant pour enregistrer la plainte du groupe au sujet du courriel de menace.

« Texas Right to Life a fait ce qu’il fallait en contactant la police », a déclaré le département. « Nous avons eu la chance que nos agents soient sur place lorsque le colis suspect a été livré et nous savons gré aux occupants du bâtiment d’avoir collaboré avec la police pour évacuer rapidement les lieux au cas où cela aurait été une véritable bombe ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement - Automne 2021

3367.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 5 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Le département a ajouté que l’enquête se poursuit pour déterminer la source de l’alerte à la bombe, qui est passible au Texas d’une amende pouvant aller jusqu’à 4 000 dollars et d’un an de prison.

L’incident survient dans un contexte d’hostilité intense de la part des politiciens, des médias et des militants de gauche à l’égard de la loi texane sur les battements de cœur, qui oblige les avorteurs à rechercher les battements de cœur des bébés à naître et interdit l’avortement si un battement de cœur peut être entendu (généralement dès six semaines), avec des exceptions uniquement pour les urgences médicales. Contrairement à la plupart des restrictions imposées par les États en matière d’avortement, la loi s’en remet « exclusivement » aux citoyens privés pour engager des poursuites civiles contre les avorteurs, passibles d’un minimum de 10 000 dollars de dommages et intérêts.

Au début du mois, la loi est entrée en vigueur à la surprise de ses partisans et opposants, les tribunaux fédéraux ayant rejeté les appels des partisans de l’avortement visant à bloquer la loi, grâce à son mécanisme d’application unique qui, pour l’instant, a laissé les alliés de l’avortement sans une personne ou une entité spécifique contre laquelle agir.

Dans ce contexte, les chaînes d’avortement texanes Planned Parenthood et Whole Woman’s Health ont suspendu de manière préventive leurs avortements au-delà de six semaines, bien que l’on s’attende à ce que les avorteurs finissent par tester la nouvelle loi, ce qui provoquerait une nouvelle série de batailles juridiques sur le fond de la question.

Au début du mois, des cyber-pirates ont pris pour cible le site internet Pro-Life Whistleblower de Texas Right to Life, où les Texans pouvaient dénoncer anonymement les avorteurs qui pratiquent des avortements après avoir trouvé un battement de cœur ou sans l’avoir testé. Les trolls ont essayé de l’inonder de fausses informations et ont lancé une attaque par déni de service distribué (DDOS) pour tenter de submerger sa capacité de trafic.

Le site de dénonciation a été temporairement mis hors service après avoir été abandonné par des services d’hébergement internet tels que GoDaddy et Epik, mais Texas Right to Life affirme avoir trouvé un nouvel hébergeur et pouvoir relancer le site dans un avenir proche.

« Beaucoup de gens sont encore furieux à propos de la loi texane sur les battements de cœur. Ils essaient de nous faire taire. Ils nous méprisent juste pour avoir parlé d’une loi qui sauve des vies », a déclaré Texas Right to Life. « Ils croient au mensonge selon lequel l’avortement illimité est leur droit, et ils craignent de perdre ce prétendu droit dans un monde post-Roe. Les partisans de l’avortement sont aigris par des décennies de tromperie. Nous en avons le cœur brisé pour eux ; nous ressentons réellement leur douleur d’avoir été dupés. »

« Mais Texas Right to Life a une approche différente : nous prions pour leur guérison et pour qu’ils ouvrent les yeux », a déclaré le groupe. « Leur colère et leur vitriol ne nous empêcheront pas de protéger les femmes enceintes contre ces mêmes mensonges. Leurs clameurs ne nous empêcheront pas de protéger les bébés. »

Campagne de financement - Automne 2021

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire