M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mgr Philippe Bordeyne, nouveau président de l’Institut Jean-Paul II pour le mariage et la famille, est pour la contraception, et c'est un ardent défenseur d’« Amoris lætitia »


Mgr Philippe Bordeyne.

Par Jeanne Smits (Le blog de Jeanne Smits) ― Photo : seletlumieretv/YouTube

L’Institut théologique pontifical Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille aura un nouveau président dès septembre, nous apprend Riposte catholique : Mgr Philippe Bordeyne, actuellement recteur de l’Institut catholique de Paris, est un partisan d’Amoris lætitia, un détracteur d’Humanæ vitae et le défenseur au moins indirect d’une approche plus accueillante vis-à-vis des couples homosexuels. Sa nomination a été présentée en quelques mots dans la version anglaise du quotidien officieux de l’épiscopat français, La Croix International : « Mgr Philippe Bordeyne a été choisi pour poursuivre la réforme de l’institut que le défunt pape polonais a créé en 1981 pour promouvoir le mariage traditionnel et la vie familiale. »

Le mot clef est bien celui de « réforme » : ces dernières années, l’Institut Jean-Paul II, jadis présidé par le cardinal Carlo Caffarra – l’un des signataires, aujourd’hui décédé, des Dubia présentés au pape François après la publication d’Amoris lætitia – a été le théâtre de diverses révolutions allant de la modification de son nom et de la réécriture de ses statuts à la suspension subite de tous ses professeurs en 2019, les plus représentatifs de l’ère Jean-Paul II ayant alors été purement et simplement licenciés. Ce « coup d’Etat » contre l’orientation traditionnelle de l’Institut Jean-Paul II a été réalisé sous la direction de l’actuel grand chancelier de l’Institut, Mgr Vincenzo Paglia (bien connu pour le tableau homo-érotique qu’il avait commandé pour son ancienne cathédrale de Terni). La purge vise à mettre de côté l’approche métaphysique de l’Institut originel pour adopter un point de vue plus pratique et sociologique, opposant les « questions réelles » à « l’idéalisme abstrait », comme le dit La Croix International.

Paglia a confirmé la nomination de Mgr Bordeyne, spécialiste de la théologie morale, sur Twitter lundi dernier. La nomination n’a pas encore été officiellement proclamée mais, selon l’agence de presse italienne ANSA, un rescrit a été envoyé le 22 février par le cardinal Giuseppe Versaldi, préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique, et son secrétaire Mgr Vincenzo Zani, qui ont également signé une lettre remerciant l’actuel président de l’Institut, Mgr Pierangelo Sequeri, 76 ans, et présentant leurs meilleurs vœux à Mgr Bordeyne.

Outre la promotion de la vision du pape François sur le mariage et les enseignements moraux de l’Église, qu’il a constamment assurée dans le cadre de ses précédentes charges, l’une des tâches les plus urgentes de Mgr Bordeyne sera d’enrayer le déclin actuel de l’Institut : selon La Croix International, « certains cours auraient perdu 90 % de leurs étudiants, tandis que d’autres ont été supprimés en raison du nombre insuffisant d’étudiants. Ainsi, le plus grand défi de l’institut est d’attirer de nouveaux étudiants et de relancer les inscriptions ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Philippe Bordeyne, 61 ans, devrait mettre à profit ses compétences en matière de gestion. Avant de devenir prêtre, il a obtenu le diplôme de HEC Paris, et a ensuite enseigné au Cameroun pendant deux ans dans le cadre d’un programme de coopération. Une fois ordonné, avant d’entamer sa carrière universitaire, Bordeyne fut chargé de l’accompagnement des catéchumènes et de la préparation au mariage dans le diocèse de Nanterre, près de Paris. Il était l’ami de Juan Carlos Scannone, ce prêtre jésuite argentin connu comme un présentateur autorisé de la théologie du pape François (Scannone a publié un livre sur la « théologie du peuple » de François peu avant sa mort en 2019) : ensemble, ils ont écrit un livre intitulé : Divorcés remariés : ce qui change avec François.

Bordeyne fut un acteur de premier plan du deuxième Synode sur la famille en 2015 : il a été nommé à l’époque par le Pape François parmi les 23 « experts » qui ont conseillé les Pères synodaux et guidé leurs discussions. Philippe Bordeyne a indiqué qu’il s’installera à Rome d’ici au 31 août, soit plusieurs mois après l’ouverture de l’Année Amoris lætitia en la fête de saint Joseph, le 19 mars. Son appréciation personnelle de cette Exhortation apostolique ne manquera pas d’imprégner le programme et les orientations de l’Institut Jean-Paul II.

Ces dernières années, il a plusieurs fois exprimé dans les médias son soutien au « discernement » souhaité par le pape François à propos de la « réintégration » des catholiques divorcés et remariés. Le 9 avril 2014, Philippe Bordeyne déclarait à La Vie :

Pour le cas de l’accès aux sacrements des divorcés remariés : il reprend la notion de discernement, déjà connue dans la pastorale de l’Eglise et déjà évoquée au synode, tout en la précisant. On avait hésité durant le synode à nommer ce parcours spirituel « chemin pénitentiel », par exemple. Le pape parle finalement de « discernement personnel et pastoral » et en précise le cadre : pour que le discernement soit bien conduit, le fidèle ne doit pas être seul, quelle que soit sa situation, il doit être accompagné par des pasteurs ou des personnes indiquées pour le faire. Le pape précise aussi ce que veut dire « intégration » dans l’Eglise : le discernement effectué doit en effet aboutir à quelque chose de concret : permettre à la personne de trouver sa juste place dans l’Eglise. Mais cette place n’est pas indiquée à l’avance : l’accès à la communion ne sera pas forcément la réponse adéquate au cheminement de la personne et à sa situation objective. Ce sera peut-être un engagement auprès des plus pauvres ou un autre engagement ecclésial, comme la catéchèse.

Le pape demande avant tout aux pasteurs d’accueillir les personnes concernées, d’être sensibles à leurs peines, à leurs souffrances, à leur besoin d’intégration dans l’Eglise. L’objectif final étant que le fidèle puisse trouver la paix. Le pape n’indique donc pas un processus général mais donne un cadre en s’inspirant de la pratique du discernement en Eglise et en lui apportant le sceau de son autorité.

Quelques années plus tard, Bordeyne était interviewé au sujet d’Amoris lætitia par le Père Thomas Rosica, le PDG (aujourd’hui en disgrâce pour plagiat) de Salt and Light TV, pour la version française du média, « Sel et Lumière ». Résumant son attitude vis-à-vis de l’enseignement moral, Bordeyne a déclaré : « Le théologien moral est avant tout un bricoleur », qui se penche sur les situations personnelles plutôt que sur les idéaux moraux. Rosica lui a demandé quel était le « point nouveau » du chapitre 8 d’Amoris lætitia à propos des divorcés remariés, en particulier ceux qui ont des enfants avec leur nouveau partenaire. Bordeyne a répondu :

On ne peut pas demander aux personnes l’impossible. On ne peut pas demander aux personnes de se séparer, puisque ce serait une nouvelle faute : on va leur demander de construire l’avenir avec Dieu. Et donc on leur demande d’évaluer la qualité de cette nouvelle union.

Le « discernement » qui pourrait conduire ces personnes à être réadmises aux sacrements de la pénitence et de la communion, a-t-il ajouté, ne devrait pas avoir lieu juste après le remariage, créditant le pape François de cette sage disposition : cela doit se faire seulement « quand les choses ont été installées dans le temps… »

Et d’ajouter :

On peut regretter de l’avoir fait… Le réalisme de François, le réalisme du chrétien, c’est de regarder ce que Dieu est en train de faire dans notre vie pour que, alors qu’il y a de l’irréversible, on puisse tout de même continuer à avancer. [...] Le pape dit : il va falloir dans le discernement personnel et pastoral pour ces personnes, il faut d’abord qu’elles regardent ce qu’elles font aujourd’hui pour répondre aux appels de Dieu. Pas aux appels de Dieu impossibles ! Pas aux appels de Dieu de rester fidèles à la première union : ça fait vingt ans qu’elle est morte ! Mais aux appels de Dieu aujourd’hui.

Oui, le futur président de ce qui fut jadis l’Institut Jean-Paul II pour le mariage et la famille dit en substance qu’un mariage indissoluble peut être considéré comme mort, et que l’appel de Dieu à être fidèle à son engagement irréversible, en son nom, envers son conjoint légitime, soit n’existe pas, soit ne doit pas être écouté à un moment donné.

Bordeyne a également expliqué à Thomas Rosica qu’il appréciait particulièrement le fait qu’Amoris lætitia (paragraphes 36 et 37) « rapproche le thème de la conscience de celui des limites personnelles », en d’autres termes : notre conscience nous dit ce dont nous sommes capables à un moment donné de notre vie, en tenant compte de nos faiblesses. Cela ressemble dangereusement à une éthique de situation.

