M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Scheer le « sympathique » pro-vie: lettre ouverte à Mario Dumont, chroniqueur au Journal de Montréal

andrew_scheer_1.jpgAndrew Scheer, le nouveau chef du Parti conservateur

Note de l'éditeur: La présente lettre a été écrite par Solange Viau, en réaction à un article que Mario Dumont a rédigé sur Andrew Scheer, à la suite de sa victoire dans la course à la chefferie du Parti conservateur. 

Bonjour M. Dumont,

Je suis abonnée au Journal de Montréal depuis quelques mois. Je ne sais pas si je fais partie de la gauche sociable ou de la droite sociale. Je suis chrétienne catholique pro-vie, contre la peine de mort, contre la possession d’armes à feu, pour le respect de l’environnement, pour une plus grande justice sociale (surtout envers les peuples des pays en voie de développement), pour la fin des paradis fiscaux, pour un plus grand respect des droits des animaux (je mange des œufs et des viandes biologiques), pour l’autonomie alimentaire (gestion de l’offre -lait, œufs etc.) et l’achat des produits locaux.

J’ai pris ma carte pour le Parti conservateur cette année.

Oui, Andrew Scheer était dans mes 4 premiers choix. J’ai fait seulement cinq choix.

J’ai aimé le titre de votre article et la belle photo de M. Scheer, mais je n’ai pas apprécié que vous dénigriez autant le fait que des Canadiens puissent vouloir qu’on débatte enfin du sujet le plus important pour la survie de notre société. Un peuple sans enfant est un peuple sans avenir. Ce n’est pas seulement un sujet d’ordre moral, mais aussi politique et économique.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Le choc démographique que nous vivons est la conséquence directe des 3 millions d’enfants qui ont été avortés au Canada depuis la légalisation de l’avortement au Canada, en 1988. Il faut être de mauvaise foi pour nier cette réalité. C’est la revanche des berceaux qui a permis au peuple canadien français de sauvegarder sa culture et sa langue. Voyez comme on a de la difficulté à sauvegarder notre culture et notre langue depuis que les berceaux sont presque vides…

Les journalistes pro-choix comme vous sont légions au Québec. Pas surprenant que le Canada demeure encore le seul pays occidental à n’avoir aucune balise pour les avortements! Vous bloquez toutes les informations qui pourraient enfin réveiller les consciences.

Et vous voulez aussi empêcher les élus de rouvrir le débat sur l’avortement, comme si c’était tout à fait normal de tuer violemment des enfants innocents dans le ventre de leurs propres mères, de la conception jusqu’à la naissance, pour n’importe quelle raison.

Vous n’éprouvez aucune compassion pour les enfants à naître non désirés et grâce à votre travail constant et celui de vos acolytes, les enfants à naître gardent au Canada le même statut qu’une dent qu’on peut arracher pour n’importe quelle raison.

Les animaux sont mieux protégés que les enfants à naître dans notre société, et les supposés bien-pensants de notre société sont d’accord avec cette situation et utilisent toutes leurs tribunes pour s’assurer que l’on puisse continuer d’agir comme des barbares envers les enfants à naître.

L’avortement est bien plus souvent au service des hommes égoïstes qui refusent la responsabilité de leurs paternités. Tant de femmes portent la blessure d’un avortement qu’elle ne désirait pas, mais cela vous n’en parlez jamais, pas plus que des blessures et séquelles physiques causées par les avortements.

Les journalistes de nos grands médias ne se gênent pas pour blâmer et diaboliser (à juste raison) les kamikazes qui ont osé tuer quelques enfants innocents à Manchester et des innocents à Londres mais ils se contrefichent des 100 000 enfants qui sont démembrés vivants ou empoisonnés au Canada chaque année, par des bourreaux athées en sarrau blanc. Comme disait Jésus : « Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour ôter la paille de l’œil de ton frère » (Mt 7,5).

J’espère qu’un jour les yeux de votre cœur s’ouvriront et que vous donnerez enfin la chance à ceux qui veulent défendre la vie des enfants à naître d’exprimer leurs points de vue dans vos émissions, vos chroniques du Journal de Montréal et au Parlement du Canada.

Publicité



Laissez un commentaire