M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Synode sur la synodalité : Mgr Joseph Strickland exhorte les fidèles à rester fermes dans la foi, au risque de se voir taxer de schisme


Mgr Joseph Strickland, évêque de Tyler au Texas.

Par jeanne Smits (reinformation.tv) — Photo :

A l’approche du synode sur la synodalité qui doit se tenir à Rome en octobre 2023 et octobre 2024, l’évêque de Tyler, Texas aux Etats-Unis, Mgr Joseph Strickland, vient de publier une lettre à tous les fidèles de son diocèse les exhortant à rester fermes dans la foi à un moment qui s’annonce des plus périlleux pour l’Eglise. En vérité, vu la gravité du ton et les risques qui concernent chaque fidèle attaché à la foi, à la doctrine, à la morale de l’Eglise catholique, on peut dire que chacun est concerné. Le prélat ne cache rien de sa préoccupation, allant jusqu’à dire qu’il est possible que les catholiques fidèles ne se voient demain accusés de schisme précisément en raison de leur fidélité à l’enseignement du Christ.

Il est facile de comprendre que Mgr Strickland — lui-même objet d’une « visite apostolique », le plus vraisemblablement en raison de son caractère traditionnel, dans son diocèse où la pratique catholique demeure bien plus importante qu’en d’autres lieux aux Etats-Unis — craint une attaque frontale contre la foi à l’occasion de ce synode, une attaque venue des hautes sphères de l’Eglise car pouvant accuser laïcs et clergé de schisme et les menacer sous ce prétexte. « Soyez assurés, cependant, qu’aucun de ceux qui restent fermement attachés aux fondements de notre foi catholique n’est un schismatique », affirme le courageux prélat.

L’heure est venue de fourbir les armes de la foi, de prier pour l’Eglise comme jamais, de demander la force de résister.

Nous vous proposons ci-dessous la traduction intégrale de sa lettre, publiée ici en anglais. — J.S.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

*

A l’orée du synode, Mgr Strickland rappelle la foi de l’Eglise et appelle à défendre la foi au risque d’être accusé de schisme

22 août 2023

Mes chers fils et filles en Jésus-Christ:

Que l’amour et la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ soient toujours avec vous !

En ces temps de grand trouble dans l’Eglise et dans le monde, je dois vous parler avec un cœur de père pour vous avertir des maux qui nous menacent et pour vous assurer de la joie et de l’espérance que nous gardons toujours en notre Seigneur Jésus-Christ. Un discours maléfique et faux a envahi l’Eglise, l’Epouse du Christ, selon lequel Jésus est simplement un parmi d’autres, et qu’il n’est pas nécessaire que son message soit partagé avec toute l’humanité. Cette idée doit être rejetée et réfutée en toutes circonstances. Nous avons le devoir de partager la merveilleuse bonne nouvelle : Jésus est notre seul Seigneur, et Il désire que toute l’humanité, de tous les temps, puisse embrasser la vie éternelle en Lui.

Dès lors que nous comprenons que Jésus-Christ, le divin Fils de Dieu, est la plénitude de la révélation et l’accomplissement du dessein de salut du Père pour toute l’humanité et pour tous les temps, et que nous y adhérons de tout notre cœur, nous pouvons alors nous attaquer aux autres erreurs qui affligent notre Eglise et notre monde, et qui ont été provoquées par le fait d’avoir délaissé la Vérité.

Saint Paul écrit dans sa lettre aux Galates : « Je m’étonne que vous vous détourniez si vite de celui qui vous a appelés à la grâce du Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu’il y en ait un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile du Christ. Mais si quelqu’un, fût-ce nous-mêmes ou un ange du ciel, vous annonçait un autre Evangile que celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! Je l’ai dit, et je le dis encore maintenant : Si quelqu’un vous annonçait un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! » (Gal 1, 6-9).

Je suis votre père spirituel, et à ce titre j’estime qu’il est important de réitérer les vérités fondamentales suivantes qui ont toujours été reconnues par l’Eglise depuis des temps immémoriaux, et de souligner que l’Eglise n’existe pas pour redéfinir les questions de foi, mais pour sauvegarder le dépôt de la foi tel qu’il nous a été transmis par Notre Seigneur lui-même par l’intermédiaire des apôtres, des saints et des martyrs. Pour revenir à l’avertissement de saint Paul aux Galates, toute tentative de pervertir le véritable message de l’Evangile doit être catégoriquement rejetée comme portant atteinte à l’Epouse du Christ et à ses membres individuels.

Rappel de quelques vérités de la foi

1. Le Christ a établi une seule Eglise — l’Eglise catholique — et, par conséquent, seule l’Eglise catholique procure la plénitude de la vérité du Christ et le chemin authentique vers son salut pour chacun d’entre nous.

2. L’Eucharistie et tous les sacrements sont d’institution divine ; ils n’ont pas été inventés par l’homme. L’Eucharistie est vraiment le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité du Christ, et le recevoir dans la Communion indignement (c’est-à-dire en état de péché grave dont on ne s’est pas repenti) est un sacrilège dévastateur pour l’individu et pour l’Eglise (1 Cor 11, 27-29).

3. Le sacrement de mariage est institué par Dieu. Par la loi naturelle, Dieu a établi le mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme, fidèles l’un à l’autre pour la vie et ouverts à la procréation. Les hommes n’ont ni le droit ni même la capacité de redéfinir le mariage.

4. Chaque personne humaine est créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, homme ou femme, et il convient d’aider chacun à découvrir sa véritable identité en tant qu’enfant de Dieu, et non de le soutenir dans une tentative désordonnée visant à rejeter son indéniable identité biologique donnée par Dieu.

5. L’activité sexuelle en dehors du mariage est toujours un péché grave et ne peut être cautionnée, bénie ou jugée admissible par quelque autorité que ce soit au sein de l’Eglise.

6. La croyance selon laquelle tous les hommes et toutes les femmes seront sauvés quel que soit leur mode de vie (un concept communément désigné sous le nom d’universalisme) est fausse et dangereuse, car elle contredit ce que Jésus nous dit à maintes reprises dans l’Évangile. Jésus dit que nous devons « renoncer à nous-mêmes, prendre notre croix et le suivre » (Mt 16, 24). Il nous a offert, par sa grâce, le chemin de la victoire sur le péché et la mort par le repentir et la confession sacramentelle. Il est essentiel que nous sachions accueillir la joie et l’espoir, ainsi que la liberté, qui découlent du repentir et de la confession humble de nos péchés. Grâce au repentir et à la confession sacramentelle, chaque bataille contre la tentation et le péché peut être une petite victoire qui nous conduit à embrasser la grande victoire que le Christ a remportée pour nous.

7. Pour suivre Jésus-Christ, nous devons volontairement choisir de porter notre croix au lieu d’essayer d’éviter la croix et la souffrance que Notre Seigneur offre à chacun d’entre nous individuellement dans notre vie quotidienne. Le mystère de la souffrance rédemptrice — c’est-à-dire la souffrance que Notre Seigneur nous permet d’expérimenter et d’accepter dans ce monde, et de lui offrir en retour en union avec sa souffrance — nous humilie, nous purifie et nous attire plus profondément dans la joie d’une vie vécue dans le Christ. Cela ne veut pas dire que nous devons jouir de la souffrance ou la rechercher, mais si nous sommes unis au Christ, en faisant l’expérience de nos souffrances quotidiennes, nous pouvons rencontrer l’espoir et la joie qui existent au milieu de la souffrance et persévérer jusqu’au bout parmi toutes nos souffrances (cf. 2 Tim 4, 6-8).

Nous devons nous méfier de toute tentative visant à présenter un Evangile alternatif

Dans les semaines et les mois à venir, nombre de ces vérités seront examinées dans le cadre du Synode sur la synodalité. Nous devons nous en tenir à ces vérités et nous méfier de toute tentative visant à présenter un Evangile alternatif, différent de celui de Jésus-Christ, ou à imposer une foi qui parle de dialogue et de fraternité, tout en essayant de supprimer la paternité de Dieu. Lorsque nous cherchons à innover par rapport à ce que Dieu, dans sa grande miséricorde, nous a donné, nous nous trouvons en terrain périlleux. Le point d’appui le plus sûr que nous puissions trouver est de rester fermement attachés aux enseignements pérennes de la foi.

Le synode où la vraie foi risque d’être assimilée au schisme

Hélas, il se pourrait que certains qualifient de schismatiques ceux qui ne seront pas d’accord avec les changements proposés. Soyez assurés, cependant, qu’aucun de ceux qui restent fermement attachés aux fondements de notre foi catholique n’est un schismatique. Nous devons rester résolument et véritablement catholiques, quelles que soient les propositions qui seront faites. Nous devons également être conscients que ce n’est pas quitter l’Eglise que de s’opposer fermement à ces changements proposés. Comme l’a dit saint Pierre, « Seigneur, à qui irions-nous ? Vous avez les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 68). Par conséquent, rester ferme ne signifie pas que nous cherchions à quitter l’Eglise. Au contraire, ceux qui proposent de changer ce qui ne peut être changé cherchent à s’emparer de l’Eglise du Christ, et ce sont eux les vrais schismatiques.

Je vous le dis avec insistance, mes fils et mes filles dans le Christ : c’est maintenant le temps de vous assurer que vous vous appuyez fermement sur la foi catholique de toujours. Nous avons tous été créés pour chercher le Chemin, la Vérité et la Vie, et en cette époque moderne de confusion, le vrai chemin est celui qui est éclairé par la lumière de Jésus-Christ, car la Vérité a un visage, et c’est bien son visage. Soyez assurés qu’Il n’abandonnera pas son Epouse.

Je reste votre humble père et serviteur,

Mgr Joseph E. Strickland, évêque de Tyler

Traduction par Jeanne Smits



Laissez un commentaire