A propos de l’accès à la communion, il a déclaré :

Le pape évoque même la possibilité d’une réintégration sacramentelle, non pas pour le mariage, qui n’est pas réitérable, mais pour la pénitence et pour l’eucharistie, dans certains cas. Le critère qu’il donne, c’est à la fois la croissance, c’est-à-dire que les personnes sont vraiment en train d’accueillir la grâce de Dieu, de se convertir, sont en chemin de croissance, et alors même qu’elles sont en chemin de croissance — elles sont animées par la miséricorde de Dieu — elles sont tellement misérables, elles souffrent tellement, que ce chemin de croissance risque d’être brisé parce que l’Eglise n’ose pas apporter le soutien des sacrements. Je pense que ce seront des cas assez rares… Je pense que déjà regarder positivement toute la quantité d’amour qu’il y a dans sa vie et en faire un motif d’intégration dans l’Eglise, c’est déjà beaucoup…

Pourquoi le pape François n’a-t-il pas donné une réponse claire sur la question de la communion pour les divorcés (civilement) remariés ? a demandé Rosica. Réponse de Philippe Bordeyne :

Je pense qu’il a été clair, mais il a été aussi clair qu’on peut l’être quand on donne un chemin pour un discernement dans les situations particulières. S’il avait donné une parole générale, je pense qu’il n’aurait pas été fidèle à la tradition de l’Eglise. Et de fait, Amoris lætitia, ce n’est pas la discipline sacramentelle de nos frères orthodoxes. (Le Pape) dit plus que le synode, mais pour que ses paroles soient un guide dans un travail de discernement.

La vision de la famille de Philippe Bordeyne mérite également d’être mentionnée. Dans un entretien accordé à La Croix en avril 2016, cité par Riposte catholique, il décrit ainsi la vision de la famille du pape :

Son insistance sur le caractère social de la personne me frappe. Traditionnellement, l’Église présente la famille comme « la cellule de base de la société », une formule assez abstraite. Le pape François, lui, montre concrètement en quoi elle est un microcosme où chacun apprend la vie en société : par la tendresse maternelle, par la magnanimité du père… Ses formules sont parlantes : « La mère qui protège l’enfant avec affection et compassion [...] l’aide à expérimenter le monde. » La société a besoin de la famille — qui ne s’arrête pas au triangle petit-bourgeois d’un père, une mère et des enfants — parce qu’elle est le lieu où chaque individu grandit comme une personne en relation. Mépriser les familles différentes, ce serait aussi mépriser ce travail de socialisation.

L’expression « familles différentes » évoque dans le langage d’aujourd’hui les unions maritales non traditionnelles : familles recomposées, concubinage et couples de même sexe avec enfants.

En ce qui concerne Humanæ vitæ et l’enseignement de l’Eglise sur la contraception, Mgr Bordeyne a des vues manifestement progressistes. Voici l’une de ses présentations de ses réflexions sur l’encyclique du pape Paul VI, citée par La Croix et publiée le 15 septembre 2015 par Riposte catholique (il semblerait qu’il s’agisse d’une transcription du discours de Bordeyne lors du synode, l’ombre si discrète préparant le deuxième synode sur la famille en octobre à Rome, qui eut lieu à l’Université pontificale grégorienne en mai 2015, et dont il était l’un des participants selon la liste publiée par le National Catholic Register – aux côtés du cardinal Marx, de Mgr Georges Pontier, de Mgr Franz-Josef Bode, et de bien d’autres) :

L’encyclique Humanæ vitæ enseigne que les méthodes naturelles de maîtrise de la fécondité sont seules licites. Il faut toutefois reconnaître que la distance entre la pratique des fidèles et l’enseignement magistériel s’est creusée. Est-ce pure surdité aux appels de l’Esprit ou le fruit d’un travail de discernement et de responsabilité chez les couples chrétiens soumis à la pression de nouveaux modes de vie ?

Les sciences humaines et l’expérience des couples nous enseignent que les rapports entre désir et plaisir sont complexes, éminemment personnels et donc variables selon les couples, et qu’ils évoluent dans le temps au sein du couple. Devant le devoir moral impérieux de lutter contre les tentations de l’avortement, du divorce et du manque de générosité face à la procréation, il serait raisonnable de renvoyer le discernement sur les méthodes de régulation des naissances à la sagesse des couples, en mettant l’accent sur l’éducation morale et spirituelle permettant de lutter plus efficacement contre les tentations dans un environnement souvent hostile à l’anthropologie chrétienne.

Dans cette perspective, l’Église pourrait admettre une pluralité de chemins pour répondre à l’appel général à maintenir l’ouverture de la sexualité à la transcendance et au don de la vie. Lorsque les couples « ont exercé ou exercent une paternité raisonnable et généreuse » (Congar, 1968) et qu’ils ont discerné devant Dieu leur devoir d’espacer les naissances, une première voie consiste à limiter les rapports conjugaux aux périodes infécondes, telles que les méthodes de régulation naturelle des naissances permettent de les observer. […]

L’autre voie, dont la licéité morale pourrait être admise et le choix confié à la sagesse des époux, consisterait à user des méthodes contraceptives non abortives. S’ils décident d’introduire cette médecine-là dans l’intimité de leur vie sexuelle, les époux seraient conviés à redoubler d’amour mutuel. Celui-ci est seul à pouvoir humaniser l’usage de la technique, au service d’une « écologie humaine de l’engendrement ».

Ainsi, aux yeux de Bordeyne, la contraception peut non seulement être considérée comme « licite » d’un point de vue moral, mais comme une « médecine », une « technologie » qui peut être « humanisée » parce que les couples catholiques doivent s’aimer deux fois plus lorsqu’ils l’utilisent. Voilà une contradiction de l’enseignement de l’Église et une inversion des valeurs à une échelle monumentale.

Pour revenir au « synode de l’ombre » de mai 2015, celui-ci avait également réfléchi à une nouvelle « théologie de l’amour » qui ouvrirait la voie à l’acceptation des unions homosexuelles. A l’époque, LifeSite avait fait remarquer que Philippe Bordeyne était membre d’un groupe fondé par le cardinal Martini, INTAMS, notamment pour travailler dans cette direction.

Philippe Bordeyne est en effet membre du Conseil académique de l’INTAMS, l’Académie internationale pour la spiritualité conjugale (International Academy for Marital Spirituality), dont le cardinal Danneels était également un membre éminent.

Sous la houlette de Bordeyne, en tant que membre du conseil académique, l’INTAMS a publié en 2019 un numéro de sa revue semestrielle Marriages, Families and Spirituality sur les « droits des couples homosexuels ». Ces réflexions ont été présentées en septembre dernier par le mensuel catholique belge Tertio sous le titre : « Faire sortir de l’ombre les familles arc-en-ciel » (la présentation de Tertio est disponible ici en anglais). L’INTAMS souligne qu’autrefois, les enfants étaient souvent confiés aux abbayes et aux monastères pour y être élevés : il s’agissait de « foyers composés d’adultes du même sexe […] et cette pratique était chaleureusement approuvée par l’Eglise et la société. » « Même si, bien sûr, cela est très différent de l’éducation des lesbiennes ou des gays aujourd’hui, cela la présente sous un jour nouveau », écrit Tertio.

L’INTAMS se demande également si la condamnation des actes homosexuels par l’Église s’applique aussi « aux relations amoureuses durables entre membres du même sexe », et explique, comme d’autres avant lui, que les textes bibliques font en fait « référence à des comportements homosexuels pratiqués par des hétérosexuels ». Il s’agit de proposer une modification des enseignements de l’Église sur le mariage, en passant de la capacité à procréer à l’accent mis sur l’engagement pour la vie. L’idée est de « valoriser les familles pour leurs qualités intérieures » et de défendre la « dignité » des couples de même sexe ainsi que de les protéger de la « discrimination ».

S’il est vrai que Bordeyne n’est l’auteur d’aucun des articles publiés dans ce numéro de Marriage, Families and Spirituality, il ne voit visiblement aucun problème à associer son nom à une telle entreprise.

Au cours de l’entretien avec le Père Rosica cité précédemment, Bordeyne a abordé avec prudence la question des unions homosexuelles en disant que c’était une question « difficile ». Il a affirmé que le débat en France sur le « mariage » homosexuel, au moment des manifestations de la Manif pour tous, avait été « un moment difficile pour l’Église ». Il y avait des « divisions dans les familles », a noté Bordeyne, évoquant les propres paroles de Jésus : « Car Je suis venu séparer l’homme d’avec son père, et la fille d’avec sa mère. » Mais il ne s’agissait pas pour Bordeyne d’énoncer clairement l’enseignement de l’Église qui peut effectivement diviser à notre époque, car il a ajouté : « Jusqu’où l’épiscopat peut prendre une parole qui engagera des fidèles, qui peut-être les mettra mal à l’aise ? »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire