M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Pourquoi les scientifiques soulignent-ils les merveilles de l'embryon de grillon mais ignorent l’humanité des enfants à naître ?

Par John Horvat II — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

(LifeSiteNews) — Je ne me suis jamais intéressé aux grillons, si ce n’est pour écouter leurs stridulations en été. Ces insectes représentent une partie de la réalité qui n’a pas d’impact significatif sur ma vie quotidienne. Parmi tant d’autres préoccupations, les grillons ne figurent pas en tête de liste de mes priorités.

Cependant, j’ai été intrigué par un long reportage du New York Times intitulé « La mystérieuse danse des embryons de grillon » au début du mois d’août. Il y était question d’une réunion en juin de 100 scientifiques sur l’île grecque de Crète, réunis pour discuter des embryons de grillons. Je n’avais jamais imaginé que quelqu’un, et encore moins cent personnes, se réunirait quelque part pour discuter d’un tel sujet.

Les grillons semblent être l’organisme idéal pour étudier le fonctionnement et le développement de la vie. Le grillon provençal ne jouit pas de la popularité de la drosophile commune comme objet de recherche en laboratoire. Cependant, de nouvelles preuves suggèrent qu’il possède des qualités uniques qui en font un sujet de discussion fascinant pour ces scientifiques.

Le fait de le savoir n’a cependant pas réussi à piquer mon intérêt pour cet insecte bruyant.

Il peut aussi être une merveille de la création de Dieu

J’ai commencé à m’y intéresser lorsque l’article a annoncé que le thème de la conférence internationale était le développement de l’embryon de grillon. L’article expliquait comment l’embryon de grillon nous aide à comprendre tous les embryons puisque le développement de chaque animal suit un schéma de croissance similaire. Après la formation de la cellule fécondée originale, d’autres cellules se forment autour de la surface de l’œuf, « fournissant un plan précoce pour toutes les parties du corps adulte ».

Les scientifiques ont constaté que si toutes les cellules ont le même génome, elles font toutes des choses différentes avec les mêmes informations. Et les scientifiques ne savent pas pourquoi cela se produit.

Comme dans une danse, l’embryon de grillon semble faire tout ce qu’il faut sans que personne ne dise aux noyaux cellulaires ce qu’ils doivent faire. Seth Donoughe, un biologiste de l’université de Chicago, décrit ce processus comme la création « des bonnes parties au bon endroit et au bon moment ».

Cette description m’a aidé à comprendre que même le grillon est une merveille de la création divine. Les scientifiques ont passé des heures à observer le processus de division et de déplacement des noyaux cellulaires qui se déplaçaient d’une manière qui dépassait la simple physique et la chimie. J’ai même été fasciné par les simulations informatiques présentées dans l’article, qui montraient l’ensemble du processus de développement, de l’œuf à la naissance.

Tout est centré sur les grillons

Mon deuxième point d’intérêt était similaire. Les chercheurs n’avaient aucun doute sur le processus. Ils ont identifié l’œuf de grillon, l’embryon de grillon et le grillon final comme un seul processus continu. J’ai été fasciné par leur concentration sur le sujet de l’embryologie du grillon et sa complexité.

Des scientifiques de nombreuses disciplines ont collaboré à cette étude, apportant tous leur expertise. Même des mathématiciens ont participé à la création de modèles pour tenter d’expliquer les mouvements complexes des noyaux cellulaires des grillons, qui se divisent et s’étendent rapidement, comme une « danse ». Les scientifiques ont retiré de cette rencontre plus de 40 téraoctets de données et de modèles informatiques. Comme ils ne sont pas parvenus à un consensus ferme, ces données serviront de matériel pour des études ultérieures.

Une fascination sélective

Mon troisième centre d’intérêt était plus moral et sociopolitique que scientifique. Je ne pouvais pas ne pas faire le lien entre le grillon et l’embryologie humaine. J’ai été frappé par la fascination totale du journaliste du New York Times pour le développement des embryons de grillon. Cependant, le même journaliste n’a pas exprimé le même intérêt pour le développement de nos embryons humains. De plus, je suis sûr que la plupart des collaborateurs du journal partagent cette attitude puisque sa position officielle — en faveur de l’avortement provoqué — considère l’embryon humain comme un parasite qui peut être éliminé. La danse mystérieuse de l’embryon humain dans l’utérus ne suscite aucune fascination.

Personne ne veut admettre la preuve d’un dessein intelligent dans ces amas de cellules humaines qui se forment autour de la surface de l’œuf fécondé humain, « fournissant un plan précoce pour toutes les parties du corps adulte ». Ces cellules humaines sont jetables dans la perspective libérale.

En effet, le langage du journaliste spécialiste du grillon reconnaît le grillon à toutes les phases de son développement lorsqu’il décrit les œufs de grillon, les embryons de grillon et les stades ultérieurs du développement du grillon. Tout est grillon. Pendant ce temps, les phases de la vie humaine sont qualifiées de zygote, d’amas de cellules et de fœtus privé de son humanité.

Cette fascination tragique et sélective pour les grillons me dit qui sont les médias libéraux.

Un établissement scientifique absent

Mon dernier intérêt pour le grillon consiste à m’émerveiller de l’établissement scientifique libéral. Il peut se concentrer sur les détails de l’embryon de grillon tout en restant indifférent au sort de l’embryon humain fauché par l’avortement, et dont le seul « crime » a été de participer au processus d’une grossesse non désirée.

L’établissement scientifique, en général, devrait être en première ligne pour défendre les enfants à naître. Les embryologistes devraient particulièrement protester contre la violence de l’avortement qui interrompt le processus de grossesse qui est leur spécialité. Comme ceux qui étudient les grillons, ils connaissent la réalité de ce qui se passe à l’intérieur de l’utérus, même s’il peut être politiquement incorrect et rébarbatif de le crier sur les toits.

L’enthousiasme des spécialistes du grillon prouve que le développement embryonnaire est hautement dynamique, scientifique et complexe. Le silence honteux de l’établissement scientifique sur l’avortement provoqué prouve que le rejet du développement de l’embryon humain est hautement politique. Tant de scientifiques suivent la science politique et non la science biologique.

C’est également un problème moral, puisque l’avortement implique la destruction d’une merveille de la création de Dieu, dotée d’une âme faite à son image et à sa ressemblance. Si même un grillon suscite l’émerveillement, combien plus l’homme, chef-d’œuvre de la création.

Cependant, si nous demandions aux journalistes et aux scientifiques de commenter cet aspect moral de la vie humaine, je soupçonne que la réponse serait le proverbial « crickets » (absence de réponse, ou grillons).



Laissez un commentaire