M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Planned Parenthood donne des produits de transition à un adolescent autiste après une consultation de seulement 30 minutes

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie

5 octobre 2023 (LifeSiteNews) — Non contente d’être la plus grande chaîne d’avortement d’Amérique, Planned Parenthood s’est lancé dans les « soins » pour les jeunes souffrant de dysphorie de genre, mais au lieu de servir leur santé mentale à long terme, l’organisation soutient des « transitions » qui changent la vie de clients ayant des déficiences mentales après moins d’une heure de consultation, selon un nouvel article.

Mercredi, le Washington Free Beacon a raconté l’histoire d’un jeune autiste de 18 ans du New Jersey, identifié uniquement par le pseudonyme « Fred », dont la condition le rend enclin à passer par l’adoption puis le rejet d’« obsessions et d’opinions extrêmes ».

En décembre dernier, Fred s’est déclaré femme transgenre, quelques mois après que son meilleur ami, également autiste, ait embrassé le transgenrisme. Ses parents étaient prêts à accepter une identité féminine pour leur fils, mais ils voulaient d’abord exclure la possibilité qu’il s’agisse d’une autre de ses phases ou qu’elle soit motivée par l’exemple de son ami.

Le programme sur le genre et l’autisme de l’hôpital national pour enfants avait une liste d’attente d’un an, de sorte que Fred, qui ne voulait pas attendre pour commencer à prendre des hormones, s’est rendu de lui-même à une clinique de Planned Parenthood dès qu’il a atteint l’âge de 18 ans. La seule condition posée par l’organisation pour administrer les produits chimiques à un adulte légal était une consultation avec une infirmière praticienne au sujet des effets secondaires potentiels.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Fred est arrivé à sa clinique locale de North Fullerton Ave. à Montclair, dans le New Jersey, vers 11 heures, selon les données de suivi téléphonique que ses parents ont utilisées pour surveiller ses déplacements », a rapporté le Beacon. « À 11 h 39, ils ont reçu un message texte de CVS : la prescription d’œstrogènes de Fred était en route. Au lieu d’une évaluation de plusieurs mois par des psychiatres experts, une infirmière praticienne avait, en un peu plus de 30 minutes, prescrit à leur fils ayant des besoins spéciaux un médicament puissant sans qu’ils le sachent ni y consentent ».

La publication a corroboré le récit des parents « en s’appuyant sur les plaintes déposées auprès du collège des infirmiers et du collège des médecins, des données de localisation, des ordonnances, des messages textes, des courriels et d’autres documents ».

« C’est criminel ce que font les cliniques de Planned Parenthood dans tout le pays », a déclaré sa mère, qui est pédiatre. « Et la plupart des gens n’ont aucune idée de ce qui se passe ». En juillet, les parents de Fred ont déposé une plainte auprès des conseils de l’ordre des médecins et des infirmiers du New Jersey pour avoir prescrit à leur fils des hormones sexuelles sans évaluation psychiatrique approfondie et sans tenir compte du fait que son autisme l’empêchait de donner un consentement informé.

« Ce type de pratique médicale bâclée (et irréversible) constitue une menace pour tous les jeunes, en particulier ceux qui ont des besoins particuliers », peut-on lire dans la plainte.

L’Association professionnelle mondiale pour la santé transgenre, qui s’oppose « avec véhémence » à l’interdiction de la transition des mineurs, admet néanmoins qu’il est « essentiel de différencier l’incongruité de genre des présentations spécifiques de santé mentale, telles que les obsessions et les compulsions, les champs d’intérêt particulier dans l’autisme, la pensée rigide, les problèmes d’identité plus larges », et d’autres facteurs ; et que la capacité de « réflexion réfléchie et orientée vers l’avenir » requise pour décider d’une « transition » est inhibée par des « caractéristiques neurodéveloppementales, telles que des traits autistiques ou des troubles du spectre autistique » qui entraînent « des différences de communication, une préférence pour la pensée concrète ou rigide, des différences dans la conscience de soi, la réflexion sur l’avenir et la planification » ; et qu’avec de tels patients, « un long délai est souvent nécessaire avant que toute décision concernant un traitement médical ne puisse être prise ».

Bien que principalement connu pour ses services d’avortement et de contrôle des naissances, Planned Parenthood s’affiche également comme un « endroit sûr et accueillant pour suivre une thérapie hormonale transgenre ou non binaire », comprenant des œstrogènes, des anti-androgènes, de la testostérone et des bloqueurs de puberté. Son expansion dans ce domaine a considérablement augmenté depuis 2021.

« J’ai eu des patients qui voulaient désespérément prendre des hormones et j’ai été la voix de la prudence », a déclaré au Beacon Erica Anderson, ancienne présidente de l’U.S. Professional Association for Transgender Health, qui est personnellement « transgenre », mais qui est ambivalente à propos des jeunes qui se précipitent pour prendre une décision. « Dans certains cas, ils disent : “J’irai à Planned Parenthood quand j’aurai 18 ans”. En général, je peux les dissuader, mais parfois je ne peux pas ».

Les faits montrent que « l’affirmation » de la confusion de genre entraîne de graves préjudices, en particulier lorsqu’elle est pratiquée sur des enfants impressionnables qui n’ont pas le développement mental, la maturité émotionnelle et l’expérience de la vie nécessaires pour prendre en compte les ramifications à long terme des décisions les concernant, ni une connaissance complète des effets à long terme des procédures chirurgicales et chimiques qui modifient la vie, transforment le corps, et sont souvent irréversibles.

Les études montrent que chez plus de 80 % des enfants souffrant de dysphorie de genre, celle-ci disparaît d’elle-même à la fin de l’adolescence, et que même la chirurgie de « réassignation » complète ne résout souvent pas la tendance accrue des personnes confuses du genre à s’automutiler et à se suicider — et peut même l’exacerber, notamment en renforçant leur confusion et en négligeant les causes profondes véritables de leurs troubles mentaux.

De nombreux « détransitionneurs », souvent ignorés, qui ont tenté de vivre sous une « identité de genre » différente avant d’accepter leur sexe de naissance, témoignent des dommages physiques et mentaux causés par le renforcement de la confusion de genre, ainsi que de la partialité et de la négligence du corps médical sur le sujet, dont beaucoup adoptent une approche militante de leur profession et abordent les cas avec la conclusion prédéterminée que la « transition » est la meilleure solution.

Certains de ces médecins ont également été filmés en train d’admettre que de telles procédures étaient motivées par des raisons plus banales, comme l’a montré l’an dernier un reportage sur la clinique de santé transgenre du centre médical de l’université Vanderbilt, où le Dr Shayne Sebold Taylor a déclaré sans ambages que « ces opérations rapportent beaucoup d’argent ».

Dans son activité d’avortement, Planned Parenthood fait preuve d’une priorité similaire, celle des profits, au détriment d’une médecine saine.

En juin, le rapport STOPP International 2023 de l’American Life League sur la rémunération des PDG de Planned Parenthood a révélé que les 53 PDG des filiales de Planned Parenthood gagnent tous plus de 100 000 dollars par an, la rémunération moyenne passant de 237 999 dollars en 2015 à 317 564 dollars en 2020. La présidente de la Planned Parenthood Federation of America, Alexis McGill Johnson, gagne 683 697 dollars et les dix premiers directeurs de ses filiales gagnent tous plus de 450 000 dollars, ce qui est bien plus élevé que le salaire moyen des PDG d’organisations à but non lucratif aux États-Unis, qui s’élève à 184 809 dollars.

En avril, Planned Parenthood a publié son premier rapport annuel depuis que la Cour suprême des États-Unis a annulé l’arrêt Roe v. Wade. Ce rapport révèle que, malgré le nouveau statu quo qui réduit considérablement le nombre total d’avortements, Planned Parenthood a pratiqué 374 155 avortements, soit le deuxième nombre d’avortements le plus élevé de son histoire — ce qui témoigne de la priorité accordée à cette question par rapport à tous les autres services (qui ont une fois de plus diminué) — et a reçu 670,4 millions de dollars de fonds publics l’année dernière de la part de l’administration pro-avortement de M. Biden.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.