M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Pourquoi si peu de bruits autour des 60 000 viols qui auraient été commis sous le sigle de l’ONU ?

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Vitabello/Pixabay

Un étourdissant silence règne dans les médias alentour des plus 60 000 viols qu'auraient commis, en une décennie, quelques milliers des travailleurs de l’ONU, et dont l'accusation a été portée en haut lieu. Pourtant, quand il s’agit de l’Église catholique, c’est une tout autre affaire, les médias deviennent avides de révélations scabreuses à propos de prêtres, de curés ou même de prélats… Pourtant, s’ils déployaient autant d’ardeur à crier l’horreur de l’aide « humanitaire » de l’ONU, ce temple du laïcisme (où est la place de Dieu ?), peut-être prendrait-il un peu plus de soins dans la surveillance de ses troupes, ou peut-être qu’on lui couperait tout bêtement les vivres, ce qui ne serait pas plus mal que ça. Extrait du The Sun :

Un dénonciateur a affirmé que le personnel de l'ONU aurait commis 60 000 viols au cours de la dernière décennie alors que les travailleurs humanitaires se livrent à des abus sexuels à travers le monde.

La plainte fait partie d'un dossier explosif que l'ancien haut fonctionnaire des Nations Unies Andrew Macleod a remis l'année dernière à Priti Patel, secrétaire du DFID.

Le professeur Macleod y a également estimé que 3 300 pédophiles travaillent pour les seules agences de l'organisme mondial.

Des milliers d'autres agresseurs sexuels « prédateurs » ciblent spécifiquement les emplois d'organismes d'aide, pour se rapprocher des femmes et des enfants vulnérables.

Et il y a eu une dissimulation « endémique » de ces crimes répugnants depuis deux décennies, et ceux tentant de dénoncer les crimes se faisant simplement virer.

Partageant son dossier avec The Sun, le professeur MacLeod a prévenu hier soir que ce scandale des abus grimpant en flèche était de la même ampleur que celui de l'Église catholique.

Alors ici, je me permets une parenthèse. Il est assez étrange d’associer spécifiquement l’Église catholique à ce monstrueux scandale (à moins que ça ne soit pour utiliser l’image de référence en termes de putridité que l’on a accolé à l’Église, usage qui ne relève pas du meilleur goût), car l’Église compte moins d’abuseurs d’enfants dans ses rangs que dans la population en général… Notez que le Pr MacLeod, comparant plus qu’inadéquatement ce scandale à l’Église, suggère qu’il serait même plus vaste que celui de l’Église, « Nous voyons un problème aussi vaste que celui de l’Église catholique, si ce n’est plus grand. » Je ferme la parenthèse.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

The Sun continue :

Le respecté universitaire a déclaré : « Il y a des dizaines de milliers de travailleurs humanitaires dans le monde qui ont des tendances pédophiles, mais si vous portez un T-shirt de l'UNICEF, personne ne vous demandera ce que vous faites. Vous avez l'impunité de faire ce que vous voulez. » « Elle est endémique dans toute l'industrie de l'aide à travers le monde. » « Le système est fautif et aurait dû s'arrêter il y a des années. »

Le professeur MacLeod a travaillé comme dirigeant de l'aide humanitaire pour les Nations Unies partout dans le monde, notamment dans les Balkans, au Rwanda et au Pakistan, où il a été chef des opérations du Centre de coordination des opérations d'urgence de l'ONU.

Il fait campagne en faveur d'un contrôle beaucoup plus strict des travailleurs humanitaires sur le terrain ainsi que des auteurs d'abus, qui doivent être traduits en justice, et souhaite que le Royaume-Uni mène la lutte.

Le sombre chiffre de 60.000 du professeur est basé sur l'aveu du Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l'année dernière, que les soldats de la paix et le personnel civil de l'ONU ont abusé de 311 victimes en une seule période de 12 mois à travers 2016.

L'ONU admet également que le nombre réel probable de cas signalés contre son personnel est le double de ce nombre, car les chiffres en dehors des zones de guerre ne sont pas collectés de manière centralisée.

Le professeur MacLeod estime également que seulement un sur dix de tous les viols et agressions commis par le personnel de l'ONU sont signalés...

Mais pourquoi donc un silence aussi vertigineux ? Pourquoi donc ne ferme-t-on pas cette fichue boutique ?

Publicité



Laissez un commentaire