M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - avent 2022

prière

2010.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 16 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Gardons courage, il a vaincu le monde. (Jn 16:33) Même si la culture contemporaine semble s'engouffrer davantage dans le mensonge, nous sommes encore là, à dire les vérités essentielles sur la foi, la famille et la vie. Merci nous aider à continuer. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Starbucks paiera les frais de voyage de ses employés qui se font avorter ou subissent des opérations de « transitions »

Par Ashley Sadler — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Piqsels

18 mai 2022, Seattle (LifeSiteNews) — Longtemps reconnue comme une entreprise de gauche, Starbucks a redoublé sur son jeu politique en promettant de financer l’avortement et le transgenrisme radical.

Lundi, la chaîne de cafés basée à Seattle est devenue l’une des dernières grandes entreprises à annoncer qu’elle paierait les frais de voyage de ses employés liés à l’avortement et à l’opération transgenre, rapporte UPI.

Les employés et les personnes à leur charge recevront une aide financière de Starbucks pour se rendre à un avortement ou à une opération chirurgicale d’affirmation du genre dans le cadre des avantages sociaux de l’entreprise. Cette politique s’appliquera aux 240 000 employés de l’entreprise s’ils ont à parcourir au moins 150 km pour se faire avorter ou subir une intervention chirurgicale « d’affirmation du genre ».

Dans une lettre annonçant la nouvelle politique, Sara Kelly, vice-présidente directrice par intérim des ressources des partenaires de Starbucks, a souligné l’engagement de l’entreprise à garantir que tous les employés puissent tuer leur enfant à naître, même si la légalité de l’avortement aux États-Unis est décidée par les États individuels plutôt que par le gouvernement fédéral.

« Quelle que soit la décision finale de la Cour suprême, nous veillerons toujours à ce que nos partenaires aient accès à des soins de santé de qualité », a déclaré Mme Kelly dans sa lettre, rapporte Newsweek.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Avent 2022

2010.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 16 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Dans ses commentaires, Kelly a fait référence à la fuite sans précédent d’un projet d’opinion majoritaire de la Cour suprême des États-Unis dans l’affaire Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization, qui concerne l’interdiction de l’avortement à 15 semaines dans le Mississippi.

Selon le document qui a fait l’objet de la fuite, une majorité d’au moins 5-4 membres de la Cour s’apprête à se prononcer en faveur du Mississippi en annulant Roe v. Wade, la décision de 1973 qui a établi un « droit constitutionnel à l’avortement » dans les 50 États.

Une décision est attendue d’un jour à l’autre dans l’affaire Dobbs.

En attendant, Starbucks n’est pas la seule à financer des avortements au mépris de la législation pro-vie et de l’annulation potentielle de Roe v. Wade.

Une série d’entreprises favorables à l’avortement, dont Amazon, Apple, Citibank, Salesforce, Tesla, Microsoft et Yelp, ont également annoncé qu’elles couvriraient les frais de déplacement des femmes enceintes pour tuer leur bébé.

Miriam Warren, responsable de la diversité chez Yelp, a expliqué la décision de son entreprise en affirmant que « la capacité de contrôler sa santé reproductive, et de savoir si ou quand on veut agrandir sa famille, est absolument fondamentale pour pouvoir réussir sur le lieu de travail. »

Entre-temps, des États dirigés par des républicains, comme l’Alabama, l’Arizona, le Texas, l’Idaho, la Floride, l’Oklahoma et le Dakota du Sud, ont donné un coup d’accélérateur à l’adoption d’une foule de lois et de décrets visant à protéger les bébés à naître et à restreindre les opérations ou les médicaments destructeurs destinés à rendre les gens plus semblables au sexe opposé.

Au début de l’année, le républicain texan Greg Abbott a ordonné aux agences de l’État de considérer les procédures de « changement de sexe » [chez les mineurs] comme de la maltraitance d’enfants en vertu de la loi texane.

Campagne de financement - Avent 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire