M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Sous la nouvelle loi, les patients pourraient se faire prendre leurs organes en même temps qu'euthanasier sans leur consentement

Par Wesley J. Smith (LifeSiteNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

20 février 2018 (NRO) — Il est légal aux Pays-Bas pour les médecins et les psychiatres de tuer par injection létale les malades, les handicapés, les personnes âgées et les malades mentaux demandant à mourir.

Il n’est pas légal pour eux de tuer des patients qui n’ont pas réclamé à plusieurs reprises la mort.

Mais cela arrive quand même, et non rarement. Diverses études donnent des chiffres différents, mais on peut dire sans risque de se tromper que des centaines de patients — 431 en 2015 — meurent chaque année non volontairement, ce que l’on appelle dans le discours euthanasique néerlandais, « euthanasie* sans demande ni consentement ».

Techniquement, c’est un meurtre selon la loi néerlandaise, mais alors quoi? Je ne connais aucun cas où une sanction importante a été infligée à un médecin qui a tué un patient sans son consentement.

Et en 2020, les Néerlandais vont instituer une loi sur le « consentement présumé », ce qui signifie que tout le monde est légalement un « donneur » d’organes, à moins qu’il ne refuse explicitement de l’être. D’après un article de DutchNews. nl :

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

« Mardi, le Sénat néerlandais a voté de justesse une nouvelle loi visant à changer le système néerlandais de don d’organes pour un registre “oui à moins que”. Le nouveau système s’appliquera à toute personne âgée de plus de 18 ans et inscrite comme résident des Pays-Bas auprès des autorités locales, y compris les ressortissants étrangers. »

Le gouvernement a l’intention d’envoyer des lettres aux gens avec les options qu’ils veulent en matière de dons. L’absence de réponse sera considérée comme un consentement.

Cela signifie donc qu’un patient pourrait très vraisemblablement se faire euthanasier et se faire prendre ses organes [prendre ses organes à quelqu’un le tue déjà** — NDLR] sans en avoir fait la demande.

Oh Wesley! Espèce d’alarmiste! Hystérique de la pente glissante! Ça n’arrivera jamais.

D’accord. C’est ce que mes critiques ont également dit lorsque j’ai prédit, en 1993, que la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté finirait par réunir le meurtre et la récolte d’organes [ce qui est déjà tuer — NDLR**] « en tant que gâteau pour la société ».

Que ceux qui ont des yeux pour voir, voient.


*L’euthanasie est mauvaise en soi — NDLR.

**Sauf rare exception, quand il ne s’agit par exemple que du prélèvement d’un des reins.



Laissez un commentaire