M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

« Nous allons nous en sortir ensemble » : une femme enceinte suite à un viol s’est sentie soulagée après avoir choisi de garder son bébé

Par Sarah Terzo (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Shauna Prewitt a été violée durant sa dernière année d’université et est devenue enceinte à la suite de ce viol. Plutôt que de choisir l’avortement après le viol, elle a choisi la vie, et a raconté son histoire dans un documentaire intitulé « Sauf en cas de viol ».

Prewitt dit avoir cherché de l’aide auprès de conseillers du campus. Ils l’ont encouragée à avorter, lui disant que la naissance de son enfant serait trop traumatisante pour elle :

Quand j’ai découvert que j’étais enceinte, j’ai demandé l’aide de quelques conseillers du campus. Et tous les trois m’ont dit des femmes qui sont violées, qu’il est très traumatisant pour elles d’avoir des enfants survenant de ces viols. Je leur ai demandé si elles avaient déjà conseillé des femmes qui étaient dans ma situation. Ils m’ont répondu que non, mais que c’était une question de connaissance commune.

Mais Prewitt ne voulait pas avorter. Elle a ressenti un sentiment de camaraderie envers son bébé à naître.

Je ne pouvais vraiment pas comprendre ce qu’ils me disaient, car même si je comprenais ce qu’ils disaient — que la vie serait peut-être difficile pour mon enfant s’il découvrait un jour les circonstances de sa conception.

Je n’ai ressenti que de l’amour pour mon enfant. J’avais l’impression que nous étions en quelque sorte des coéquipiers dans cette maltraitance, que nous traversions cette épreuve ensemble. Je n’arrivais pas à me décider à aller dans une clinique pour me faire avorter.

Lorsque Prewitt a décidé de ne pas avorter, elle a été remplie de soulagement et de joie.

Je me souviens très bien du jour où j’ai décidé d’avoir mon enfant, et je crois que c’était la première fois que je souriais en trois mois. C’était un tel soulagement. Et j’ai ressenti une joie absolue en sachant que mon enfant allait naître. Et je me suis dit : « On va y arriver, et on va y arriver ensemble. »

Prewitt ne voyait pas sa fille à naître comme une ennemie. Au contraire, elle avait l’impression que son bébé était un partenaire dans sa guérison, un enfant pour lequel elle devait se battre.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Elle décrit comment le fait d’avoir sa fille l’a aidée à faire face à la situation.

Je pense que le plus gros problème que j’ai eu pour me remettre de mon viol est que, pendant si longtemps, j’ai voulu revenir en arrière et être la personne que j’étais avant le viol. Et ce que ma fille m’a appris, c’est que la personne que je suis devenue après mon viol a de la valeur. Et cette valeur, c’est d’être une mère pour elle, et d’apprendre à aimer d’une manière absolue et inconditionnelle. De recommencer à voir la beauté et l’innocence dans la vie. C’est elle qui m’a appris tout cela.

Prewitt estime que trop de gens, y compris des politiciens et des conseillers, supposent automatiquement qu’aucune femme ne voudrait choisir la vie pour son bébé conçu lors d’un viol. Et les faits prouvent que ce stéréotype est faux.

Deux études ont montré que la plupart des femmes ne choisissent pas l’avortement après le viol. L’une, réalisée par David Reardon, Amie Sobie et Julie Makimaa, a montré que 73 % des femmes enceintes à la suite d’un viol ont choisi la vie. L’autre, réalisée par le Dr Sandra Mahkorn, estime ce chiffre à 75 % et montre que la majorité des femmes enceintes à la suite d’un viol ne souhaitent pas avorter. Les deux études ont également montré que les femmes qui avaient choisi la vie après un viol étaient heureuses de l’avoir fait. L’étude de Mahkorn a même révélé que les femmes qui ont eu leur bébé après un viol se sont mieux adaptées et ont guéri plus rapidement que les femmes qui ont avorté.

Ceux qui supposent automatiquement que le fait d’avoir un bébé après un viol est toujours une tragédie que les femmes veulent éviter font des suppositions qui ne sont pas fondées sur la recherche ou sur l’écoute des histoires de femmes réelles.

Prewitt dit :

Je pense que le problème vient de la façon dont nous, en tant que société — et c’est dans la culture populaire, c’est dans nos politiciens — parlons de la femme violée enceinte. Nous parlons de cette femme, et nous supposons qu’elle est victime de sa grossesse, et pas seulement victime de son viol. Et nous supposons qu’elle considère cet enfant comme étant l’enfant de cet animal, ou l’enfant de ce violeur. Qu’elle n’a aucun lien avec cet enfant. Que cet enfant exacerbe encore plus son expérience et son traumatisme.

Alors qu’au départ, elles sont peut-être traumatisées et malheureuses de leur grossesse, avec le temps, et par temps, je veux dire juste quelques jours ou même quelques semaines, elles en viennent à aimer cet enfant. Elles en viennent à voir la valeur de leurs enfants. Et tant de femmes choisissent de donner naissance à leurs enfants... Donc, je pense que les législateurs font trop de suppositions. Et ils le font sans avoir de faits concrets ou de statistiques pour les étayer.

Prewitt ne regrette pas la décision qu’elle a prise. « Ma fille est tout simplement le plus beau cadeau que j’ai reçu », a-t-elle déclaré. « Je n’ai absolument aucun doute sur le fait que ma fille a été un don de Dieu pour m’aider à survivre à cette expérience et à la surmonter. Et elle saura à jamais qu’elle a changé la vie de sa mère pour le meilleur. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire