M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

« Nous sommes sur une trajectoire menant au communisme » : une famille renonce à voyager plutôt que porter le masque et se faire vacciner au covid


La famille Ebert

Par Dorothy Cummings McLean — Traduit par Campagne Québec-Vie

11 juin 2021 (LifeSiteNews) — Plutôt que de porter un masque en avion ou, pire encore, de se faire vacciner contre le coronavirus, André Ebert est prêt à ne jamais rentrer chez lui en Allemagne.

Ce chef cuisinier et sa femme Andrea, également cuisinière professionnelle, sont les parents de six enfants ─ et ils en attendent un autre. Ils ont déclaré à LifeSiteNews lors d’une récente entrevue qu’ils n’accepteront pas le vaccin COVID-19, ne permettront pas que leurs enfants le reçoivent, et ne porteront pas de masque, quel qu’en soit le coût. Et les coûts sont potentiellement très élevés : les restaurants exigent que le personnel porte des masques et l’Europe ─ la Mecque de nombreux professionnels de l’alimentation ─ est actuellement inaccessible, en raison de l’obligation de porter un masque imposée par les compagnies aériennes.

Mais en tant que catholiques traditionnels, ils refusent de plier le genou devant les récits, qu’ils estiment faux, imposés par le gouvernement.

« Je pense que ce n’est pas seulement le COVID », a déclaré André, qui a grandi en Allemagne de l’Est socialiste.

« Il y a aussi ce qui se passe politiquement en ce moment. Il me semble que nous sommes sur une trajectoire vers le communisme. »

Andrea se souvient avoir exprimé de la commisération à sa belle-mère, lui disant à quel point cela devait être « horrible » de vivre dans les privations et les restrictions de la vie derrière le rideau de fer, et avoir été choquée lorsque cette femme plus âgée lui avait révélé qu’ils « étaient très à l’aise dans leur prison ».

Son mari a été troublé de constater la même volonté d’accepter tout ce que l’État choisit de distribuer aux Américains d’aujourd’hui.

« Le gouvernement fait ce que les “scientifiques”, les autorités, disent de faire, et les gens suivent », a déclaré André.

« Personne ne veut se démarquer. Quand vous allez à l’épicerie, tout le monde porte des masques », a-t-il poursuivi.

« C’est comme une bande de zombies qui font ce que dit le gouvernement. Vous ne vous sentez pas à votre place, pour ainsi dire, si vous ne portez pas de masque. Les gens vous regardent. »

Andrea a déclaré qu’il était difficile de toucher les personnes qui ne suivent pas la philosophie de santé de sa famille ─ qui met l’accent sur une excellente nutrition ─ parce qu’« elles sont tellement aspirées dans ce monde de peur et de mensonges ».

La connaissance de la vérité, a-t-elle dit, nous rend presque « immunisés » contre la propagande et libres de toute crainte.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

André a suggéré que le fait de savoir comment est fabriqué le vaccin COVID-19 oblige moralement à le rejeter.

En ce qui concerne les masques, André a déclaré que des gens lui ont dit qu’il était « plus facile » de les porter, afin de pouvoir « se procurer ce qu’ils veulent ». Lui-même s’est vu refuser l’entrée de magasins parce qu’il ne portait pas de masque.

Andrea pense que le moyen de faire face aux réactions hostiles à la position libre du couple est d’envisager le pire qui puisse leur arriver ─ y compris la chance extrêmement mince de mourir du COVID-19 ─ et de s’y préparer.

« Il faut presque faire face aux conséquences et s’en accommoder, et puis c’est étonnant de voir comme Dieu vous rattrape à chaque fois et en fin de compte tout va bien. »

« Nous tentons notre chance avec le virus plutôt qu’avec le vaccin ».

André doute qu’eux ou leurs enfants aient beaucoup à craindre du COVID-19 ; les vaccins expérimentaux COVID-19, cependant, sont une autre histoire.

« Si vous êtes en bonne santé, vous n’avez pas à vous inquiéter du virus », a-t-il déclaré.

« Les enfants n’ont pas à s’inquiéter du virus. Je pense que nous allons prendre nos chances avec le virus plutôt qu’avec le vaccin. »

Sa femme, qui se décrit comme « très motivée par la liberté », a rendu très publiques leurs objections aux récits officiels du COVID-19. Andrea pense que le moyen « d’attirer sa tribu », c’est-à-dire des personnes partageant les mêmes idées, est de « dire la vérité ». Ainsi, elle a toujours été très ouverte quant à son point de vue sur l’enseignement à domicile par rapport au système d’éducation publique lorsqu’elle a abordé la question du COVID-19 en février 2020.

« J’ai presque l’impression que nous avons une obligation morale de commencer à partager et de nous exprimer, et que plus il y a de gens qui s’expriment, plus nos convictions se renforcent », a déclaré Andrea.

« Nous nous rassemblons comme une tribu très puissante, et nous devenons alors une force avec laquelle il faut compter. »

Cette mère enceinte a donné l’exemple d’une visite sans masque à son rendez-vous d’échographie, ce qui lui a permis de se lier d’amitié avec une employée du bureau qui partageait les mêmes idées, mais qui était moins audacieuse.

En ce qui concerne les plaisirs terrestres de l’Europe, ses restaurants légendaires et ses délicieuses boulangeries, le couple a créé sa propre entreprise à domicile afin d’être libre de voyager à travers le continent avec ses enfants. Mais en adaptant ce rêve à un voyage à travers les États-Unis, Andrea a réfléchi à l’histoire de la femme de Lot et à son propre désir d’adolescente pour New York, que sa mère nicaraguayenne « conservatrice » pensait que Dieu pourrait détruire à tout moment. Il devait y avoir quelque chose à Sodome et Gomorrhe que la femme de Lot appréciait, pense Andrea, et c’est pourquoi elle s’est retournée.

Andrea avait l’habitude de s’inquiéter de devenir elle-même comme la femme de Lot, mais elle a découvert qu’elle n’est pas du tout tentée d’abandonner ses convictions tout simplement pour retourner en Europe.

« L’Europe est bien plus mal en point que les États-Unis », dit-elle.

« Elle a perdu tout son attrait, tout son piquant, toute sa saveur et tout son charme à cause du système esclavagiste imposé là-bas », a-t-elle poursuivi, ajoutant qu’elle ne voulait rien avoir à faire avec cela.

« Même si cela signifie que nous n’irons plus jamais dans cette boulangerie, que nous n’irons plus jamais dans ce restaurant, que nous ne verrons plus jamais cet endroit ─ il a perdu son attrait. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire