M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Naomi Wolf : les documents de Pfizer montrent que le vaccin COVID « tue les bébés dans l’utérus »


Naomi Wolf.

Par Emily Mangiaracina — Traduit par Campagne Québec-Vie

18 août 2023 (LifeSiteNews) — L’auteure et journaliste féministe Naomi Wolf a renouvelé l’affirmation selon laquelle l’injection d’ARNm contre le COVID de Pfizer était connue pour être mortelle pour les bébés à naître avant d’être déployée, déclarant que les propres documents de la compagnie Pfizer montrent que l’injection « assassine des bébés dans l’utérus ».

Mme Wolf, une démocrate qui, il y a plusieurs décennies, a affirmé de manière controversée que l’avortement était un « mal nécessaire », a fait part de ses sombres conclusions sur l’injection dans l’émission War Room de Steve Bannon au début du mois. Lorsque M. Bannon lui a demandé de justifier son utilisation du mot « meurtre », qui, selon lui, suggère l’existence d’« éléments criminels » impliqués dans la diffusion de l’injection COVID, Mme Wolf a affirmé que les preuves étayaient ce terme.

« Oui, nous avons apporté les preuves », a déclaré Mme Wolf, indiquant aux auditeurs l’analyse des rapports Pfizer qu’elle a partagée sur son site internet, y compris le rapport Pfizer 69, publié en avril 2023 par la Food and Drug Administration (FDA) sur ordre du tribunal.

Amy Kelly, directrice du projet d’analyse des documents Pfizer de War Room/DailyClout, a qualifié les informations contenues dans ce lot de documents cliniques de Pfizer, qui comprenaient un « examen cumulatif de la grossesse et de l’allaitement », de « parmi les plus horribles » à avoir été rendues publiques.

Le document de Pfizer révèle que dans ses essais cliniques, des « effets indésirables » se sont produits dans plus de 54 % des cas d’« exposition maternelle » au vaccin (y compris lors de rapports sexuels, par inhalation et par contact cutané) ; 53 femmes (21 %) ont subi des avortements spontanés « à la suite de la vaccination par le BNT162b2 (ARNm de Pfizer) » ; et six cas d’accouchement prématuré ont entraîné la mort de deux nouveau-nés.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Wolf a assuré à Bannon qu’« il s’agit bien de bébés à naître » qui sont tués, puisqu’il s’agit de la mort d’enfants du deuxième et du troisième trimestre, que même de nombreux partisans de l’avortement considèrent comme des « personnes ».

Malgré la connaissance de ces « graves préjudices pour le fœtus et le nourrisson, y compris la mort », causés par l’injection d’ARNm COVID, Pfizer et la FDA « ont lancé une campagne agressive pour que les femmes se fassent quand même vacciner », a noté Mme Wolf lors de la publication du rapport.

Elle a expliqué à Bannon que Pfizer avait envoyé ce rapport aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) le 10 avril 2021, ce qui signifie que les CDC savaient certainement que la piqûre à l’ARNm causait la mort de bébés à naître.

Et pourtant, dans ce que Wolf a décrit comme un événement « choquant », « trois jours plus tard », Rochelle Walesnky, qui était alors directrice du CDC, « a donné une conférence de presse depuis la Maison-Blanche, déclarant que les femmes enceintes devaient accepter de recevoir le vaccin ARNm, qu’il était sûr et efficace ».

Walensky a déclaré à l’époque : « Aucun problème de sécurité n’a été observé chez les personnes vaccinées au cours du troisième trimestre, ni aucun problème de sécurité pour leurs bébés. Les CDC recommandent donc aux femmes enceintes de recevoir le vaccin COVID-19 ».

En fait, comme l’a fait remarquer Mme Wolf, Mme Walensky a déclaré qu’« il n’y avait pas de mauvais moment pour le prendre », y compris avant, pendant et après une grossesse.

« Ce sont donc des criminels absolus qui ont pris en charge le traitement, les soins, de la population la plus vulnérable, à savoir les femmes enceintes. Et lorsque vous êtes enceinte, vous faites confiance à votre gynécologue-obstétricien, vous faites ce qu’il vous dit », a déclaré Mme Wolf à M. Bannon.

« Nous nous sommes tous demandé comment ils ont fait pour que tant de médecins et d’hôpitaux abandonnent leur serment d’Hippocrate et leur mission de soigner les gens, et fassent des choses qui nuisent aux gens ».

Mme Wolf a expliqué à M. Bannon que des preuves ont récemment été apportées montrant « exactement comment cela s’est passé », mettant en lumière l’approche de la carotte et du bâton utilisée par l’établissement médical à l’égard des médecins.

« Par exemple, les licences médicales sont retirées aux médecins qui contredisent la position de l’établissement en faveur de Big Pharma et des vaccins à ARNm. »

Peter McCullough et son collègue John Leake ont récemment rapporté sur leur site Substack « Courageous Discourse » que les docteurs Pierre Kory et Paul Marik, deux des plus éminents médecins « dissidents » qui ont à la fois traité le COVID et les blessures causées par les injections COVID, ont reçu des « lettres disciplinaires » de la part du conseil de l’ordre des médecins.

« Ils ont donc été avertis que leur licence pouvait leur être retirée s’ils continuaient à dire la vérité et à essayer de sauver des gens », a fait remarquer Mme Wolf.

Elle a poursuivi en expliquant que, d’autre part, elle a découvert des incitations importantes pour les médecins à promouvoir les vaccins à l’ARNm.

Elle a raconté comment le Dr James Thorp et son épouse ont obtenu, grâce à la loi sur la liberté de l’information (FOIA), des communications entre le ministère de la Santé et des services sociaux (HHS) et des organisations non gouvernementales représentant les gynécologues-obstétriciens, qui montrent que le HHS « versait des millions et des millions de dollars » à ces ONG, selon les termes d’un contrat qui exigeait des gynécologues-obstétriciens qu’ils « s’en tiennent au script du HHS concernant la sécurité et l’efficacité de l’injection d’urgence pour les femmes enceintes ».

Selon M. Wolf, le contrat exige que ces médecins et entités « rendent l’argent » s’ils « commencent à dire la vérité aux femmes enceintes sur les dangers et les risques réels » des injections de COVID.

Elle affirme que ces incitations financières à « mentir » aux femmes enceintes sur l’innocuité de la piqûre d’ARNm, et les « punitions » financières si elles disent la vérité, se poursuivent à ce jour.

Mme Wolf a commencé à dénoncer les risques pour la santé des injections d’ARNm peu de temps après leur mise à disposition du public. En juin 2021, elle a été suspendue de Twitter après avoir tiré la sonnette d’alarme sur les perturbations du cycle menstruel associées aux injections.

L’année dernière, elle a affirmé que les injections avaient provoqué une « disparition des bébés » à grande échelle, ce qui équivaut à un « génocide », après qu’une équipe de 3 000 « médecins, infirmières, biostatisticiens hautement qualifiés » et « enquêteurs sur les fraudes médicales » affiliés à la War Room de Steven Bannon et au Daily Clout, une société de médias cofondée par Mme Wolf, a commencé à examiner les 55 000 documents de Pfizer divulgués par la FDA à la suite d’une décision de justice.

Fait étonnant, l’équipe a découvert dans l’un des rapports d’essai publiés par Pfizer que cette dernière aurait « perdu les dossiers » de 234 des 270 femmes ayant reçu une injection d’ARNm et ayant conçu un enfant, ce qui, selon Mme Wolf, constitue une violation de la loi.

Plus choquant encore, « sur les 36 femmes [restantes] dont la grossesse a été menée à terme, plus de 80 % ont perdu leur bébé [par] avortement spontané ou fausse couche », a-t-elle indiqué.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire