M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Pressée d’avorter après un viol, Amy a choisi la vie pour son fils et ne l’a jamais regretté

Par Lisa Bast (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : gpointstudio/Adobe Stock

Il y a tout juste trois ans, Amy Walker était une jeune femme de 19 ans qui rêvait de faire des études qui la mèneraient à une carrière épanouissante. Amy a traversé sa part de difficultés alors qu’elle traçait son chemin. Mais au fond d’elle-même, elle luttait en silence contre le poids de la culpabilité, de la dépression et de l’anxiété, car contrairement à la plupart des femmes, Amy avait été victime d’un viol collectif un an auparavant.

En quête d’aide pour un traumatisme lié à un viol, Amy a été poussée à avorter

Amy a raconté à Live Action News : « Je suivais des cours d’été en Caroline du Nord après avoir obtenu mon diplôme de fin d’études secondaires et j’étais à une réunion avec des amis lorsque cela s’est produit. C’est trop horrible pour en parler, même aujourd’hui, quatre ans plus tard. Mais après le viol, j’ai souffert d’anxiété et de dépression. Je n’arrivais pas à nouer des relations saines. Je n’étais pas en bons termes avec mes parents. À ce moment-là, je voulais juste que la douleur s’arrête. J’ai fait une overdose dans l’espoir de mettre fin à ma vie ».

La famille d’Amy est intervenue et l’a fait entrer dans un centre de réadaptation pour la mettre sur la voie de la guérison et du pardon de soi. C’est pendant son séjour là-bas qu’elle a commencé à se sentir mal et a demandé un traitement médical. Des analyses de sang ont révélé qu’elle était enceinte. Une infirmière praticienne qui s’occupait d’elle lui a conseillé vivement de se faire avorter.

Elle n’avait pas de ressources financières et pensait que l’homme qu’elle fréquentait par hasard ─ qui est décédé quelque temps après d’une overdose de drogue ─ était le père de son enfant. Elle a découvert plus tard, grâce à un test ADN, qu’il ne l’était pas. Elle savait qu’elle serait seule responsable de l’éducation de son bébé. Pourtant, elle ne pouvait pas envisager d’interrompre sa grossesse.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« J’ai fréquenté un lycée de filles où j’ai été exposée à un environnement très libéral », explique Amy. « Je n’avais jamais réfléchi aux questions pro-vie. Mais dès que j’ai appris que j’étais enceinte, mon instinct maternel s’est réveillé et j’ai su que l’avortement n’était pas une option. J’ai pensé à des connaissances qui avaient avorté et à l’angoisse émotionnelle dont elles avaient souffert par la suite. »

Mais elle a dû faire face à des critiques et des pressions croissantes de la part de sa famille et des personnes présentes dans le centre de rééducation en raison de sa décision. Il semblait que le monde était contre elle. « Ma grand-mère m’a écrit une lettre me disant que je devais me “débarrasser du bébé” parce qu’elle s’inquiétait de la “tache” sur l’image de notre famille », raconte Amy. « C’était très blessant ».

« Mon bébé m’a donné une raison de continuer à me battre »

C’est à cette époque, alors qu’elle était aux prises avec le manque de soutien émotionnel et financier, qu’elle a brièvement envisagé de placer son bébé dans une famille adoptive. Elle voulait s’assurer que son enfant ait un bon départ ─ ce qu’elle n’était pas en mesure de lui offrir. Pourtant, au plus profond d’elle-même, elle a senti une détermination s’installer.

Amy a déclaré à Live Action News : « Je sais qu’il n’est pas facile d’élever un enfant dans les meilleures circonstances, mais je sentais dans mon cœur que tout irait bien. Mon bébé m’a donné une raison de continuer à me battre ». Elle s’est attachée à prendre soin de sa santé et a déménagé dans un foyer pour femmes dans le Mississippi pour se préparer à la naissance de son enfant. Là, elle s’est impliquée dans le programme Embrace Grace, s’entourant d’autres femmes célibataires et enceintes qui devaient faire face à des défis similaires.

La naissance de son fils a marqué un tournant dans sa vie à bien des égards. Elle était désormais une mère célibataire, mais après être retournée vivre chez ses parents dans l’Ohio, elle est également devenue une militante pro-vie passionnée.

« Je cherchais une organisation pro-vie où je pourrais contribuer à changer les choses », dit-elle, « et après avoir rencontré Allie de l’Ohio Right to Life, elle m’a fait participer à Students for Life à l’université d’État de Columbus. Nous avons participé à des séances de conseil sur le trottoir, et c’était gratifiant d’aider à diffuser le message pro-vie et de changer peut-être l’esprit de quelqu’un. »

Occupée à jongler avec la maternité et le travail, Amy trouve encore le temps de tendre la main à d’autres femmes qui se trouvent dans des circonstances similaires, pour rester en contact et leur apporter son soutien. Lorsque son emploi du temps le permet, elle organise des réunions. Elle a acquis une nouvelle confiance en elle en surmontant des obstacles apparemment insurmontables.

« Prendre soin de moi et de mon fils est très important », dit-elle. « Comme j’étais une ancienne athlète au lycée, j’essaie de rester en bonne santé en faisant de l’exercice quand je peux et j’ai même commencé à peindre comme thérapie. J’aime me blottir contre mon fils et j’aime lui faire la lecture pendant nos moments de complicité. Ce sont les choses simples de la vie qui apportent souvent beaucoup de joie. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire