M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Non, vous n’êtes pas hypocrite si vous refusez le vaccin covid contaminé par l’avortement, tout en continuant à prendre de l’aspirine

Par Elizabeth Nemati (LifeSiteNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : jajam e/Adobe Stock

9 novembre 2021 (The Stream) — Demander une exemption religieuse pour le vaccin COVID-19 est désormais sur la liste des choses à faire pour de nombreux Américains. Un hôpital de l’Arkansas a récemment rendu cette démarche plus difficile. De nombreux employés se sont opposés à la vaccination COVID parce que les vaccins utilisaient des lignées de cellules fœtales provenant d’avortements.

La direction de l’hôpital a répliqué. Elle a dressé une liste de médicaments et de vaccins très courants, en affirmant qu’ils avaient également été développés à partir de cellules de bébés avortés. La liste comprenait des médicaments familiers comme l’aspirine, le Tylenol, l’ibuprofène, le Benadryl, l’Ex-Lax et le Tums. Les employés qui se plaignaient de la présence de cellules fœtales dans le vaccin COVID étaient censés signer la liste et s’engager à ne jamais utiliser ces produits. L’objectif était de tester leur sincérité et d’éliminer ceux qui étaient simplement « hésitants ».

D’autres organisations pourraient bientôt utiliser ce système. La semaine dernière, Jack Posobiec, un journaliste qui est un ami des « dénonciateurs », a obtenu et publié l’audio d’un appel entre des membres du personnel de la Maison-Blanche et du ministère fédéral de la Justice qui discutaient de cette façon de tester les demandes d’exemption religieuse. Leur intérêt était évidemment de trouver des moyens de refuser les demandes [d’exemption] et de faire vacciner plus de gens.

Pas vraiment un problème pour les médicaments anciens

Cela peut sembler être un problème sérieux pour les chrétiens, mais ce n’est pas le cas. Heureusement, la plupart des produits figurant sur la liste n’ont pas été développés à partir de cellules fœtales. La clé est de savoir faire la différence entre les tests utilisés lors du développement initial d’un médicament ou d’un vaccin, et les tests effectués ultérieurement par des scientifiques qui voulaient comprendre comment il fonctionnait.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’aspirine en est un excellent exemple. Les principaux ingrédients de l’aspirine sont utilisés depuis des milliers d’années. L’aspirine moderne a été formulée par Bayer en 1897. Mais les scientifiques n’ont commencé à utiliser des lignées de cellules fœtales que dans les années 1960. Donc, il n’y a aucune chance que l’aspirine ait été développée en utilisant des lignées de cellules fœtales !

Comment un hôpital a-t-il pu dresser cette liste et affirmer de telles choses ? Il a peut-être été inspiré par un article écrit par le Père Matthew Schneider au début de 2021. Il a listé encore plus de médicaments, et a noté en bas de page chacun d’entre eux avec des références d’articles de revues scientifiques.

Développement initial contre recherche ultérieure

Cependant, le Père Schneider a omis de mentionner qu’aucun des médicaments courants, comme l’aspirine ou le Benadryl, ne dépendait de cultures de cellules fœtales pour leur développement initial. La plupart des articles rapportent comment les médicaments ont été étudiés plus tard. Souvent, les articles décrivaient des expériences sur le fonctionnement du médicament au niveau moléculaire ou cellulaire. Cela n’avait rien à voir avec l’obtention ou le maintien du médicament sur le marché.

Seuls quatre des 38 médicaments de la liste de Schneider présentaient des références montrant l’utilisation de cellules fœtales dans leurs tests préalables à l’autorisation de mise sur le marché. Ces médicaments ont tous été mis sur le marché au cours des dix dernières années. Pour les médicaments plus anciens, les expériences utilisant des cellules fœtales n’avaient rien à voir avec leur découverte ou leur développement initial. Si un chercheur tiers expérimente un médicament en utilisant des méthodes contraires à l’éthique, il n’est pas pour autant contraire à l’éthique que les consommateurs l’utilisent. Ce serait comme refuser de posséder un parapluie simplement parce que quelqu’un, quelque part, a frappé sa grand-mère avec. C’est un non-sens pour un employeur de confronter quelqu’un à des questions éthiques sur des expériences faites sur un médicament longtemps après son introduction.

Voici un autre exemple, avec quelques détails techniques. L’acétaminophène (Tylenol) a été synthétisé pour la première fois en 1877 — bien avant l’utilisation de cultures de cellules fœtales. Cent quarante ans plus tard, un article de Nature de 2017 décrit des recherches visant à déterminer si l’acétaminophène cible le récepteur d’irritation « TRPV1 » présent sur les membranes cellulaires. Les cellules utilisées étaient la lignée cellulaire fœtale HEK-293 obtenue à partir d’un bébé avorté.

Dans cette expérience, l’acétaminophène a été étudié, mais manifestement pas développé. Cet article ne prouve pas que les cellules fœtales étaient essentielles à la découverte de l’acétaminophène. Elles ont été utilisées pour découvrir le fonctionnement de l’acétaminophène. Encore une fois, il n’est pas pertinent, dans le cadre de la demande d’accommodement religieux, de soulever des préoccupations concernant les pratiques des chercheurs qui étudient un médicament après sa mise sur le marché.

D’autres vaccins présentent ce problème

Malheureusement, les vaccins sont une autre affaire. La technologie traditionnelle des vaccins utilise un virus réel qui doit être cultivé dans des cultures cellulaires. Les cellules fœtales sont fréquemment utilisées à cette fin… Dans les nouveaux vaccins à base d’ARNm, Pfizer et Moderna ont utilisé des cellules fœtales HEK-293 pour produire la protéine spike lors des phases de recherche et de test. Les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson ont non seulement été testés mais aussi fabriqués dans des cellules fœtales. Ainsi, tous les vaccins COVID utilisés aux États-Unis reposent sur des cellules fœtales pour leur développement.

La liste de l’hôpital de l’Arkansas comprenait plusieurs autres vaccins qui suscitent des inquiétudes. Le Zostavax, le Varilrix, le Havrix et le ROR figurent tous sur la liste des « vaccins entachés d’avortement » établie par un groupe de défense de la vie. Toute personne qui s’oppose à l’utilisation de lignées cellulaires fœtales voudra en être informée. (Le même groupe signale qu’aucun des vaccins contre la grippe de 2021-22 n’a été cultivé dans des cellules fœtales).

Vaccins et nouveaux médicaments contre anciens médicaments

La tactique du « je t’ai eu » utilisée par l’hôpital de l’Arkansas est surtout factice. Les chrétiens qui s’opposent à l’utilisation de cellules fœtales pour la culture de vaccins peuvent accepter d’éviter ces dernières à l’avenir. De même, nous devrions examiner les origines de tout nouveau médicament que nous pourrions envisager de prendre. Mais nous pouvons utiliser des médicaments plus anciens comme l’aspirine, le Tylenol et l’ibuprofène en toute bonne conscience. Être accusé de manque de sincérité n’est qu’une autre tentative des brutes progressistes pour nous donner mal à la tête.

Elizabeth Nemati était chimiste de développement dans le domaine du diagnostic des maladies infectieuses avant d’avoir des enfants et de leur faire l’école à la maison. Elle est l’épouse de Bijan Nemati et la mère de cinq enfants adultes, de trois belles-filles et d’une petite-fille.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire