M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L'événement « Étudiants pour la vie » présentera Maeve Roche de Campaign Life Coalition

Par Joanne D’Arc (Campagne Québec-Vie) — Photo : Joanne D'Arc

Ce samedi le 14 janvier 2023, Campagne Québec-Vie organise un événement « Étudiants pour la vie » à Montréal, Québec.  

Le but de cet événement est d’encourager tous les étudiants pro-vie à se réunir pour un après-midi de discussion, de formation et de réseautage.  

Parmi les différents conférenciers qui seront présents à l’événement, nous avons invité la coordinatrice jeunesse de Campaign Life Coalition, Maeve Roche, pour nous parler de son implication dans la culture de la vie.  

Maeve a accepté de s’entretenir avec nous avant l’événement, afin que vous puissiez mieux la connaître et en apprendre davantage sur ce que signifie être « pro-vie ».   

Joanna pour CQV:  Merci beaucoup d'avoir pris le temps de nous parler. Pouvez-vous, vous présenter, votre âge et votre poste actuel ? 

Maeve pour CLC: Je m’appelle Maeve Roche. J’ai 20 ans et j’occupe le poste de coordinatrice des jeunes à Campaign Life Coalition (CLC). L’élément central de mon rôle est d’engager et de mobiliser les jeunes pour qu’ils deviennent des responsables pro-vie dans leurs propres communautés. En tant que coordonnatrice des jeunes, je gère nos pages de médias sociaux pour les jeunes (@clcyouthprolife sur toutes les plateformes), j’organise des événements et des voyages pour les jeunes, notamment le banquet et le sommet des jeunes de la Marche nationale pour la vie à Ottawa, je gère notre programme de stages d’été, je fais des présentations « Pro-Life 101 » dans les écoles et les groupes de jeunes, j’amène une délégation de jeunes à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies et bien plus encore !  

Joanna pour CQV: Depuis combien de temps travaillez-vous pour CLC ?  

Maeve pour CLC: Je travaille pour CLC depuis presque trois ans. J’ai été stagiaire d’été en 2020 et 2021 et j’ai travaillé à temps partiel pendant l’année scolaire. J’ai commencé à travailler officiellement à temps plein pour CLC en novembre 2021.  

Joanna pour CQV: Quelle est votre formation (travail/éducation scolaire) ? 

Maeve pour CLC: J’ai étudié la philosophie à l’Université de Toronto pendant un peu plus d’un an avant de décider de me consacrer à plein temps au travail en faveur de la vie.  

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Joanna pour CQV:  Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être pro-vie ? 

Maeve pour CLC: Bien que le terme « pro-vie » soit souvent compliqué pour exprimer une généralité, être pro-vie est le désir d’accorder des droits humains égaux à tous les êtres humains, du moment de la conception jusqu’à la mort naturelle. Les pro-vie peuvent résumer leur philosophie par ce syllogisme : il est mal de tuer un être humain innocent ; l’avortement tue un être humain innocent ; par conséquent, l’avortement est mal. Être pro-vie, c’est s’opposer au meurtre des enfants à naître. Travailler dans le mouvement pro-vie est tellement plus profond, vous travaillez aux côtés de personnes qui ont la même vocation, que vous aimez et admirez sincèrement.   

Joanna pour CQV: Pourquoi est-il important d’être actif dans ce mouvement selon vous ? 

Maeve pour CLC: Étant donné que le mouvement pro-vie se préoccupe de la vie et de la mort, il est indispensable que ceux qui s’opposent à l’avortement agissent. Lorsque nous parlons d’avortement, nous parlons d’une grave injustice en matière de droits de l’homme. Les enfants à naître sont victimes de déshumanisation et de massacres violents. 3,4 millions d’enfants à naître ont été tués depuis la dépénalisation de l’avortement à la suite de l’affaire R. c. Morgentaler. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés alors que des êtres humains sont tués. Nous devons travailler pour changer le cœur du public et des législateurs afin de protéger les êtres humains innocents. Le fait d’être personnellement pro-vie n’accorde pas les droits de l’homme aux êtres humains innocents, nous devons également être concrètement pro-vie, et il existe de nombreuses facettes et occasions favorables pour le faire.   

Joanna pour CQV: Depuis combien de temps êtes-vous impliquée ou passionnée par le mouvement pro-vie ? 

Maeve pour CLC: Je suis impliquée dans le mouvement pro-vie depuis le lycée, soit depuis près de 7 ans. J’ai été élevée dans la religion catholique et j’ai appris l’existence de l’avortement lorsque j’étais très jeune. Mon père est professeur de religion et de philosophie au lycée et j’admirais profondément sa vaste connaissance du monde et de la théologie dans son ensemble. À mon tour, grâce à notre lien étroit, j’ai adopté nombre de ses passions et intérêts, à savoir un intérêt pour la philosophie et la compréhension des questions morales. Je ne sais pas exactement quel a été le déclencheur, mais il y a quelque chose dans la question morale de l’avortement qui m’a vraiment attirée. C’est probablement l’une des premières choses qui m’a vraiment brisé le cœur. Quand on est enfant, on voit souvent le monde à travers des lunettes roses, mais il arrive un moment où l’on commence à réaliser que le monde est beaucoup plus hostile et sinistre que ce que l’on voulait bien nous faire croire. Le meurtre légal de bébés est certainement l’une de ces choses qui, lorsqu’on en découvre l’existence, peuvent véritablement modifier notre perception de la société. J’ai participé à la Marche nationale pour la vie à Ottawa, organisée par CLC, pour la première fois lorsque j’étais en 9e année et j’ai commencé à faire un stage pour CLC à l’été 2020, dans le cadre de leur programme de stages d’été.   

Joanna pour CQV:  À quoi ressemble une journée de travail pour vous ?  

Maeve pour CLC: Chaque jour à CLC est unique, car nous adoptons fréquemment de nouvelles campagnes/efforts. Lorsque je suis au bureau, mon travail peut consister à publier des messages sur les médias sociaux, à enregistrer notre podcast « Womb With A View » (sur toutes les plateformes), à planifier des événements pour les jeunes (comme notre voyage à Washington D. C, la délégation des jeunes des Nations unies auprès de la Commission de la condition de la femme, le banquet et le sommet des jeunes de la Marche pour la vie qui auront lieu les 11 et 12 mai, et bien d’autres encore), à préparer notre programme de stages d’été (pour lequel les candidatures sont maintenant ouvertes sur notre site web), à organiser la campagne 40 jours pour la vie de Hamilton, à préparer des présentations pro-vie 101 pour les écoles et les groupes de jeunes, à animer notre club pro-vie virtuel. Cela dépend vraiment de la journée. Il y a aussi beaucoup de voyages, ce qui est une bénédiction.   

Joanna pour CQV:  Quel est l’aspect le plus important de votre travail ? 

Maeve pour CLC: L’aspect le plus important de mon travail, en tant que coordonnatrice des jeunes, n’est pas seulement de faire connaître aux jeunes la réalité de l’avortement au Canada, mais plutôt de les mobiliser pour qu’ils agissent dans leurs communautés respectives. Comme le dit souvent Jim Hughes, président émérite de CLC, « les jeunes ne sont pas l’avenir du mouvement pro-vie, ils sont le présent ». C’est une telle bénédiction que d’avoir la possibilité d’entrer en contact avec de jeunes pro-vie passionnés à travers le pays et de construire une communauté avec eux. 

Joanna pour CQV:  Qu’est-ce qui vous a amené à occuper votre poste actuel ?

Maeve pour CLC: Comme je l’ai dit plus haut, le processus a été assez long, mais en fin de compte, j’ai eu l’impression que Dieu m’appelait à faire ce travail. J’étais à l’université et j’étudiais la philosophie en ligne en raison de la pandémie. Je me demandais ce que j’allais faire après avoir obtenu mon diplôme et je me disais que j’allais de toute façon finir par travailler dans le mouvement pro-vie. J’ai commencé à avoir des difficultés avec l’école elle-même, pas tant sur le plan académique que sur le plan mental, j’avais l’impression de perdre du temps. J’ai décidé de reporter ma deuxième année et on m’a alors proposé un poste à temps plein à CLC. Je ne regrette pas du tout ma décision ; en fait, choisir de travailler pour CLC a été l’une des meilleures décisions que j’ai prises. Je suis tellement reconnaissante de travailler aux côtés de personnes aussi incroyables.   

Joanna pour CQV: À quoi ressemble le mouvement pro-vie dans votre région ? (Hamilton, Ontario)  

Maeve pour CLC: Au cours de la dernière année, il a vraiment éclaté ! Je suis originaire de Hamilton et je vis ici avec ma famille depuis une quinzaine d’années. En mars 2021, j’ai participé à l’organisation, avec deux autres incroyables militants pro-vie associés à Hamilton Right to Life, de la toute première campagne 40 Days for Life Hamilton. Il a fallu beaucoup de planification et de recrutement de bénévoles, mais nous avons réussi à cultiver une communauté solide de plus de 100 pro-vie dévoués qui sont prêts à témoigner publiquement de la question de l’avortement, par la prière devant l’hôpital pour enfants McMaster (qui pratique des avortements). Au cours de la dernière campagne d’automne, notre communauté de prière a été mise en contact avec une jeune mère enceinte par l’intermédiaire des Sœurs de la Vie, et nous avons aidé à lui fournir ce dont elle avait besoin pour elle et son bébé. Nous sommes entrés en contact avec le centre St-Vincent-de-Paul de la rue Barton, qui a meublé son nouveau logis. BirthRight Hamilton a également contribué à l’aider à mettre son bébé au monde. Grâce à nos efforts dans le cadre de la campagne des 40 jours pour la vie, nous avons vraiment créé une incroyable communauté pro-vie à Hamilton.  

Joanna pour CQV: Quel genre de suggestions avez-vous pour les jeunes du mouvement pro-vie au Québec dès le départ ?  

Maeve pour CLC: Je pense que le premier conseil que je donnerais à toute personne nouvellement arrivée dans le mouvement pro-vie serait, tout d’abord, de se familiariser avec l’apologétique. Cela semble probablement aller de soi, mais avant d’engager le dialogue avec des pro-choix ou des passants dans le cadre du militantisme, il est essentiel que vous ayez le bagage nécessaire pour représenter de façon cohérente et adéquate la position anti-avortement. J’ai assisté à des douzaines et des douzaines de séances d’apologétique pro-vie, et même aujourd’hui, j’aime toujours me réapproprier les arguments. On ne peut jamais vraiment recevoir trop de rappels, même en tant qu’activiste pro-vie chevronné. Même avec une compréhension approfondie de la façon de répondre aux divers arguments pro-choix, des erreurs sont inévitables. Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai eu une conversation dans la rue et, des mois plus tard, je me suis dit : «  J’aurais dû dire ceci à cette personne plutôt que cela ». Mais même lorsque je fais des erreurs de dialogue, je suis toujours éternellement reconnaissante de pouvoir au moins m’appuyer sur un groupe d’éléments de base philosophiques qui m’éclairent lorsque je fais face à un argument difficile.    

Joanna pour CQV: Dans quel type d’actions spécifiques les jeunes pro-vie devraient-ils s’engager pour apporter un changement positif dans leur région respective ? 

Maeve pour CLC: Il y a tellement de possibilités pour les jeunes de s’impliquer dans le mouvement pro-vie et d’apporter des changements dans leurs communautés respectives. Ces actions peuvent inclure la mise en place d’une campagne militante (comme l’organisation d’une chaîne de la vie ou le lancement d’une campagne de 40 jours pour la vie), la formation à l’apologétique pro-vie afin de pouvoir nouer un dialogue constructif avec leurs amis et les membres de leur famille sur l’avortement, la connexion avec un groupe local de droit à la vie, faire du bénévolat ou soutenir un centre local de soins aux femmes enceintes, organiser des collectes d’articles pour bébés pour les femmes enceintes dans le besoin dans votre communauté, faire campagne ou du porte-à-porte pour un candidat politique pro-vie dans votre circonscription, écrire des lettres pro-vie à l’éditeur de votre journal local, créer du contenu et des vidéos pour les médias sociaux, et bien plus encore ! En entrant en contact avec nous à CLC Jeunesse, nous pouvons être une ressource pour aider les jeunes à mobiliser l’activisme pro-vie dans leurs propres communautés pour faire avancer la culture de la vie.   

Joanna pour CQV: Comment le mouvement pro-vie peut-il se développer dans les régions où il est inactif ?  

Maeve pour CLC: Comme nous l’avons déjà mentionné, une communauté pro-vie peut être construite par le biais de campagnes et d’événements. En organisant des événements et en menant des campagnes, comme 40 jours pour la vie, vous êtes incités à mener des actions de sensibilisation, que ce soit auprès du grand public ou des communautés religieuses. Les événements et les campagnes peuvent remonter le moral des pro-vie et contribuer à la création d’une communauté plus large. 

Joanna pour CQV: Que devons-nous attendre de vous et de votre partenaire Kim lors de votre visite à Montréal pour notre événement Étudiants pour la vie le 14 janvier 2022 ? 

Maeve pour CLC: Lors du prochain événement Étudiants pour la vie, nous raconterons tous les deux nos parcours personnels qui nous ont amenés à travailler à plein temps pour la cause de la vie, et nous donnerons un aperçu des moyens efficaces de mobilisation et d’autogestion des clubs pro-vie.   

Joanna pour CQV: Qu’attendez-vous de votre visite ici ? 

Maeve pour CLC: Nous sommes tous les deux impatients d’entrer en contact avec les jeunes Montréalais passionnés qui cherchent à apporter des changements réels dans leurs communautés afin d’instiller une culture de vie.   

Joanna pour CQV:  Quelle est la chose que vous aimeriez que tout le monde retienne après votre conférence sur les étudiants pour la vie ?  

Maeve pour CLC: Nous aimerions que chacun se souvienne après notre conférence qu’il est important de reconnaître que vous n’êtes pas seul et de chercher de l’aide auprès d’autres groupes d’étudiants pour la vie pour vous aider à naviguer dans les eaux troubles, parfois hostiles, de l’université laïque. Il y a un groupe démographique qu’il faut atteindre, celui qui est le plus susceptible de demander un avortement en cas de grossesse non planifiée. Les clubs pro-vie des universités et des collèges jouent un rôle essentiel pour atteindre ces étudiants avant qu’il ne soit trop tard ou pour leur apporter un soutien après un avortement. L’organisation d’un club pro-vie est en grande partie une question d’essais et d’erreurs, mais vous n’avez certainement pas besoin de réinventer la roue. 



Laissez un commentaire